Bigindicator

Hieronymus

Event  |  Reviews  |  Comments
20160410082500-1
Hieronymus Wood, 2016 Walnut Height 29,52 Inches (75cm) Width 37 Inches (94cm) Depth 32,28 Inches (82cm) © Courtesy of the Artist and Galerie Kreo
Hieronymus

31, rue Dauphine
75006 Paris
FR
March 23rd, 2016 - July 16th, 2016

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galeriekreo.com
NEIGHBORHOOD:  
6th Arrondissement
EMAIL:  
info@galeriekreo.com
PHONE:  
+33 (0)1 53 10 23 00
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 11-7

DESCRIPTION

There was a time, at the end of the 4th and beginning of the 5th century, when the modern notion of inner space began to emerge: Saint Augustine’s silent reading and Saint Jerome’s translation of the Bible from Greek into Latin, which provided the Western world with what was to be known as the Vulgate, direct access to the sacred text, epitomize that moment. The fact that Augustine would read in silence and not publicise his experience of the text signified his belonging to a separate space – a space that existed between him and the sacred, him and transcendence, and in a contemporary view, him and the world. Jerome moved away from the world in order to translate the Bible; but he also went into the desert; he saved humans from the fear of being devoured by a lion. He lived both in public and private; he paved the way, culturally, for us to do so. To paraphrase Burckhardt’s assertion, the modern man was born in 15th century Italy. Saint Augustine and Saint Jerome both played a crucial role in defining the possibility for an inner space, and the depictions of them were numerous. Amongst them, Antonello da Messina’s masterpiece Saint Jerome in his Study from 1475 (National Gallery, London). In this panel, as well as in the later Carpaccio painting at the Scuola Grande di San Giorgio degli Schiavoni in Venice, where da Messina had also lived, and in Dürer's engraving, from 1514 the saint exists in a space that is his own. It is a space within a space, a room inside a room; and in that space, he reflects and exists. He devoted to is meditative, but focussed. He is working, and is the “care of himself” (Seneca’s concept, re-used by Foucault). The intellectual inner space materializes into a physical interior space, where the theologian, the thinker, and by extension, every human being – is made to feel his interiority: he is himself, metaphysically a space inside a space from being in such a space inside a space geographically. As humanity finds itself more and more exploded and human beings are less and less (or increasingly) aware of themselves in the “coming community” of unidentified unity- seeking entities deciphered by Giorgio Agamben, Konstantin Grcic's series from Da Messina’s Saint Jerome represents a significant contribution to the displacement of the issue of the individual. In these five pieces of furniture, the way the sitter positions himself is always an open question: there is, in each of the pieces, a choice to be made between the several places to sit; there is in every case a need to accept, with the angles of the seats and the curve of the legs, a certain tension. There is no discomfort, but challenge in comfort, exactly as we should not let ourselves limit ourselves in ourselves, but in fact should expand, exercise our abilities in order to expand our world. The five items are all a small pedestal – a stage, seemingly separating us from the world; and there is a certain amount of theatricality in each of them, by mean of the materials used; fibre-cement, aluminium, marble, 3D print, all make for quite an effect. But at the same time there is no weight that would locate them beyond the logics of life: they all remain in the human community, and do not seem to escape into another world. Grcic’s designs are not otherworldly: they are deeply, quintessentially of our world, if we accept them to be what they are – in tension. The pieces might seem to challenge social interaction, and represent places of reclusion; but if one of them in which the sitter seems to be within a tube alters the rumours coming from the outside because of its height, it nonetheless allows for these very rumours to exist more subtly, and be perceived differently. Two people can sit in the 3D piece: they are side by side, on opposite ends; their conversation is made less direct, questioned, and therefore perhaps even more relevant. How are we to talk to each other? A question Saint Jerome himself raised, while he wanted everyone to converse in the primary language of the holy text. The issues at hand in the displacement of the image of this piece of furniture from the painting into the actual world, from the 4th century into the 15th and now the 21st, are deeply human. What design can eventually do, somewhere between the art of clothing and the ambitions of architecture, is to help us define the space in which we want to live; this inner space where our sense of comfort is not lazy, but conquered; where there is work, where there is study, passion – the meaning of the Latin word “studium” -, but where we want to be ourselves, in ourselves, within the world. Our inner space is not a segregation from the world; it is the retreat, that Jerome used, in order to spread the word of life again through things and lives. Donatien Grau Konstantin Grcic, born 1965, founded Konstantin Grcic Industrial Design (KGID) in Munich in 1991. He has worked with Galerie kreo since 2004. He is the winner of two Compasso d’Oro awards, one for his Mayday lamp (Flos) in 2001 and another for his Myto chair (Plank) in 2011. The Vitra Design Museum has presented a retrospective exhibition of his work, entitled Panorama, which is travelling to Belgium, Germany etc.... 'The good, the bad, the ugly' exhibition is currently on show at the Die Neue Sammlung (The Design Museum) in Munich until September 2016, And a retrospective titled Abbildungen recently opened at the Bielefeld Museum in Germany (arch. Philip Johnson) is on show until 3rd July 2016.


