Bigindicator

Lignine Duress

Event  |  Reviews  |  Comments
20150404074106-wtcartons
© Courtesy of the Artist and Galerie Chantal Crousel
Lignine Duress

10 rue Charlot
75003 Paris
France
April 18th, 2015 - May 23rd, 2015
Opening: April 18th, 2015 6:00 PM - 8:00 PM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.crousel.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
galerie@crousel.com
PHONE:  
+33 (0)1 42 77 38 87
OPEN HOURS:  
Tuesday-Saturday 11AM - 1PM / 2PM - 7PM

DESCRIPTION

The title of the exhibition refers to a photograph, presented in the adjacent smaller gallery space, showing a tree split in half after a hurricane. The materiality of the tree is laid open, fibres curling from the cracked wound. The force of the storm has broken down the cohesion of the wood, a combination of lignin1 and cellulose. Paper, a long standing focus of Wolfgang Tillmans' exploration of his medium, is made of varying amounts of cellulose and lignin - the highest quality and longest lasting paper being lignin free.

The exhibition presents two radically different material manifestations of photographs, which are actually both printed on the same durable archival paper using the longest lasting inks. Tillmans continues to make the perceived durability of the framed picture and the perceived fragility of the unframed picture a central theme of his exhibition making practice. The unframed inkjet prints are physically unprotected but are protected by the owner’s right to reprint the work with a set of data given to him at the time of purchase. The framed and glazed photographs are physically protected but come without the right of the owner to reprint the work without the artist's permission. This duality, a contradiction between the desire for the now, the immediate, and for longevity and protection, can be seen repeated in his subject matter and his œuvre as a whole.

The main spaces of the gallery contain six large scale works from two closely related, yet conceptually quite different, groups of pictures which Wolfgang Tillmans worked on throughout 2014.
Both owe their origin to Tillmans' discovery of a constellation of digital and analogue technologies in a short moment of coexistence. The badly tuned television set in the artist's hotel room in St Petersburg, was an old first generation flat-screen TV which had a different speed of image line change and was still using analogue signals. Tillmans hi-resolution digital camera was able to capture the fast-changing television image with a speed, not possible in the past, when such photographs would always have shown diagonal dark bands.
On three visits during 2014 Tillmans explored the potential of this particular television set, creating images which, even though born out of a highly specific setting, eloquently speak about communication and the world we're in at large.
Although these pictures may overwhelm the eye at first glance, they radiate an immense visual excitement drawn from their own pictorial energy.

Seemingly black and white from a distance, upon close-up inspection the works appear to be extremely colourful. Overall colour shifts across the image surface interferes the viewer’s certainty of what he or she actually sees. The seemingly black and white image is revealed to consist of intense red, green, and blue colors.

The Sendeschluss / End of Broadcast photographs show no recognizable signal. They depict a state of entropy which may or may not contain all information overlaid at the same time. The title alludes to the moment at the end of the night when in decades past the official program of a station has ended and the signal was switched off. We may have personal memories of such quaint times, yet on the other hand the switching off of a signal could be caused by censorship  or other violent causes.
At once generic and highly specific, Sendeschluss / End of Broadcast can thus be seen to resonate with Tillmans’s broader practice, which addresses the fundamental question of what it means to create new pictures in an increasingly image-saturated world. With the digital camera, the amount of information presented in a given photograph has become almost infinite and seems to open up several layers within a single image.

The Weak Signal photographs by contrast show a television's receiver trying to decipher a weak signal and attempts to display its image against the over-powering noise of the electromagnetic static always present as a background. Even though no sense can be made, it is clear something is being received, something was sent. It is left open if this is a deliberate or accidental act of misunderstanding.

