Bigindicator

Giorgio de Chirico. La fabrique des rêves

Event  |  Reviews  |  Comments
1
L'énigme d'un jour (II) , 1914 Huile Sur Toile 83 X 130 Cm © Musée d'Art moderne de la Ville de Paris / ARC
Giorgio de Chirico. La fabrique des rêves

11 avenue du Président Wilson
75016 Paris
France
February 13th, 2009 - May 24th, 2009

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.mam.paris.fr
NEIGHBORHOOD:  
16th Arrondissement
PHONE:  
+33 (0)1 53 67 40 00
OPEN HOURS:  
Tue - Sun 10am-6pm, Thu til 10pm

DESCRIPTION

Le Musée d'Art moderne de la Ville de Paris consacre une exposition rétrospective à Giorgio de Chirico (1888 - 1978), artiste majeur du XXe siècle dont l'œuvre n'a pas été présentée à Paris depuis plus de vingt-cinq ans.

Cent soixante-dix peintures, sculptures, œuvres graphiques et une sélection d'archives retracent le parcours singulier de l'artiste actif de 1909 à 1975. L'exposition vise à restituer l'unité de l'œuvre en portant un regard contemporain sur la mythographie fantastique née dans la fabrique des rêves chiriquienne : une métaphysique mutante et toujours opérante.

Le Musée d'Art moderne de la Ville de Paris consacre une exposition rétrospective à Giorgio de Chirico (1888 - 1978), artiste majeur du XXe siècle dont l'œuvre n'a pas été présentée à Paris depuis plus de vingt-cinq ans.
Cent soixante-dix peintures, sculptures, œuvres graphiques et une sélection d'archives retracent le parcours singulier de l'artiste actif de 1909 à 1975. L'exposition vise à restituer l'unité de l'œuvre en portant un regard contemporain sur la mythographie fantastique née dans la fabrique des rêves chiriquienne : une métaphysique mutante et toujours opérante.

Giorgio de Chirico, inventeur de la peinture métaphysique placée sous le signe de la révélation, s'installe en 1911 à Paris. Il fascine en premier lieu Guillaume Apollinaire qui, dès 1913, introduit l'artiste dans son cercle - Picasso, Derain, Max Jacob, Braque, Picabia, etc. - ainsi que Paul Guillaume, son premier marchand. L'onirisme, la dimension prophétique, les subtiles incongruités et les décalages observés dans l'œuvre de Giorgio de Chirico ont, dès le début des années 20, d'immédiates résonances sur le surréalisme naissant, de Magritte, Ernst à Picabia et Eluard. André Breton voit en l'artiste le démiurge d'une «mythologie moderne» en formation (1920) avant de l'accuser de régressions anti-modernistes dès 1926.