A la fin du IVe siècle et au début du Ve siècle, la notion moderne de vie intérieure commença à émerger : la lecture silencieuse de saint Augustin et l’entreprise de saint Jérôme, consistant à traduire la Bible en latin à partir du grec, fournissant ainsi au monde occidental ce qui allait être connu comme la Vulgate, un accès direct au texte sacré, incarnent ce moment. Le fait qu’Augustin lise en silence et ne rende donc pas publique son expérience du texte signalait son appartenance à un espace différent – un espace qui existait entre lui et le sacré, lui et la transcendance, et, dans une approche contemporaine, lui et le monde. Jérôme s’était éloigné du monde pour traduire la Bible ; mais il était aussi allé au désert ; il avait sauvé des humains de la peur d’être dévorés par des lions. Il avait vécu en public et en privé ; il avait ouvert la voie, dans la civilisation, pour que nous fassions de même. Quand, pour paraphraser l’affirmation de Burckhardt, l’homme moderne naquit dans l’Italie du XVe siècle, ces deux saints jouèrent un rôle essentiel dans la définition d’un espace intime, et leurs représentations furent très nombreuses – parmi elles, le Saint Jérôme d’Antonello da Messina, chef-d’œuvre de 1475 (National Gallery, Londres). Sur ce panneau, de même que dans la peinture de Carpaccio à la Scuola Grande di San Giorgio degli Schiavoni à Venise – où vécut également da Messina -, de vingt années postérieure, et dans la gravure de quarante années postérieures de Dürer, le saint existe dans un espace qui est le sien propre. C’est un espace dans un espace, une salle dans une salle ; et dans cet espace, il réfléchit, et il existe ; il est méditatif, et concentré. Il travaille et se consacre au « souci de soi » (le concept de Sénèque, ré-utilisé par Foucault). L’espace intime intellectuel est matérialisé en un espace intime physique, où le théologien – par extension, le penseur et tout être humain – est induit à ressentir son intériorité : il est lui-même, métaphysiquement, un espace dans un espace, du fait d’être, géographiquement, dans un espace situé à l’intérieur d’un espace. Alors que l’humanité apparaît de plus en plus explosée et que les êtres humains sont de moins en moins (ou de plus en plus) conscients d’eux-mêmes dans la « communauté qui vient », composée d’entités non-identifiées,en quête de leur unicité, telle que l’a définie Giorgio Agamben, la série Konstantin Grcic à partir du Saint Jérôme de da Messina représente une contribution importante dans le déplacement de la question de l’individu. Dans ces cinq objets de mobilier, la façon dont la personne s’assied est toujours une question ouverte : il y a, pour chaque objet, des choix à faire entre les différents emplacements où s’asseoir ; il y a, dans chaque cas, une nécessité à accepter, avec les angles des sièges, la courbe des jambes, une certaine tension. Il n’y a pas d’inconfort, mais un défi imposé au confort, exactement comme nous ne devrions pas nous laisser limiter à nous-mêmes, mais en réalité devrions étendre, exercer nos capacités pour étendre notre monde.

Les cinq objets sont tous placés sur un petit piédestal – une scène, qui semble nous séparer du monde ; et il y a une certaine part de théâtralité dans chacun d’entre eux, par le biais du matériau utilisé ; le fibre-ciment, l’aluminium, le marbre, l’impression en trois dimensions, font tous leur effet. Mais en même temps il n’y a pas de poids, qui les placerait au-delà des logiques de la vie : tout cela demeure dans la communauté humaine, et ne semble pas s’échapper dans un autre monde. Les projets de Konstantin Grcic ne se situent pas dans un autre monde : ils sont profondément, dans leur quintessence, de notre monde, si nous l’acceptons pour ce qu’il est – une tension. Les objets pourraient paraître défier l’interaction sociale, et représenter des espaces de réclusion ; mais en fait, si s’asseoir dans un d’entre eux revient à être pris dans un tube qui, du fait de sa taille, altère les rumeurs venues de l’extérieur, il n’en demeure pas moins que ces rumeurs existent de façon plus subtile, et sont perçues différemment. Deux personnes peuvent s’asseoir dans l’objet en trois dimensions : elles sont cote-à-cote, des deux côtés ; leur conversation est rendue moins directe, interrogée, et par conséquent d’autant plus importante. Comment devons-nous nous parler ? Une question que saint Jérôme lui- même posa, alors même qu’il souhaitait que tous conversent dans le langage premier du Texte. Les questions en jeu dans le déplacement de l’image de cet objet mobilier de la peinture au monde réel, du IVe siècle au XVe et maintenant au XXIe, sont profondément humaines. Ce que le design peut en définitive accomplir, entre l’art du vêtement et les ambitions de l’architecture, revient à nous aider à définir l’espace dans lequel nous voulons vivre ; cet espace intime dans lequel notre sensation de confort n’est pas faible, mais conquise ; où il y a un travail, où il y a étude, passion – le sens du latin « studium » - mais où nous voulons être nous-mêmes, en nous-mêmes, dans le monde ; c’est la retraite, dont Jérôme fit usage, pour répandre à nouveau la parole de vie au travers des choses et des existences. Donatien Grau Konstantin Grcic (1965) a fondé Konstantin Grcic Industrial Design KGID à Munich en 1991. Il travaille avec la Galerie kreo depuis 2004. Il a remporté le Compasso d'Oro à deux reprises pour la lampe Mayday en 2001 et pour la chaise Myto en 2011. Le Vitra Design Museum a présenté une exposition personnelle de son travail en 2014 intitulée Panorama qui voyage depuis cette date pour trois années à travers le monde, Belgique, Allemagne... Deux autres expositions lui sont consacrées en 2016 : The good, the bad, the ugly au Die Neue Sammlung – The Design Museum de Munich jusqu'au mois de septembre 2016, et une exposition personnelle Abbildungen au Musée de Bielefeld en Allemagne du mois de mars au mois de juillet 2016.
ArtSlant has shutdown. The website is currently running in a view-only mode to allow archiving of the content.

The website will be permanently closed shortly, so please retrieve any content you wish to save.