Bigindicator

Le Jardin Décomposé / Decomposed Garden

Event  |  Reviews  |  Comments
20141113102724-9ec3306df812fb87ed12da7a04288f35
Holmby Hills Light Folly, 2012 Mixed Media Dimensions Variable © Courtesy of the Artist and Gagosian - Le Bourget
Le Jardin Décomposé / Decomposed Garden

26 Avenue de l'Europe
93350 Le Bourget
Paris
FR
October 14th, 2014 - February 28th, 2015

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.gagosian.com
NEIGHBORHOOD:  
Other (outside main areas)
EMAIL:  
paris@gagosian.com
PHONE:  
33.1.48.16.16.47
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 11-6

DESCRIPTION

By nature the Third Landscape constitutes a territory for the multitude of species not finding place elsewhere.
—Gilles Clément

Gagosian Paris is pleased to present "Le Jardin Décomposé / Decomposed Garden."

Comprising more than twenty monumental sculptures and paintings, "Le Jardin Décomposé" evokes an overlapping of city and nature, a place akin to botanist and writer Gilles Clément's characterization of the Third Landscape as "the space left over by man to landscape evolution—to nature alone." Clément places swamps, roadsides, railroad embankments and other peripheral spaces within a category of "genetic reservoirs" where unattended plant life mixes with the urban environment and its detritus, sometimes to extraordinary effect. Works such as Richard Prince's Untitled (tire planter) (2007), a bright orange, tire-shaped vessel containing a tuft of weeds, and Carsten Höller's Giant Triple Mushroom (2014), a mixed-media fungal hybrid created for this exhibition, allude to the gradual commingling that might take place in such forgotten terrain. Tenuously merging human and natural imagery in Waterfall Dots (Tree Rocks) (2008), Jeff Koons employs an oscillating visual field and anatomical overdrawing, revisiting Marcel Duchamp's Étant donnés, where idyllic landscape is the backdrop for a disturbing naked female body. In Holmby Hills Light Folly (2012), Chris Burden designates an incongruous yet inviting park square with cast iron benches and lampposts.

In the Third Landscape, nature that has been displaced by industrial development adapts in improbable ways; replication and exaggeration of growth patterns lead to radiant dimensions. Giuseppe Penone's Scrigno (Casket) (2007) is a patchwork mural of overlapping sections of weathered brown leather; moving around a living tree, he hammered the leather against it to impress the bark's natural pattern and texture into the yielding membrane. Across the center of this vast work, which measures approximately fifteen meters wide, lies a small tree cast in bronze, split open to reveal its rich resin interior. Franz West' s bright blue aluminum Garden Pouf (2010) is a tree-like abstraction that zigzags more than four meters in the air; while in Zeng Fanzhi's ominous landscape painting Untitled (2012), gnarled branches crisscross the lower registers of a nocturnal scene that combines controlled calligraphic techniques and supernatural light effects.

On October 25th at 2pm, dancers Raphaëlle Delaunay, Benjamin Pech, and Alice Renevand will perform an original ballet choreographed by Pech, étoile dancer at the Ballet de l'Opera National de Paris, to compositions by Claude Debussy, Antonio Vivaldi, and contemporary composer Emanuele De Raymondi.


"Par nature le Tiers paysage constitue un territoire pour les multiples espèces ne trouvant place ailleurs."
—Gilles Clément

Gagosian Paris est heureuse de présenter l'exposition "Le Jardin Décomposé."

Rassemblant plus de vingt peintures et sculptures monumentales, "Le Jardin Décomposé" rappelle le chevauchement qui existe entre la ville et la nature, un endroit  semblable à la caractérisation du Tiers paysage faite par le botaniste et écrivain Gilles Clément—qu'il décrivait comme « la somme des espaces où l'homme abandonne l'évolution du paysage à la seule nature ». Clément place les marécages, les bords de route, les talus et autres espaces périphériques au sein de la catégorie des « réservoirs génétiques » où la flore, laissée sans surveillance, se mélange à l'environnement urbain et à ses détritus, parfois avec un effet extraordinaire. Des œuvres comme Untitled « tire planter » (2007) de Richard Prince—un saladier de couleur orange vif en forme de pneu et contenant une touffe de mauvaises herbes, et Giant Triple Mushroom de Carsten Höller (2014) hybride fongique—en technique mixte—œuvre créée pour cette exposition, font allusion au mélange progressif qui peut se produire dans de tels lieux abandonnés. Dans Waterfall Dots (Tree Rocks) (2008) Jeff Koons fait fusionner, de manière tenue, imagerie humaine et imagerie naturelle; il utilise un champ visuel oscillant et un dessin anatomique surimposé—revisitant ainsi l'œuvre Étant donnés de Marcel Duchamp où un paysage idyllique sert de toile de fond au corps troublant d'une femme nue. Avec Holmby Hills Lights Folly (2012), Chris Burden crée un square à l'allure incongrue, et pourtant attirante, avec ses bancs en fonte et ses réverbères.

Dans le Tiers Paysage, la nature qui a été déplacée par le développement industriel s'adapte de manière improbable; la réplication et l'exagération des modèles de croissance conduisent à des dimensions éclatantes. L'oeuvre Scrigno (Casket) (2007) de Giuseppe Penone est un patchwork mural où se chevauchent plusieurs sections de cuir marron patiné.  Se déplaçant autour de l'arbre vivant, l'artiste a martelé le cuir contre le tronc afin de marquer le dessin et la texture naturelle de l'écorce dans la membrane fragile. Au centre de cette œuvre imposante, qui mesure environ 15 mètres de large, se trouve un petit arbre en bronze, fendu de manière à révéler la généreuse résine qu'il renferme. La sculpture Garden Pouf (2010), en aluminium bleu vif de Franz West, est une arborescence abstraite qui se déploie en zigzags dans l'espace sur plus de quatre mètres; tandis que dans la peinture de paysage—au ton menaçant de Zeng Fanzhi Untitled (2012)—des branches nouées sillonnent les inscriptions d'une scène nocturne qui combine la maîtrise des techniques calligraphiques et des effets de lumière surnaturels.

Le 25 octobre à 14h, les danseurs Raphaëlle Delaunay, Benjamin Pech et Alice Renevand se produiront pour un ballet inédit dont la chorégraphie a été conçue par Pech, danseur étoile au Ballet de l'Opéra National de Paris, avec des compositions de Claude Debussy, Antonio Vivaldi ou encore du compositeur contemporain Emanuele De Raymondi.

ArtSlant has shutdown. The website is currently running in a view-only mode to allow archiving of the content.

The website will be permanently closed shortly, so please retrieve any content you wish to save.