Bigindicator

Solo Show

Event  |  Reviews  |  Comments
20131222122413-13--122113
© Courtesy of the artist and Galerie Almine Rech
Solo Show

64 rue de Turenne
75003 Paris
FR
January 9th, 2014 - February 15th, 2014
Opening: January 9th, 2014 5:30 PM - 8:30 PM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galeriealminerech.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
contact.paris@alminerech.com
PHONE:  
+33 1 45 83 71 90
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 11-7
TAGS:  
stainless steel assemblages

DESCRIPTION

“A raw reality that remains supple by being lubricated or oiled with a kind of sarcasm.” – Franz West 

For his second solo exhibition at Almine Rech Gallery, Los Angeles-based artist Joel Morrison presents a new body of stainless steel assemblages. An unwavering conceptual framework is fused with everyday objects and encased in seamlessly refined exteriors. Through flawless surfaces and impeccable fabrication, Morrison effectively lubricates the raw and, at times, gritty, underlying reality in his work. 

Oscillating between high and low, minimalism and abstraction, order and chaos, Morrison reaches a global audience through undeniable craftsmanship while maintaining his subversive integrity. Found objects that are organic, tangential and seemingly arbitrary are enhanced into exalted roles. The stitched pattern on the blanket of New Madrid reveals the same pattern of a Frank Stella painting from 1961. A common French pastry is reoriented on a neoclassical bust as a croissant mustache bearing an unlikely parallel to Southern Californian Hispanic “cholo” culture. 

Everyday objects like anvils, corncobs, studded jackets and tin foil are cast in various metals. Utilizing a medium that is often associated with monochromatic, cold and rigid aesthetics, the artist contradicts this initial interaction by enveloping the work in perfect, mirror polished surfaces. The viewer is immediately tethered to the work, with a personal interaction and intimacy. The colors from hair, clothes and other surrounding environmental elements are instantly absorbed. Though cast in a staunch and unyielding material, the work is constantly revitalized by its influx of viewers and surroundings. 

The refined surfaces of the artworks allude to a team of specialized fabricators and technologically advanced machines creating the works, as opposed to the physically demanding, painstaking and analog process by which the artist’s hand is literally involved in every step of the process. 

Born in 1976 in Seattle, Washington, Joel Morrison lives and works in Los Angeles, California. In recent years he has taken part in several exhibitions, including Six Solos at the Wexner Center for the Arts (Columbus, Ohio, 2011); the California Biennial at the Orange County Museum of Art (2006); and at the Gagosian Gallery (Hong Kong 2012, New York 2011, Beverly Hills 2008). His work was also shown in the Project Room of the Santa Monica Museum of Art in California in 2003.

__________________________________

« Une réalité à l’état brut qui reste souple car elle est lubrifiée, ou huilée, avec une espèce de sarcasme. » – Franz West 

Pour sa seconde exposition personnelle à la galerie Almine Rech, l’artiste californien Joel Morrison présente un nouvel ensemble d’assemblages en acier inoxydable. Un cadre conceptuel inébranlable est joint à des objets du quotidien et enchâssé dans des extérieurs lisses et raffinés. Grâce à des surfaces sans faille et à une fabrication impeccable, Morrison lubrifie efficacement la réalité brute et parfois crue qui sous-tend son œuvre.

Oscillant entre art élitiste et art populaire, minimalisme et abstraction, ordre et chaos, Morrison touche un public divers grâce à un indéniable travail d’artisan, tout en maintenant une intégrité subversive. Il élève des objets trouvés organiques, divergents et apparemment arbitraires en leur offrant des rôles exaltés. Le motif cousu sur la couverture New Madrid est le même que celui d’une peinture de Frank Stella de 1961. Une viennoiserie française ordinaire est détournée sur un buste néo-classique, formant un croissant-moustache qui présente un surprenant parallèle avec la culture hispanique « cholo » du Sud de la Californie.

Des objets du quotidien comme des enclumes, des épis de maïs, des vestes cloutées et du papier d’aluminium sont coulés dans des métaux divers. Faisant usage d’un moyen d’expression souvent associé à une esthétique monochromatique froide et rigide, l’artiste s’oppose à cette interaction initiale en enveloppant l’œuvre dans des surfaces parfaites, miroitées et polies. Le spectateur se trouve ainsi immédiatement lié à l’œuvre, dans un rapport intime et personnel. Les couleurs de ses cheveux, de ses vêtements et d’autres éléments de l’environnement sont instantanément absorbées par la pièce. Bien que coulée dans une matière solide et très résistante, l’œuvre est sans cesse revitalisée par l’afflux de visiteurs et par son environnement.

Les surfaces raffinées des pièces évoquent une équipe de fabricants spécialisés, créant les œuvres au moyen de machines sophistiquées. Ceci contraste avec le caractère physiquement éprouvant et la minutie du processus analogue par lequel la main de l’artiste est littéralement impliquée dans chaque étape du processus.

Né en 1976 à Seattle dans l’état de Washington, Joel Morrison vit et travaille à Los Angeles en Californie. Il a participé ces dernières années à de nombreuses expositions dont Six Solos au Wexner Center for the Arts (Columbus, Ohio, 2011) et California Biennial au Orange County Museum of Art (2006). Son œuvre a également été exposée à la galerie Gagosian (Hong Kong 2012, New York 2011, Beverly Hills 2008). Joel Morrison a également occupé la Project Room du Santa Monica Museum of Art  (Californie, 2003).

ArtSlant has shutdown. The website is currently running in a view-only mode to allow archiving of the content.

The website will be permanently closed shortly, so please retrieve any content you wish to save.