Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Galerie Isabelle Gounod

Exhibition Detail
Bruissements
Curated by: Léa Bismuth
13, rue Chapon
75003 Paris
France


June 22nd, 2013 - July 27th, 2013
Opening: 
June 22nd, 2013 4:00 PM - 9:00 PM
 
CCLII, Claire ChesnierClaire Chesnier, CCLII,
2013, ink on paper, 139 x 135 cm
© Courtesy of the artist
> ARTISTS
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galerie-gounod.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
info@galerie-gounod.fr
PHONE:  
+33(0)1 48 04 04 80
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 11am-7pm, or by appt.
TAGS:  
sculpture, video-art, photography
> DESCRIPTION

« Plus l’oreille s’ouvre aux petits bruits, aux petits bruits secrets, plus ceux-ci se font sonores », Peter Handke

Prêtons l’oreille à ce qui « bruit » sous les éclats de voix. Ecoutons le langage utopique des souterrains, habituellement caché sous le fracas des sirènes, le tapage enragé et les cris.

Pour cela, l’exposition obéit à une double géographie : à la fois exposition dans la galerie et espace évolutif sur internet, à travers le site bruissements.net hébergeant une expérience littéraire proposée à l’écrivain Arnaud Maïsetti. A travers l’écriture d’un texte en constante transformation et actualisé chaque jour dans l’exposition, celui-ci fait entrer le spectateur-lecteur dans l’écriture d’un flux continu, réagissant à la dimension nécessairement « bruissante » de toute écriture et de toute actualité, à la « rumeur du monde », diffuse et tentaculaire.

Lorsque le bruissement se fait vision, c’est un arbre aux feuilles légères qui tremble, dans les dérives photographiques d’Ester Vonplon dans une Suisse hors du temps, celle de la mémoire et des maisons abandonnées ; ou dans le dessin d’Anne-Lise Broyer rejouant littérairement l’éveil du regard sur toutes choses. Ces œuvres, toujours à la limite de la visibilité, n’offrent plus qu’une vision troublée, aux contours imprécis plus que flous, un instant d’attente à la cime des arbres.

Plus loin, la glace n’aura pas d’autre rivale que la morsure du soleil et les cendres d’un feu : la caméra primitive de Juliette Agnel enregistre la vision inversée d’étendues givrées en Islande qui apparaissent comme des nuages légers et flottants ; pendant que les « images du hasard » de Manon Bellet, produites par réaction thermique, laissent apercevoir des clairs de lune, des reflets fragiles que seuls les contes savent faire naître. Les origines de la photographie ne sont jamais bien loin, espace inframince dans lequel les images décident d’apparaître.

La rumeur secrète et animale de la vie urbaine s’incarne dans le majestueux loup de Lionel Sabatté, rodant dans l’espace de la galerie, réalisé à partir de poussière grise, ramassée à la station de métro Châtelet, dans ces couloirs sales où chaque jour, des milliers d’âmes humaines laissent des traces. Des corps se sont frôlés, des cheveux se sont envolés, des parcelles de vie se sont consumées et l’artiste est ici dépositaire d’une matière maudite.

Et puis c’est la nuit, pourtant il nous faut garder les yeux ouverts dans l’obscurité, afin de distinguer les traînées de lumières laissées par les voitures, comme des lucioles d’un nouveau genre dans le film Nuit Blanche #1 de Jérémie Scheidler.

« La lumière s’éteint toujours », nous dit enfin une petite toile d’Aurore Pallet. Et les yeux se ferment, tout redevient calme, comme dans le lavis d’encre profonde de Claire Chesnier, seul véritable crépuscule de l’exposition. Le monde attend son heure, l’éclipse, qui ne saurait tarder.

