STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Gabrielle Maubrie

Exhibition Detail
SORTIR DE SA RÉSERVE
24 Rue Sainte Croix de la Bretonnerie
75004 Paris
France


May 29th, 2013 - July 13th, 2013
 
"CONK" , Christian MarclayChristian Marclay, "CONK" ,
2006, edition 2/5
© Courtesy of the artist and Gabrielle Maubrie
> ARTISTS
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.gabriellemaubrie.com
NEIGHBORHOOD:  
4th Arrondissement
EMAIL:  
maubrie@orange.fr
PHONE:  
01 42 78 03 97
OPEN HOURS:  
Tuesday through Saturday from 2 to 7pm and by appointment
> DESCRIPTION

DENNIS ADAMS
« AIRBORNE » 2002

Observant le ciel au-dessus du bas Manhattan depuis le 11 septembre, Adams a photographié les journaux et les sacs de plastique qui flottent dans l'air au-dessus de la ville. Ces légers débris profitent des courants d'air provoqués par la circulation, l'architecture et les changements de température pour se maintenir en suspension. Dennis Adams a capté ces fragments d'urbanité flottant dans la lumière atmosphérique d'un ciel changeant, signes potentiels à la fois de mémoire et de prophétie.

GUILLAUME BIJL
« COMPOSITION » 2012

Presque toutes mes compositions ont pour titre « Composition Trouvée» ».
Cette dénomination est née lors de la réalisation d’une composition en 1983. Le terme « Composition Trouvée » est une allusion au terme « Objet Trouvée » qui existe déjà, dans ce sens qu’il s’agit toujours dans ce cas d’une composition identifiable, consciemment composée, dans le genre de…d’un objet existant… « comme trouvée ». Ce sont des bribes de réalité, variant de fragments insignifiants de consommation et d’intérieur à des imitations de décor de manifestations publiques.

JOSEPH HAVEL

Né en 1954 à Minneapolis, U.S.A.
Dans son travail, Havel utilise des éléments banals, tels que des draps, des drapeaux et des livres. Il manipule physiquement et conceptuellement les objets pour effacer leur contexte d’origine et leur fonction. Havel produit des œuvres qui révèlent de nouvelles significations dans leur forme modifiée.

NELSON LEIRNER

Né en 1932 à Sao Paulo, Brésil, Nelson Leirner entame sa carrière au début des années 1960 dans un groupe de conceptualistes brésiliens très actifs. Son art est alors politiquement engagé et visuellement économe de moyens. Comme cette exposition le montre, l'aspect politique est resté très présent même si l'expression a gagné en densité matérielle.


GORDON MATTA-CLARK
1943-1978

L’artiste américain Gordon Matta-Clark, architecte de formation, utilise l’environnement urbain et plus particulièrement les édifices, comme matériau. Il refaçonne les immeubles vides notamment en y découpant des fragments. De par son approche, il transforme l’architecture en sculpture, il met à nu l’âme d’une bâtisse : to convert a place in a state of mind.


THÉO MERCIER
Né en 1984 à Paris
L’œuvre de Théo Mercier est assurément pleine d’esprit, d’humour, de légèreté, de gravité, d’élégance, de charme, de poésie, de trouvailles, de surprises, de grincements, de sens pluriels… C’est-à-dire pleine d’avenir.

CHRISTIAN MARCLAY
Né en 1955 à San Rafael, Californie, U.S.A.

Le travail de Christian Marclay explore les connexions entre beaux-arts, son, photographie, vidéo et film, transformant les sons et la musique en une visible forme visible physique grâce à la performance, le collage, la sculpture, installation, la photographie et la vidéo.
« CONK » (2006) est une œuvre faite à partir d’onomatopées qu’il a arrachées de bandes dessinées et de collages avant de les scanner et de les réimprimer en grand format. Ces onomatopées, avec leurs lettres géantes et leurs chapelets de voyelles ininterrompues, explosent à travers la page à des moments décisifs dans toutes les équipées de super-héros, mais leur présence forte reste silencieuse jusqu’à ce qu’elles soient interprétées et lues à haute voix. Marclay traite ces mots comme des objets, créant des collages qui soulignent la matérialité du papier et de l’encre de la bande dessinée d’origine. Retirés de leur contexte narratif, les mots pétillent avec une violence aléatoire et une énergie à peine contenue.

ANTONI MUNTADAS

« Regarder, voir, percevoir » 2009-2012
lampes et lettres adhésives découpées
intervention dans laquelle trois lampes de bureau posées sur une tablette éclairent de près, à la manière de lampes d’interrogatoire ou de projecteurs de télévision, les mots « regarder, voir et percevoir »

MARCO ROUNTREE
Né en 1982 à Mexico
Vit et travaille à Mexico
La proposition de Marco Rountree consiste en la simple action de plier les pages de livres vers la gauche et les présenter sur des étagères en bois, rendant ainsi leur lecture impossible. L’altération de la structure initiale du livre le transforme en un autre objet, le libérant de son rôle initial (la lecture) pour en faire un objet sculptural avec de nouvelles connotations formelles. Après que chaque page a été tournée, émerge une sorte de code ou de graphisme complètement différents de ceux que le livre avait à son origine. Cette impossibilité d’acquérir des connaissances est l’une des questions actuelles soulevées dans le travail de Marco Rountree. Le faible taux de lecture de livres par la population mexicaine, suggèrent les difficultés de la population des pays à faible revenu pour développer une éducation adéquate.

HRAFNKELL SIGURDSSON
2008

Dans ses œuvres les plus récentes Hrafnkell Sigurdsson traite fréquemment du thème du gaspillage en se référant à l’emballage, ce signe flagrant de la société de consommation.

Les associations sont multiples, même si en matière de signification rien dans ces œuvres se laisse fixer pour de bon. Le papier d’emballage nous renvoi directement à l’exemple de Freud, dans son « Malaise dans la Civilisation » de 1929. Les papiers épars, qui jonchaient les chemins de la forêt de Vienne et que le psychiatre prit comme indice incompatible avec l’état civilisé, sont néanmoins les signes les plus flagrants de notre civilisation. Peut-être c’est triste mais c’est pourtant dans les détritus que nous nous élevons au-dessus des autres bêtes. Celui qui remplit au plus vite le dépôt d’ordures est le plus estimé et par conséquent le plus civilisé.


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.