Bigindicator

The Beard Pictures

Event  |  Reviews  |  Comments
20171008134123-homothetic
© Courtesy of the Artists and Galerie Thaddaeus Ropac
The Beard Pictures

69 avenue du Général Leclerc
93500 Paris
Pantin
France
October 18th, 2017 - January 20th
Opening: October 18th, 2017 10:00 PM - 12:00 AM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://ropac.net
EMAIL:  
galerie@ropac.net
PHONE:  
+33 (0)1 55 89 01 10
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 10-7

DESCRIPTION

Opening: Wednesday 18 October 2017, 10pm in the presence of the artists

 

Galerie Thaddaeus Ropac is delighted to announce an exhibition of Gilbert and George’s newest body of work THE BEARD PICTURES. Created over the past two years, the pictures will be unveiled over the next months in a series of exhibitions in New York, Paris, London, Brussels, Naples and Athens. The artists have made a selection of the BEARD PICTURES for Galerie Thaddaeus Ropac in Paris Pantin, which will vary in size up to the 23 m long triptych OLD BEARD RUIN.

Regarding this exhibition, the British writer and novelist Michael Bracewell states: "THE BEARD PICTURES are violent, eerie, grotesque, lurid and crazed. They show a dream-like world of paranoia and destruction and madness. Their strange sickly colours and creeping, smashed up, absurd landscapes confront the viewer with relentless aggression. They depict a world bereft of reason, in which negotiation no longer exists.

Gilbert & George take their places within the BEARD PICTURES as intense, red, staring, empty-headed and sinister versions of themselves. Their eyes are shadowed and bizarrely prettified. Mutant impish explorers or dead-headed sentinels, they seem to look at, into and through the viewer. They look possessed and serious. They look as though their spirits might have left their bodies. They look stern, absurd, imprisoned, mocking and mocked. In each picture they wear beards that are surreal and symbolic. Beards made of wire mesh, beards made of beer foam, beards made of flowers, beards comprising rabbits with snakes for tongues. Secular and sacred, the throwback emblem of hip millennial youth as well as a mark of religious faith, the beard is depicted in the BEARD PICTURES as both mask and meaning: a sign of the times.

In some of the BEARD PICTURES, the artists stand either in front of a barbed wire or mesh fence, or behind one. Elsewhere, rusted steel rods sprout from collapsing buildings of pre-stressed concrete. In yet other pictures, Gilbert & George are unsmiling comic grotesques, with tiny bodies and huge heads. Behind them a blank silvery void, extravagant ornamental foliage, wire mesh fencing, newspaper advertisements for bouncers, builders and sex workers, the heads in relief of popes, monarchs, worthies and heroes. 

Aggressively absurd, trashing contemporary artistic niceties but resonant with intense symbolism, THE BEARD PICTURES turn history into a mad parade, their mood shape-shifting between that of science fiction, lucid dreaming and Victorian caricature. It is a vision and a form which brings to mind Oscar Wilde’s account of Walter Pater’s ‘Essays’: ‘...others are medieval in their strangeness of colour and passionate suggestion, and all of them absolutely modern, in the true meaning of the term modernity. For he to whom the present is the only thing that is present, knows nothing of the age in which he lives.’”

In the half century that they have lived and worked together as Living Sculptures, embarked on a visionary journey through the modern world, always together and always alone, Gilbert & George have made fiercely singular Anti-Art that is poetic, primal and emotionally driven. Order and madness are held in tension, vaudevillian and nursery rhyme absurdity take on the air of paranormal ritual.

The more the viewer contemplates the BEARD PICTURES, the more Gilbert & George appear like poltergeists within the cause of art and spirit sentinels within a world gone mad. In this chaos of trashed aesthetics and reversed values, all has become symbol and surface: mad symbols, presented with deadly seriousness. And as such they study the viewer."

 

Gilbert (born in the Dolomites, Italy in 1943) and George (born in Devon, England in 1942) met in the sculpture department at St Martin’s School of Art in London in 1967. For their end-of-year exhibition, the Snow Show, Gilbert and George created their first work as a joint effort, a far cry from the formalist criteria of the art taught at the time. Their first break-through came with Singing Sculpture in 1969, when they covered themselves in multi-coloured metallic powder and sang the music-hall classic Underneath the Arches in various locations around London. The pictures dating from the early 1970s are their first grid-arrangements, a format that would henceforth become their formal signature. In the 1980s, their iconography became more complex, drawing upon symbolism and allegory to explore themes of eroticism, religion, and politics.

