Bigindicator

Vanished

Event  |  Reviews  |  Comments
20130513134542-12__51213
© Courtesy of Galerie Christophe Gaillard
20130515055316-3
A portrait of Emily Dickinson (they loved my bouquets more than my poems), 2012 Drawing and Plastic Bag 33,5 X 17,7 in © Courtesy of Galerie Christophe Gaillard
20130515055514-4
Poupée 2 Vintage Silver Print 11.93 X 8.7 in © Courtesy of Galerie Christophe Gaillard
Vanished

12 rue de Thorigny
75003 Paris
France
May 16th, 2013 - June 22nd, 2013
Opening: May 16th, 2013 6:00 PM - 9:00 PM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galerie-gaillard.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
contact@galerie-gaillard.com
PHONE:  
+33 (0)1 42 78 49 16
OPEN HOURS:  
Tue - Sat 10:30am-12:30pm, 2-7pm

DESCRIPTION

Si, de la leçon de Montaigne on retient qu'il est erroné de craindre la mort, passage à l'exemption de toutes peines, il ne nous est pas si facile d'accepter la réalité, évidente pourtant, que déjà, d'autres que nous, attendent en coulisse, pour prendre place sur le théâtre et jouer leur rôle dans cette même pièce recommencée.

Du cycle des saisons, lorsque l'on sème en vue de la récolte dans l'attente joyeuse de l'éclosion déjà attendue, les oeuvres de l'exposition Vanished, en écho à l'époque, retiennent une anticipation inquiète et contenue. Les saisons, c'est le micro cycle à l'intérieur du grand cycle de la nature, à la régularité de moins en moins précise sous nos modérées latitudes, le spectacle qui ravit ou désole dans une vision anthropique, une course accélérée de notre vie terrestre. Douceur, amertume : cueillir la fleur en son jardin, comme un écho aux mots de la consolation à Du Perrier, par Malherbe dont le nom résonne ici singulièrement :

Et rose, elle a vécu ce que vivent les roses
L'espace d'un matin.
(Consolation à M. du Périer, 1599, François de Malherbe)

Dans un parcours printanier, regarder donc en fast/forward: le cycle des saisons, une histoire naturelle en fonction autoreverse. La nature anthropisée des fleurs de Tetsumi Kudo ou d'Alina Szapocznikow, témoigne d'un arrangement qui n'est pas plus celui des inventaires que celui des compositions, et c'est dans un sens bien particulier que nos artistes se feraient fleuristes, botanistes, cueillant pour épingler des éléments épars de nos vies et de nos artifices. Que cache le recouvrement d'une planche d'Orchidée chez Mimosa Echard? Qu'est ce qui poussait un Unglee à la monomanie dans son attachement à la tulipe? Où est l'origine de la passion des plantes grasses du pataphysicien Peillet? Rétive fleur de cactus, quel récit pourrais tu donc nous conter ?