Bigindicator

The Picture Collection

Event  |  Reviews  |  Comments
20131107012330-large
Folder: Costume - Veil; The Picture Collection Archival Inkjet Print 47 X 62 Inches © Courtesy of the Artist and Galerie Almine Rech
The Picture Collection

64 rue de Turenne
75003 Paris
FR
November 16th, 2013 - December 21st, 2013
Opening: November 16th, 2013 5:30 PM - 8:30 PM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galeriealminerech.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
contact.paris@alminerech.com
PHONE:  
+33 1 45 83 71 90
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 11-7

DESCRIPTION

It is human instinct to seek order and to find ways of making sense of the chaos that surrounds us. The Picture Collection reveals this ongoing impulse to categorize and set up ways of indexing, controlling, and understanding information which preceded the possibilities that technology allows. "  —Taryn Simon

Almine Rech Gallery is pleased to present The Picture Collection, by artist Taryn Simon. 

The Picture Collection comprises forty-nine works created from the New York Public Library’s picture archive, one of the august institution’s lesser-known troves. The archive contains 1.29 million prints, postcards, posters, and images carefully clipped from books and magazines. Organized by a complex cataloguing system of over 12,000 subject headings, it is the largest circulating picture library in the world. 

Since its inception in 1915, the Picture Collection has been an important resource for writers, historians, artists, filmmakers, designers, and advertising agencies. Diego Rivera, who made use of it for his Rockefeller Center mural, Man at the Crossroads (1934), noted that the scope of this image archive might go on to shape contemporary visions of America—suggesting that today’s “accidents” might be the basis for tomorrow’s collective understanding. Andy Warhol was also a frequent user of the collection, with a particular interest in advertising images—many of which were never returned.

The Picture Collection’s content and categories follow a crude algorithm, reactive to the happenstance of image donations over time, the interests of librarians, and the specific requests of library users. The collection serves as a space where images that are historically inscribed and validated exist beside those that are not. This flattening of hierarchies positions generic advertising pictures next to photographs by Weegee or Steichen, and a Rauschenberg reproduction next to a travel postcard or an anonymous artist’s work.

In The Picture Collection, Taryn Simon highlights the impulse to archive and organize visual information, and points to the invisible hands behind seemingly neutral systems of image gathering. Simon sees this extensive archive of images as a precursor to Internet search engines. Such an unlikely futurity in the past is at the core of the Picture Collection. The digital is foreshadowed in the analog, at the same time that history—its classifications, its contents—seems the stuff of projection. 

*

On view will also be a selection from Simon’s Black Square (2006-2013).  In this series, Simon photographs disorienting subjects, each highlighting a specific cultural complexity, collapse or ambiguity within the exact frame size as Kazimir Malevich's 1915 Suprematist masterpiece. Malevich’s Black Square—an elemental black square painted on canvas with a white border--represented both an end and a beginning in art history, an attempt to create a new mode of visual representation devoid of overt social or political meaning, yet devastating in its implications for the painted image. In this contemporary homage, Simon embraces Malevich’s pure aesthetic intentions and profound impact on the history of art and visual communication, but pushes his initiatives forward onto contemporary ground. As in previous series by the artist (A Living Man Declared Dead and Other Chapters I- XVIII, 2011;Contraband, 2010), the focal point in Black Square is often found in the gap that lies between image and caption.

Taryn Simon was born in 1975. Her artistic medium consists of three equal elements: photography, text, and graphic design. Her works investigate the impossibility of absolute understanding and open up the space between text and image, where disorientation occurs and ambiguity reigns. Simon’s works have been the subject of monographic exhibitions at institutions including Museum of Modern Art, New York (2012), Tate Modern, London (2011); Neue Nationalgalerie, Berlin (2011); Whitney Museum of American Art, New York (2007. Permanent collections include the Metropolitan Museum of Art, Tate Modern, Whitney Museum, Centre Pompidou, and the Los Angeles Museum of Contemporary Art. In 2011 her work was included in the 54th Venice Biennale. She lives and works in New York.


« Il est naturel de rechercher l’ordre, d’essayer de trouver des moyens de comprendre le chaos qui nous entoure. ‘The Picture Collection’ dévoile ce besoin constant de catégoriser, d’élaborer des méthodes pour indexer, contrôler et comprendre l’information qui a précédé les possibilités offertes par la technologie. » — Taryn Simon

La galerie Almine Rech est heureuse de présenter The Picture Collection, une exposition de l’artiste Taryn Simon.