During a career that has spanned 50 years, Gilbert & George have worked together as one artist and enjoyed significant international recognition. They have won several awards, including the Turner Prize (1986) and have been honoured with many distinctions, including the title of Honorary Professor of Philosophy at London Metropolitan University. They represented the UK at the 51st International Venice Biennale in 2005.

Their extensive number of solo exhibitions includes The Stedelijk Van Abbemuseum in Eindhoven (1980), Guggenheim Museum, New York (1985), National Gallery, Beijing (1993), Shanghai Art Museum (1993), Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (1998), Serpentine Gallery, London (2002), Tate Modern, London, Haus der Kunst, Munich (both 2007), Brooklyn Museum of Art, New York (2008), CAC Malaga, Spain,  Museum of Contemporary Art, Zagreb, Croatia, Palais des Beaux Arts, Brussels, Belgium, Deichtorhallen, Hamburg, Germany, Lentos Kunstmuseum, Linz, Austria, Laznia Centre for Contemporary Art, Gdansk, Poland (all in 2010), Nouveau Musée National de Monaco (2014), Museum of Modern Art, New York (2015), Museum of Old and New Art, Tasmania, Australia (2015) and Ludwig Museum of Contemporary Art, Budapest (2017).

A fully illustrated catalogue with an essay by writer, novelist and cultural critic Michael Bracewell accompanies the exhibition of Gilbert & George, coinciding with the 50th anniversary of their collaboration.


Vernissage: Mercredi 18 octobre 2017 à 22h en présence des artistes

 

La Galerie Thaddaeus Ropac a le plaisir d'annoncer l’exposition d’une nouvelle série d’œuvres de Gilbert & George, THE BEARD PICTURES, dans sa galerie de Pantin. Ces œuvres, créées au cours des deux dernières années seront dévoilées lors des prochains mois dans une série d’expositions à New York, Paris, Londres, Bruxelles, Naples et Athènes. La sélection établie par les artistes pour Pantin comprend des œuvres de différents formats dont OLD BEARD RUIN, un triptyque monumental de 23 m de long.

L’auteur et romancier britannique Michael Bracewell écrit à propos de cette exposition: « Les BEARD PICTURES sont violentes, étranges, grotesques, criardes et délurées. Elles dépeignent un monde fantasmé où règnent la paranoïa, la destruction et la folie. Leurs étranges couleurs dérangent et les paysages absurdes et éclatés à la végétation rampante agressent le spectateur de façon frontale. Ils représentent un monde dépourvu de raison, dans lequel le dialogue n'existe plus.

Gilbert et George sont présents dans les BEARD PICTURES dans des versions d’eux-mêmes aussi intenses que sinistres, le teint rouge, le regard fixe, le crâne décérébré. Leurs yeux sont cernés de noir de façon étrangement apprêtée. Avec l’espièglerie d’explorateurs mutants ou de sentinelles à tête de mort, ils semblent regarder à l'intérieur et à travers le spectateur. Ils semblent à la fois possédés et sérieux. On dirait que leur esprit a quitté leur corps. Ils ont l’air sévères, ridicules, emprisonnés ; ils se moquent de nous autant que l’on se moque d’eux. Dans chaque image, ils portent une barbe aussi surréaliste que symbolique. Il s’agit tantôt de barbes faites de grillage, de mousse de bière, de fleurs et même de barbes abritant des lapins à la langue fourchue. Séculière et sacrée, tant attribut récupéré par les Millennials branchés que signe d’une appartenance religieuse, la barbe est dépeinte dans THE BEARD PICTURES aussi bien comme masque que comme signifiant : un signe des temps.

Dans certaines BEARD PICTURES, les artistes se tiennent devant ou derrière un fil de fer barbelé ou une clôture. Ailleurs, des tiges d'acier rouillées jaillissent de bâtiments en béton effondrés. Dans d'autres images encore, Gilbert & George sont représentés comme des personnages de bande-dessinées grotesques et austères avec leur corps minuscule et leur énorme tête. Derrière eux on aperçoit tantôt un vide argenté, un feuillage décoratif extravagant, des clôtures grillagées, des petites annonces à destination des videurs de boite, des ouvriers du bâtiment et des travailleurs du sexe mais aussi les têtes en relief de papes, de monarques, de dignitaires et de héros.

