Bigindicator

New Figures

Event  |  Reviews  |  Comments
20141016175607-2
© Courtesy of the Artist and Galerie Almine Rech
New Figures

64 rue de Turenne
75003 Paris
FR
October 20th, 2014 - December 20th, 2014
Opening: October 20th, 2014 11:00 AM - 7:00 PM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galeriealminerech.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
contact.paris@alminerech.com
PHONE:  
+33 1 45 83 71 90
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 11-7

DESCRIPTION

Born in the Panama Canal Zone in 1949, Richard Prince’s remarkable artistic trajectory began during America’s bicentennial, 1976, when Jimmy Carter was running for President and New York City was bankrupt. Living in a small East Village apartment he shot slides of advertisements without the blurb copy, and cataloged these commercial gestures as anthropological types: “mixed couples,” “girlfriends,” “cowboys,” etc. He used male escapist commercial art forms like jokes, sex cartoons, drag racing, and girly pictures, some of those from his carefully bought collection of pulp fiction novels. His blown up and framed “rephotographs,” as he called them, were shocking and unexpected artworks, and as puzzling as they were compelling. And this was the tip of an unfathomable artistic iceberg that would emerge. In the early 1980s he surprised us with his meticulously redrawn magazine cartoons, which were stylistically related to the rephotographs. No one thought he could draw—or paint! Then came silk-screens paintings of jokes and cartoons, hand-painted B-girl (bar girl) nurses, minimalist-styled sculptures constructed from custom car parts, and the countless collages pieced together from found images, now including— just after his extraordinary exhibition at Kunsthaus Bregenz—the scanned and over-drawn and collaged “New Figures” and Cutouts.”

The found photographs in the “Cutouts” and “New Figures” evoke the sex pictures mothers once called ”dirty,” but whose children would become the social revolutionaries of the Woodstock Generation; the drawn lines, pale colors, and collaged shapes look back further to Picasso’s elegant lines and Matisse’s scissor-snipped collages, before American art went Pop and life turned electronic. Some of the girls are covered with drawn bodies, another’s arms morph into geometric or schematic appendages in a freehand combination of image, design, and drawing. They also reveal an artist—perhaps the best of his generation— with the technical and artistic freedom to create an unexpected art from an earlier era’s techniques into one that is easily as good and yet wholly contemporary.

Early on Richard Prince explained his “rephotographs” with an alteration of American poet Ezra Pound’s modernist dictum, circa 1914, “Make It New,” in the phrase, circa 1980, “make it again.” Pound’s “it” expressed a modernist’s fedupness with “tradition”; Richard’s referred to modernism’s newness seen through the lens the television and space age. He always looked for subjects that hadn’t been co-opted by art, like jokes, car parts, and B-girls, then creating memory images with familiar photographs and objects as if someone or something else had made them. He made it look easy and natural, which is what television watchers and moviegoers wanted: an art made with the casual élan of Zorro sword-tickling a “Z” on Sargent Garcia’s blouse; an art that combined originality and the suspension of belief as in film’s special effects. The “New Figures” and Cutouts” combine ease, confidence, and special effects. More than that, they project a more complex and more diffident ego from Matisse or Picasso’s, in a manner more complex than their pictorially reductive modernism. Richard achieves newness using today’s complex imaging methods.

Recently he said to me, “I’ve been incredibly lucky when it comes to making exactly what I want.” I’m always surprised at how well he draws, but particularly how seductively he can
get into our complex minds.