In the past, Tillmans' has tirelessly explored the boundaries of the photographic process, using various light sources and chemicals along with photographic techniques as a way of further questioning representation using non-figurative strategies. Finding its lineage in his abstract series Freischwimmer, Silver, Lighter, Blushes, and Greifbar, these new works are close kin to Tillmans' Memorial for the Victims of Organized Religion, an installation of black and almost black photographs, which shows that an absolute distinction between what the viewer is presented with, and what he or she imagines to see, cannot be drawn. 

In the meantime, encounter offers the image of seedlings in a planter, which had been accidentally half-covered for a long time.
Bereft of light, they however grow green, leaving their state of a natural « photogram ».


Wolfgang Tillmans was born in Germany in 1968. He lives and works between London and Berlin.
He is the winner of several awards, including the prestigious Turner Prize in Great-Britain and this year the
Hasselblad Award. His works are in the collections of international museums, among them MOMA in New York,
Ludwig Museum in Cologne, Tate Modern in London or Centre Pompidou in Paris.
He has shown his work extensively since de 1990’s. Recent solo shows include in 2012 the Kunsthalle Zürich,
Moderna Museet in Stockholm, MAM in Sao Paulo and Museo del Banco de la Republica in Bogota ; in 2013, the
K21 in Düsseldorf ; in 2014, the Philadelphia Museum of Art, and the Beyeler Fondation in Basel.
His future exhibitions will take place at the National Museum of Modern Art, Osaka (25 July - 23 September 2015) and at the Hasselblad Center, Göteborgs Konstmuseum, in Gothenburg, Sweden, (1 December 2015 - 14 February 2016).


______
1. Lignin is a complex polymer derived from wood, and is an integral part of the secondary cell walls of plantsnand some algae. It is one of the most abundant organic polymers on Earth, exceeded only by cellulose.


Le titre de l'exposition fait référence à une photographie présentée dans l’espace sous verrière, qui montre un arbre fendu après le passage d'un ouragan. La matérialité de l'arbre est exhibée, les fibres à l’aspect élastique se détachent de la plaie béante. La force de la tempête a fendu le bois, mélange de lignine1 et de cellulose. La fabrication du papier – un élément central pour Wolfgang Tillmans dans l'exploration de son medium – nécessite des doses variables de cellulose et de lignine. Or le papier durable et de haute qualité ne contient pas de lignine.

L'exposition présente deux manifestations radicalement différentes de matérialités photographiques imprimées sur le même papier d'archive durable avec des encres identiques quasi-permanentes. Tillmans continue à centrer sa pratique de l’exposition autour des questions de perception de la durabilité de l'image encadrée et de la fragilité de l'image sans cadre. Les impressions jet d'encre non encadrées sont physiquement vulnérables, mais elles sont protégées par le droit accordé au collectionneur de les réimprimer grâce à des données qui lui sont remises au moment de l’acquisition. Les photographies encadrées sont protégées physiquement mais le collectionneur ne peut reproduire l’œuvre sans l'aval de l'artiste. Cette dualité, contradiction entre le désir d'immédiateté et la longévité, sont des problématiques récurrentes dans le travail de Wolfgang Tillmans.

Les espaces principaux de la galerie réunissent six grandes photographies issues de deux groupes d’œuvres qui sont liés mais dont les concepts diffèrent et sur lesquels Tillmans a travaillé au cours de l'année 2014.
Toutes deux ont pour point de départ sa découverte de la brève coexistence d'une constellation de technologies numériques et analogiques. La télévision mal réglée de sa chambre d'hôtel à Saint-Pétersbourg était un produit de la première génération d'écrans plats qui n'avait pas la même vitesse de défilement de l'image et utilisait encore des signaux analogiques. Son appareil photo numérique haute définition a pu capturer le changement rapide de l'image télévisuelle à une vitesse impossible à atteindre il y a encore quelques années lorsque des bandes diagonales sombres apparaissaient sur ce type de photographies.
À l'occasion de trois visites en 2014, Wolfgang Tillmans a exploré le potentiel de ce téléviseur, et en a tiré des images qui résultent d’une installation technique spécifique mais reflètent aussi plus globalement les modes de communication et le monde qui nous entoure.
Si ces photographies peuvent submerger le visiteur au premier abord, leur énergie picturale génère une incroyable stimulation visuelle.

