STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Galerie Dominique Fiat

Exhibition Detail
Medusa Caravage Salon
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
France


June 22nd, 2013 - July 26th, 2013
Opening: 
June 22nd, 2013 4:00 PM - 9:00 PM
 
Head of Medusa, Head of Medusa,
1598, Oil on canvas mounted on wood, 55.5 cm diameter
© Uffizi Gallery Museum, Firenze
> ARTISTS
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.dominiquefiat.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
info@dominiquefiat.com
PHONE:  
+33 01 40 29 98 80
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 11-7
TAGS:  
mixed-media, photography, sculpture, modern, abstract, conceptual, performance, video-art, graffiti/street-art, installation
> DESCRIPTION

« MEDUSA CARAVAGE SALON » est un projet évolutif et ouvert. Plus qu’une exposition soutenue par une pensée curatoriale, il est question ici de concevoir un espace, un lieu pour rendre compte de formes, de contenus et de gestes plurivoques.


Les œuvres et objets sont choisis dans la galerie Dominique Fiat, mais aussi dans d’autres galeries et collections privées. Leur sélection est soumise à la contrainte d’usage de mettre en relation des œuvres déjà produites ou réactivées pour cette occasion. Dans cette démarche intersubjective de la mise en place d’une exposition, la question sémantique nous semble en corrélation avec l’action d’une parole plurielle : celle des organisateurs (institutionnel et privé), des œuvres, des artistes et des visiteurs s’inscrivant dans un contexte donné. En effet, si nous considérons qu’une influence s’opère sur les objets et le sens par la médiation de l’exposition, nous voulons ici en interroger les modalités et les procédures.
Conçu comme un dispositif hybride entre un laboratoire expérimental, un salon de coiffure et un cabinet de curiosités, « MEDUSA CARAVAGE SALON » se présente comme une expérience politique et esthétique.


Politique : Nous parlons ici de politique non pas comme l’engagement politisé des artistes ou des œuvres, mais comme l’a suggéré Hannah Arendt : « L’homme est apolitique. La politique prend naissance dans l’espace-qui-est-entre-les-hommes, donc dans quelque chose de fondamentalement extérieur-à-l’homme. Il n’existe donc pas une substance véritablement politique. La politique prend naissance dans l’espace intermédiaire et elle se constitue comme relation. »


Esthétique : « MEDUSA CARAVAGE SALON » est un dispositif qui prend place dans cet espace intermédiaire, lieu d’échange et d’usage, symbolique et réel. Dans ce lieu commun et contradictoire s’articulent à la fois des liens et des écarts. Nous y interrogerons entre autre ce que Jacques Rancière évoque dans son texte Le Spectateur émancipé comme l’efficacité d’un dissensus :« Ce que j’entends par dissensus, ce n’est pas le conflit des idées ou des sentiments. C’est le conflit de plusieurs régimes de sensorialité. C’est par là que l’art, dans le régime de la séparation esthétique se trouve toucher à la politique. »
L’espace de la galerie est ici configuré par étapes dans la durée de l’exposition. Les visiteurs pourront suivre l’évolution du projet et enir assister à des rendez-vous planifiés sous formes d’interventions, de performances, de projections vidéo et de tables rondes.


« MEDUSA CARAVAGE SALON » a comme objectifs d’être une plateforme d’échanges, un espace partagé, un lieu où peuvent se mouvoir les corps, les œuvres et les pensées dans un environnement et une temporalité dynamique.

Massimiliano Baldassarri

Le projet « MEDUSA CARAVAGE SALON » est né d’une succession d’échanges entre Rebecca Bournigault (artiste), Dominique Fiat (galeriste) et Massimiliano Baldassarri
(artiste/curateur).


1 Hannah Arendt, Qu’est-ce que la politique ? (éditions du Seuil, Paris, 1995), p. 33.
2 Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé (éditions La Fabrique, Paris, 2008), p. 66.


 


“MEDUSA CARAVAGE SALON” is an open, evolving project. It is more than a simple exhibition underpinned by a certain curatorial mindset; it is about designing a space, a site for taking stock of shapes, contents and gestures that possess a range of meanings.

The works and objects were chosen at Galerie Dominique Fiat, as well as other galleries and private collections. Their selection was subjected to a constraint with respect to their use, i.e., the idea of associating artworks that have already been produced or reactivated for the occasion. In this intersubjective approach to laying out an exhibition, the semantic question seemed to correlate with the action of a multifaceted discourse, whether of the organizers (both institutional and private), the artworks, artist or visitors inscribed in a given context. Indeed, if we consider that objects and meaning are subject to a certain influence through the intermediary of the exhibition, then it is our wish to question those modalities and procedures here. Designed as a hybrid arrangement of an experimental laboratory, a beauty parlor, and a cabinet of curiosities, “MEDUSA CARAVAGE SALON” stands as both a political and an aesthetic experience.


Political: We are speaking of the political here not as the politicized commitment of artists or works of art, but as Hannah Arendt thought of the term, “Man is apolitical. Politics arises between men, and so quite outside of man. There is therefore no political substance. Politics arises in what lies between men and is established as relationships.”


Aesthetic: “MEDUSA CARAVAGE SALON” constitutes a project occupying that intermediary space, a place of exchange and use, symbolic and real. In this common yet contradictory place, connections and differences are articulated. Here we examine, for example, what Jacques Rancière conjures up in Le Spectateur Émancipé as the effectiveness of a dissensus, “What I mean by dissensus is not the conflict of ideas or feelings. It is the confl ict of several sensorial regimes. It is along these lines that art, in the regime of aesthetic separation, borders on politics.” Here the gallery space is configured in stages over the run of the show. Visitors will be able to follow the project’s evolution and attend a range of artists’ interventions, performances, video screenings and round-table discussions.

“MEDUSA CARAVAGE SALON” aims to be a platform for exchanges, a shared space, a place where bodies, works and thoughts can freely circulate in a dynamic environment and time frame.


Massimiliano Baldassarri



The project “MEDUSA CARAVAGE SALON” took shape around a series of exchanges between Rebecca Bournigault (artist), Dominique Fiat (gallery owner), and Massimiliano Baldassarri (artist/curator).


1 Hannah Arendt, The Promise of Politics (New York: Schocken Books, 2005), 95.
2 Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé (Paris: éditions La Fabrique, 2008), 66.


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.