Bigindicator

I think that here I have heard my own voice coming to me from somewhere else

Event  |  Reviews  |  Comments
20101020083536-ps
The Perfect Sound, 2009 Video Still © Courtesy the artist
I think that here I have heard my own voice coming to me from somewhere else
Curated by: Corinne Charpentier

Petites-Rames 22
1700 Fribourg
FR
Switzerland
November 20th, 2010 - January 16th, 2011
Opening: November 19th, 2010 6:00 PM - 11:00 PM

QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.fri-art.ch/
COUNTRY:  
Switzerland
EMAIL:  
info@fri-art.ch
PHONE:  
T +41(0)26 323 23 51
OPEN HOURS:  
Mercredi au vendredi de 12h à 18h Samedi et dimanche de 13h à 18h Nocturne jeudi 18h à 22h, entrée libre et bar
TAGS:  
video, identity, language, Political, serbian video-art

DESCRIPTION

Née en 1979, Katarina Zdjelar a notamment représenté la Serbie lors de la biennale de Venise en
2009, aux côtés de Zoran Todorovic. Elle vit et travaille à Rotterdam. Pour son exposition personnelle au centre d'art de Fribourg, elle présentera six vidéos récentes, dont une nouvelle production.
Les portraits vidéographiques de Katarina Zdjelar concentrent leur objet sur le langage et son
apprentissage. La langue étrangère apprise, remémorée, énoncée ou décryptée, est une source
clairement lisible de tension physique et mentale chez les personnages, qu’ils soient un groupe de militants italiens, des écoliers turcs, des citoyens ordinaires des pays de l’Est ou des immigrants européens.
La poétique de ces portraits tient à la rencontre entre les diverses idéologies qui se trahissent dans ces langues et les aspects psychologiques qui se lisent sur les visages. L’artiste observe méticuleusement l’étroite corrélation établie entre la question du langage et celle de l’appartenance, communautaire ou sociale.
The Perfect Sound (2009) montre le travail d'un thérapeute consistant à ôter tout accent étranger de
l'anglais de son patient, basé sur la répétition, presque incantatoire, de phonèmes. Le but affirmé
est d'obtenir un anglais international, prisé du monde des affaires et dénué de toute particularité.
Cette recherche de la neutralité se fait au prix d'un travail physique et phonétique conséquent et
surtout de l'abandon d'une partie de la personnalité du patient.
Les efforts déployés pour dépasser une barrière linguistique peuvent mettre les protagonistes dans une situation particulière de vulnérabilité. Dans la vidéo Shoum (2009), la caméra se focalise sur un exercice de décodage de la chanson "Shout" du groupe pop britannique Tears for Fears.
Deux hommes, parlant serbe et ne comprenant manifestement pas l'anglais, effectuent une
transcription homophonique de la chanson, créant quasiment un nouveau langage, pour leur
permettre de la chanter.