Apparemment en noir et blanc, les pièces sont en fait extrêmement colorées. L'oeil du spectateur soumis aux changements de couleurs qui s'opèrent à la surface de l'image n'a plus ses repères. L'image qui semble être en noir et blanc est en fait composée de nuances intenses de rouge, de vert et de bleu.
Les photographies Sendeschluss / End of Broadcast n'ont pas de signal reconnaissable. Elles représentent un état d'entropie qui pourrait inclure toute l'information superposée au même moment. Le titre évoque le moment, où pendant des années, tard dans la nuit, la coupure du signal marquait la fin du programme officiel. On peut se souvenir avec nostalgie de cette époque, mais cette coupure pouvait aussi résulter de la censure ou de la violence.

À la fois générique et très spécifique, Sendeschluss / End of Broadcast résonne avec l'ensemble de l'oeuvre de Wolfgang Tillmans qui aborde la question fondamentale de la création de nouvelles images dans un monde déjà visuellement saturé. Avec la technologie numérique, la quantité d'informations présente dans une photographie est quasiment infinie et semble suggérer plusieurs couches de lectures possibles d’une même image.

Les photographies de Weak Signal représentent à l'inverse un téléviseur en train d'essayer de décoder un signal faible et qui tente de montrer cette image avec en bruit de fond le son écrasant de parasites électromagnétiques statiques. S'il est impossible de comprendre de quoi il s’agit, il est néanmoins évident qu'il y a réception et émission. Il n'est pas précisé si ce malentendu est intentionnel ou accidentel.

Wolfgang Tillmans explore depuis longtemps les limites du processus photographique, utilisant diverses sources lumineuses, substances chimiques et techniques pour approfondir la question de la représentation au moyen de stratégies non-figuratives. Dans la lignée des séries abstraites Freischwimmer, Silver, Lighter, Blushes, et Greifbar, ces nouvelles œuvres sont également proches de son Memorial for the Victims of Organized Religion,  une installation de photographies à première vue noires qui démontre qu’il est difficile de distinguer ce qui est proposé au spectateur de ce qu'il imagine voir.

encounterpropose l’image de jeunes pousses dans un pot qui ont été accidentellement à moitié recouvertes pendant une longue période. Privées de lumière, elles continuent néanmoins de pousser et conservent leur couleur verte, quittant leur état naturel de « photogrammes ».


Wolfgang Tillmans est né en 1968 en Allemagne. Il vit entre Londres et Berlin.
Il est lauréat de plusieurs prix, dont le prestigieux Turner Prize au Royaume-Uni, et cette année le prix Hasselblad.
Ses oeuvres sont présentes dans les collections de musées internationaux, parmi lesquels le MOMA à New York, le musée Ludwig de Cologne, la Tate Modern à Londres ou le Centre Pompidou à Paris.
Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions depuis les années 1990. Ses dernières expositions personnelles ont eut lieu en 2012 à la Kunsthalle Zürich, au Moderna Museet de Stockholm, au MAM de Sao Paulo et au Museo del Banco de la Republica de Bogota ; en 2013, au K21 de Düsseldorf ; en 2014 au Philadelphia Museum of Art, et à la Fondation Beyeler de Bâle.
Ses prochaines expositions incluent le Musée National d’Art Moderne d’Osaka (25 juillet - 23 septembre 2015) et le Hasselblad Center, Göteborgs Konstmuseum en Suède (1er décembre 2015 - 14 février 2016).

_______
1_   La lignine est un des principaux composants du bois, avec la cellulose et l'hémicellulose. Ses principales fonctions sont d'apporter de la rigidité, une imperméabilité à l'eau et une grande résistance à la décomposition.