Bigindicator

LUX PERPETUA

Event  |  Reviews  |  Comments
20120324085038-09__32312
© Courtesy of Kamel Mennour
LUX PERPETUA

47, rue Saint-André des arts
75006 Paris
France
March 26th, 2012 - May 26th, 2012

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.kamelmennour.fr/
NEIGHBORHOOD:  
6th Arrondissement
EMAIL:  
galerie@kamelmennour.com
PHONE:  
+33 1 56 24 03 63
OPEN HOURS:  
Tue-Sun 11-7

DESCRIPTION

Kamel Mennour est heureux de présenter l’exposition collective
«Lux Perpetua».

« Que la lumière éternelle resplendisse sur eux. » Introït du Requiem Aeternam«

Dans une célèbre photographie de Gustave Le Gray, une plage, baignée d’un océan d’or liquide, s’éveille ensoleillée, comme au premier jour du monde. Plus loin, un néon de Dan Flavin fend l’obscurité d’un éclair vif afin qu’il y eût, comme dans la Genèse, un soir et un matin. D’un fil rayonnant de fibres optiques, Daniel Buren tisse quant à lui des voiles scintillants, pleins de la défaite du chaos face à l’esprit de géométrie, tout comme le Triple X de François Morellet ou l’installation verticale de Claude Lévêque. Pour qu’il survive à l’oubli, Jannis Kounellis inscrit son nom en lettres de feu, tandis que Michel Verjux épingle notre ombre dans un cercle de lumière, comme des papillons de nuit affolés et déboussolés, pris dans les rais de la lanterne un soir d’été. Nous oscillons en effet entre la force d’attraction, comparable à celle d’un trou noir, des toiles de Pierre Soulages, et l’éclat virginal de l’albâtre d’Anish Kapoor. Dans un délicat fétiche, David Hominal ne choisit pas : « Ni le soleil, ni la mort. » Mais il arrive que l’obscurité triomphe. Les ampoules de Michel François n’éclairent rien. Et en dépit de sa légendaire clairvoyance, l’Othello d’Eugène Delacroix, rattrapé par d’obscurs penchants, se consume d’une passion meurtrière pour celle qu’il aime ; conclusion dramatique à laquelle Mohamed Bourouissa semble donner une image contemporaine dans une composition aux accents caravagesques.

Cette exposition dépeint le combat séculaire de l’ombre et de la lumière. De la chute et de la rédemption. De l’espoir et du désespoir. En souvenir du poète Giuseppe Ungaretti, Alfredo Jaar « s’illumine d’immensité ». Ann Veronica Janssens découpe un coin de ciel comme d’antiques augures y décelaient le présage d’un avenir radieux ou funeste. Le « futur parfait » s’illumine enfin dans une oeuvre de Miri Segal.

La lumière, qui ne va pas sans l’espace et le temps, est la matière des artistes, lesquels luttent quotidiennement pour maintenir vivace l’étincelle de la création. Car l’art demeure un phare dans la nuit, une lueur dans les ténèbres. Un linceul d’immortels, une splendeur funèbre.