Bigindicator

(un mural, des tableaux)

Event  |  Reviews  |  Comments
20141202072937-un-muralpaysagesite-1024x802
AST103, 2008 © Stéphane Dafflon. Courtesy Air de Paris
(un mural, des tableaux)
Curated by: Xavier Franceschi

Place Hannah Arendt, corner of the rue des Alouettes and the rue Carducci
75019 Paris
FR
January 22nd, 2015 - April 12th, 2015
Opening: January 21st, 2015 6:00 PM - 9:00 PM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.fraciledefrance.com
NEIGHBORHOOD:  
19th Arrondissement
EMAIL:  
info@fraciledefrance.com
PHONE:  
+33 (0)1 76 21 13 41
OPEN HOURS:  
Wed-Sun 2-7
TAGS:  
painting

DESCRIPTION

With (un mural, des tableaux)  le plateau is for once presenting an exhibition made up exclusively of paintings, a selection of works recently acquired and now part of the frac île-de-france collection.

Far from being a manifesto show aimed at demonstrating the persistence of painting in the contemporary art arena,  (un mural, des tableaux) is a thoroughly subjective proposition based on a very precise procedure which has been respected to the letter.

First and foremost, then, paintings. And paintings—from the collection—made with materials and on surfaces which this very specific field has historically defined as immutable and intangible: acrylic, gouache and oil on canvas or else just on wood, leaving aside all those works which we liken to painting without being made of it.

Next, the principle of only showing a single artist—or even a single painting—per room, in accordance with the desire to respect the autonomy—and hence the reading—of each one of the works on view. Thus, (un mural, des tableaux) can indiscriminately present paintings from across the very diverse fields of pictorial creation, from the most radical abstraction to the most unfettered figuration. This principle introduces a very particular division of the areas at le plateau, making for an architecture that is determined by the precise number of paintings selected.

Finally, in keeping with this need to structure space, the exhibition is focused around the presentation of a mural painting by Stéphane Dafflon—PM 062—which spreads into all le plateau’s different spaces and, it just so happens, determines the way all the other pictures are hung. In this sense, the procedural principle of (un mural, des tableaux)  is incorporated in the procedure informing PM 062, for Stéphane Dafflon’s work has also been conceived as nothing less than an exhibition device making it possible to show other pictorial works and, in particular, other artists.

In the tradition of many exhibitions organized around the  frac collection—one such being Paint it Black which was recently at le plateau–, (un mural, des tableaux)  is thus defined by strict rules. It also proposes a novel exhibition method for and vision of a set of works which, over and above the immutable nature of a medium, are all informed by a form of radicalness: that same radicalness that is at work in their own method of presentation.


Avec  Jean-Luc Blanc, Denis Castellas, Nina Childress, Stéphane Dafflon, Kaye Donachie, Sylvie Fanchon, Johannes Khars, Elodie Lesourd, Bernhard Martin, Florian et Michael Quistrebert, Loïc Raguénes, Ida Tursic/Wilfrid Mille

Commissaire de l’exposition : Xavier Franceschi

Une fois n’est pas coutume, le plateau présente avec (un mural, des tableaux) une exposition exclusivement composée de peintures, un ensemble d’œuvres récemment acquises faisant partie de la collection du frac île-de-france.

Loin d’être une exposition manifeste tendant à démontrer la persistance de la peinture dans le champ de la création contemporaine, (un mural, des tableaux) est une proposition totalement subjective reposant sur un protocole très précis qu’il s’est agi de respecter à la lettre.

Tout d’abord, des peintures, donc. Et des peintures – de la collection – réalisées avec des matériaux et sur des supports qui sont ceux que ce champ si particulier a historiquement défini comme immuables et intangibles : acrylique, gouache ou huile sur toile ou bien sur bois uniquement, laissant de côté toutes ces œuvres que l’on assimile à de la peinture sans en être le moins du monde pourvues.

Ensuite, le principe de ne présenter qu’un seul artiste – voire une seule peinture – par salle, selon cette volonté de respecter l’autonomie – et donc la lecture – de chacune des œuvres proposées. De fait, (un mural, des tableaux) présente indistinctement des peintures s’inscrivant dans tous les divers champs de la création picturale, de l’abstraction la plus radicale à la figuration la plus débridée. Ce principe induit un découpage très particulier des espaces du plateau, pour une architecture déterminée par le nombre précis de peintures sélectionnées.

Enfin, toujours dans cette nécessité de structurer l’espace, l’exposition repose sur la présentation d’une peinture murale de Stéphane Dafflon – PM 062 – qui précisément, déployée dans tous les espaces du plateau, détermine le mode d’accrochage de l’ensemble des tableaux. En un sens, le principe protocolaire de (un mural, des tableaux) s’inscrit dans celui de PM 062, l’œuvre de Stéphane Dafflon ayant été également conçue comme un véritable dispositif d’exposition permettant de présenter d’autres œuvres picturales et notamment d’autres artistes.

Dans la lignée de nombre d’expositions organisées à partir de la collection – ainsi Paint it Black récemment au plateau -, (un mural, des tableaux) est donc définie selon des règles strictes. Elle n’en propose pas moins à la fois une méthode d’exposition et une vision inédites d’un ensemble d’œuvres qui au-delà du caractère immuable d’un medium, se caractérisent toutes par une forme de radicalité : cette même radicalité qui est à l’œuvre dans leur propre mode de présentation.

ArtSlant has shutdown. The website is currently running in a view-only mode to allow archiving of the content.

The website will be permanently closed shortly, so please retrieve any content you wish to save.