La série The Picture Collection se compose de 49 pièces créées à partir du fonds d’archives iconographiques de la New York Public Library, un joyau méconnu de cette vénérable institution. Ce fonds d’archives compte 1,29 million d’estampes, cartes postales, affiches et images soigneusement récoltées dans des livres et des revues. Organisée selon un système de catalogage complexe de plus de 12.000 rubriques, il s’agit de la plus grande bibliothèque iconographique de prêt au monde.

Depuis sa création en 1915, cette « Picture Collection » a constitué une ressource importante pour des écrivains, historiens, artistes, réalisateurs, graphistes et agences de publicité. Diego Rivera, qui s’en est servi pour sa fresque murale au Rockefeller Center, Man at the Crossroads (1934), a noté que l’ampleur de ce fonds d’archives iconographiques pourrait contribuer à façonner des visions contemporaines de l’Amérique. Il suggérait ainsi que les « accidents » d’aujourd’hui pourraient servir de base à la compréhension collective de demain. Andy Warhol a fréquemment eu recours à cette collection, avec un intérêt particulier pour les images publicitaires – nombre d’entre elles qu’il a empruntées ne furent d’ailleurs jamais rendues. 

Le contenu et les catégories du fonds de la Picture Collection répondent à un simple algorithme, au hasard des donations successives d’images, aux préférences des bibliothécaires et aux demandes spécifiques des utilisateurs de la bibliothèque. La collection fait coexister des images inscrites dans l’histoire et d’autres qui ne le sont pas. Ce nivellement des hiérarchies place des images publicitaires génériques à côté de photographies de Weegee ou Steichen, ou encore une reproduction d’un Rauschenberg à côté d’une carte postale ou d’une œuvre d’un artiste anonyme. 

Dans la série The Picture Collection, Taryn Simon met en évidence cette impulsion de l’archivage et de l’organisation de l’information visuelle et pointe les mécanismes qui régissent les systèmes apparemment neutres de collecte d’images. L’artiste voit en ce vaste fonds d’archives iconographiques un précurseur des moteurs de recherche en ligne. L’idée que le passé recèle un futur aussi improbable est au cœur de The Picture Collection.  Le numérique est préfiguré par l’analogique, et en même temps l’histoire – ses classifications, ses contenus – semble être sujette à une projection. 

*

Les visiteurs pourront également découvrir une sélection de Black Square (2006-2013). Pour cette série, Taryn Simon a photographié des sujets déconcertants, chacun mettant en évidence une complexité, un effondrement ou une ambiguïté culturels spécifiques dans un format identique au chef-d’œuvre suprématiste de Kasimir Malevitch de 1915. Le Carré Noirde Malevitch – un carré noir élémentaire peint sur une toile, avec une bordure blanche – représentait à la fois une fin et un commencement dans l’histoire de l’art, une tentative de créer un nouveau mode de représentation visuelle dépourvu de signification sociale ou politique explicite, mais avec des implications dévastatrices pour l’image peinte. Dans cet hommage contemporain, Taryn Simon embrasse les intentions esthétiques pures de Malevitch et son impact profond sur l’histoire de l’art et de la communication visuelle, mais les transpose sur un terrain contemporain. Comme dans certaines séries précédentes de l’artiste (A Living Man Declared Dead and Other Chapters I-XVIII, 2011 ; Contraband, 2010), le cœur de Black Square se trouve fréquemment dans l’espace entre l’image et sa légende.

Taryn Simon est née en 1975. Le médium artistique de son choix se compose de trois éléments de valeur égale : la photographie, le texte et le graphisme. Ses œuvres examinent l’impossibilité de tout comprendre et creusent l’espace entre le texte et l’image, où la désorientation guette et où l’ambiguïté règne. Les œuvres de Taryn Simon ont entre autres fait l’objet d’expositions monographiques au MoMA de New York (2012), à la Tate Modern de Londres (2011), à la Neue Nationalgalerie de Berlin (2011) et au Whitney Museum of American Art de New York (2007). Ses œuvres sont notamment conservées dans les collections permanentes du Metropolitan Museum of Art, de la Tate Modern, du Whitney Museum, du Centre Pompidou et du Los Angeles Museum of Contemporary Art. Taryn Simon a participé à la 54ème Biennale de Venise en 2011. Elle vit et travaille à New York. 

 

ArtSlant has shutdown. The website is currently running in a view-only mode to allow archiving of the content.

The website will be permanently closed shortly, so please retrieve any content you wish to save.