Par leur agressivité absurde, les BEARD PICTURES mettent en pièce les chichis de l’art contemporain tout en maintenant un niveau symbolique complexe. Elle transforment l'Histoire en un défilé dément ; leur atmosphère oscille entre science-fiction, rêve lucide et caricature victorienne. Cette vision et la forme qui lui est donnée rappellent le récit d'Oscar Wilde sur les Essais de Walter Pater: «... certaines sont médiévales par leur couleur incongrue et ce qu’elles suggèrent de passion, et toutes sont absolument modernes, dans le vrai sens du terme. Car celui pour qui le présent ne réside que dans la seule chose actuelle ne sait rien de l'âge dans lequel il vit. »

Dans les cinquante années qu’ils ont passées à vivre et à travailler en tant que Living Sculptures dans un voyage visionnaire à travers le monde moderne, toujours ensemble et pourtant toujours à part, Gilbert & George ont produit un Anti-Art foncièrement singulier, à la fois poétique, spontané et sensible. L’ordre et la folie y sont mis en tension, l’absurdité propre au vaudeville et aux comptines pour enfants y prend un air de rituel paranormal.

Plus le spectateur regarde les BEARD PICTURES, plus Gilbert & George apparaissent comme des poltergeists du monde de l'art et comme des sentinelles fantomatiques dans un monde devenu fou. Dans ce chaos résultant d’une destruction des canons esthétiques et d’un renversement des valeurs, tout est devenu symbole et surface: des symboles fous, présentés de façon on ne peut plus sérieuse qui scrutent le spectateur. »

Gilbert (né dans les Dolomites en Italie en 1943) et George (né dans le Devon en Angleterre en 1942) se sont rencontrés au cours de sculpture de la St Martin’s School of Art de Londres en 1967. Pour leur exposition de fin d’année, le Snow Show, Gilbert & George créent leur première pièce commune, aux antipodes des critères artistiques formalistes enseignés à l’époque. Ils se font remarquer pour la première fois en 1969 avec Singing Sculpture quand, recouverts d’une poudre métallique multicolore, ils chantent dans différents lieux de Londres le classique du music-hall Underneath the Arches. Au début des années 1970, ils créent leurs premières compositions en grid, un format qui devient dès lors leur signature formelle. Leur iconographie gagne en complexité durant les années 1980 et puise dans le symbolisme et l’allégorie pour développer les thèmes de l’érotisme, de la religion et de la politique.

Se considérant comme un seul artiste, Gilbert & George travaillent ensemble depuis cinquante ans. Au cours de leur carrière, ils ont acquis une reconnaissance d’envergure internationale et reçu de nombreuses récompenses dont le Turner Prize (1986). Ils ont également été honorés de nombreuses distinctions dont le titre de Professeur Honoraire de Philosophie à la London Metropolitan University. En 2005, ils ont représenté le Royaume-Uni à la 51ème Biennale Internationale de Venise.

Leur travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, notamment au Stedelijk Van Abbemuseum, Eindhoven (1980), au Guggenheim Museum, New York (1985), à la National Gallery, Beijing (1993), au Shanghai Art Museum (1993), au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris (1998), à la Serpentine Gallery, Londres (2002), à la Tate Modern, Londres (2007), à la Haus der Kunst, Munich (2007), au Brooklyn Museum of Art, New York (2008), au CAC Malaga, Espagne, au Museum of Contemporary Art, Zagreb, Croatia, au Palais des Beaux Arts, Bruxelles, Belgique, aux Deichtorhallen, Hambourg, Allemagne, au Lentos Kunstmuseum, Linz, Autriche, au Laznia Centre for Contemporary Art, Gdansk, Poland (tous en 2010), Nouveau Musée National de Monaco (2014), au Museum of Old and New Art, Tasmania, Australie (2015), au Museum of Modern Art, New York (2015) et au Ludwig Múzeum, Budapest (2017).

Un catalogue avec un texte de l’essayiste et romancier britannique Michael Bracewell sera publié à l’occasion de l’exposition célébrant le 50ème anniversaire de la collaboration de Gilbert & George.