Jeff Rian


Né dans la Zone américaine du canal de Panama en 1949, Richard Prince est un artiste dont la trajectoire remarquable débuta lors du bicentenaire des Etats-Unis, en 1976, quand Jimmy Carter était en pleine course présidentielle et la ville de New York en pleine faillite. Dans son petit appartement de l’East Village, l’artiste créait des diapositives de publicités qu’il privait de leur slogan et cataloguait sous différents genres anthropologiques : « couples mixtes », « girlfriends », « cowboys », etc. Il utilisait des images issues de diverses publications destinées à distraire la gente masculine ; blagues, bandes-dessinées érotiques, courses de dragster ou images de charme, dont certaines provenaient de sa collection personnelle de romans de gare, tous sélectionnés avec le plus grand soin. Agrandies et encadrées, ses « rephotographies », comme il les appelait, étaient des oeuvres choquantes et inattendues, aussi déroutantes que captivantes. Il s’agissait alors du sommet d’un insondable iceberg artistique sur le point d’émerger. Au début des années 1980, il nous prit par surprise avec ses dessins humoristiques de magazines minutieusement retravaillés, stylistiquement proches des « rephotographies ». Personne ne se serait douté qu’il savait dessiner, ni même peindre ! Vinrent ensuite les toiles sérigraphiées de « jokes » et de « cartoons », les peintures de « nurses » B-girl (pour bar girl), les sculptures de style minimaliste réalisées à partir de pièces détachées d’automobile et les innombrables collages d’images trouvées, parmi lesquels se comptent désormais – directement après son extraordinaire exposition au Kunsthaus Bregenz – « New Figures » et « Cutouts » mélanges de numérisation et collage redessinés.


Dans les séries « Cutouts » et « New Figures », les photographies trouvées évoquent les images érotiques que les mères de famille appelaient autrefois « cochonnes », mères dont les enfants allaient pourtant devenir les socialistes-révolutionnaires de la génération Woodstock ; les lignes dessinées, les couleurs pâles et les formes ajustées rappellent les traits élégants de Picasso et les collages découpés aux ciseaux de Matisse, bien avant que l’art américain ne prenne son tournant Pop et que la vie s’informatise. Certaines des filles se voient recouvertes de corps dessinés, les bras d’autres d’entre elles se transforment en membres géométriques ou schématiques dans une combinaison à main levée d’image, de design et de dessin. Elles révèlent également un artiste – peut-être le meilleur de sa génération – dont la liberté technique et artistique lui permet de produire à partir des procédés d’une autre époque une forme d’art inattendue, d’une qualité équivalente et qui reste toutefois absolument contemporaine.

A ses débuts, Richard Prince explique ses « rephotographies » par une altération de la maxime moderniste d’Ezra Pound, « Make It New » (vers 1914) qui devient chez lui « make it again » (vers 1980). Le « it » du poète américain exprime le ras-le-bol moderniste envers la « tradition », celui de l’artiste contemporain faisait référence à la nouveauté moderniste vue à travers la lentille de la télévision ou de la conquête spatiale. Richard Prince a toujours cherché des sujets que l’art n’avait pas déjà récupérés tels les « jokes », les pièces détachées d’automobile ou les B-girls pour créer ensuite des images mémorielles au moyen de photographies familières et d’objets, comme si elles avaient en fait été réalisées par quelqu’un, ou quelque chose, d’autre. Il leur a donné un air de facilité et de naturel, précisément ce que recherchaient les amateurs du petit ou du grand écran; un art créé avec l’aisance désinvolte de Zorro signant le plastron du Sergent Garcia à l’épée ; un art qui, comme les effets spéciaux au cinéma, allie l’originalité à l’incrédibilité. « New Figures » et « Cutouts » sont en effet une combinaison d’aisance, d’assurance et d’effets spéciaux. Au delà de ça, ces oeuvres projettent un ego plus compliqué et plus réservé que celui de Matisse ou de Picasso, une manière plus complexe que celle de leur modernisme visuellement radical. À partir de la complexité des techniques actuelles d’imagerie, Richard parvient à produire du neuf. Récemment il me confiait : « Quelle chance que de faire exactement ce que je veux ». Je suis toujours étonné de son talent de dessinateur, mais surtout de ses qualités de séducteur lorsqu’il s’agit de pénétrer l’imbroglio de nos esprits.

Jeff Rian

ArtSlant has shutdown. The website is currently running in a view-only mode to allow archiving of the content.

The website will be permanently closed shortly, so please retrieve any content you wish to save.