 

Léa Bismuth

_________________________________

Juliette Agnel
Née en 1973 Vit et travaille à Paris  Exposition personnelle récente :Galerie des Nouvelles Images, Hôtel Scribe, Paris, 2013 www.julietteagnel.com

Pendant près de dix ans, Juliette Agnel a été « en route » : elle a traversé des territoires, voyagé au Mali, en Côte d’Ivoire, au Niger, en Corée, jusqu’à l’Islande et la Norvège. Sa camera obscura numérique conserve ce halo primitif dans lequel les images se forment, une zone d’incertitude visuelle, réceptacle de contrées à explorer.

Manon Bellet
Née en 1979 Vit et travaille entre Bâle et à Berlin Exposition personnelle à venir : Kunstmuseum Solothurn, novembre 2013 www.manonbellet.com

Manon Bellet crée des images avec des ombres et des lumières, selon des procédés inattendus. Ainsi, ses Images du hasard sont obtenues par réaction thermique sur du papier fax exposé au soleil sur une surface de métal chaude. Cette oeuvre performative travaillant le hasard, nous renvoie aux origines de la photographie, et véhicule un rendu quasi pictorialiste : des brouillards disparaissent derrière des clairs de lune et en appellent à la rêverie.

Anne-Lise Broyer
Née en 1975 Actuellement résidente à la Casa Velasquez, Madrid Exposition personnelle récente : Leçons de Sainte Victoire, Galerie Particulière, Paris, 2013 Représentée par la Galerie Particulière, Paris www.annelisebroyer.com

Anne-Lise Broyer écrit les images comme on écrit des livres. Sa démarche est à comprendre dans le sillage de Marguerite Duras, Georges Bataille, Mallarmé et bien d’autres auteurs avec qui elle partage une sensibilité profondément littéraire, une volonté d’expérience intérieure du monde. Qu’elle dessine ou photographie, elle ne cesse d’ouvrir les portes d’une fiction en devenir, constituée de glissements et d’éblouissements.

Claire Chesnier
Née en 1986 Vit et travaille à Paris 2013 : Lauréate du Prix Yishu 8, Pékin Lauréate du prix « Talent Contemporain », Fondation François Schneider Représentée par la Galerie du Jour agnès b., Paris www.clairechesnier.com

Depuis cinq ans, Claire Chesnier obéit à une contrainte : elle se contente de faire apparaître une forme colorée aux contours nets dans l’espace blanc de la feuille de papier. Par ce geste — qui est avant tout un « revoilement », un recouvrement de la surface par un voile coloré — elle entre dans un dialogue avec la fluidité de la couleur et la « peau » épaisse et immaculée du papier, faisant de chaque coup de brosse l’instant d’une tension, entre intensité, amplitude, maîtrise et laisser aller du geste de la main et du bras. On assiste à une présence de la forme comme suspendue au milieu d’une sorte de néant bleu, crépusculaire lui aussi, dans lequel l’oeil se perd.

Arnaud Maisetti
Né en 1982 Vit et travaille à Paris Titulaire d’une thèse de Doctorat sur l’oeuvre de Bernard-Marie Koltès Publication : Ou que je sois encore, Editions du Seuil, 2008 www.arnaudmaisetti.net

Arnaud Maisetti est écrivain et accorde une grande place à l’écriture numérique,  à l’idée de flux et de   journal. Pendant la durée de l’exposition, il sera amené à poursuivre continûment une réflexion sur le bruissement, à tenter de « faire bruire la langue », comme nous y invite Roland Barthes. Son texte évoluera en permanence, et sera actualisé au fil des jours. Parallèlement, il sera diffusé sur le site www.bruissements.net.

Aurore Pallet
Née en 1982 Vit et travaille à Paris 2013 : Sélectionnée pour le Prix Sciences Po pour l’art contemporain Exposition personnelle récente : Galerie Isabelle Gounod, Paris, 2013
www.aurorepallet.com

Avec ses peintures, Aurore Pallet plonge dans les abysses, les grandes profondeurs sous-marines. Là, dans l’obscurité, en immersion, dans un monde froid, ses images se cristallisent et décident de surgir : là et nulle part ailleurs. « C’est dans la nuit que l’on peut enfin entrevoir les formes », explique-t-elle ; la nuit comme de la peinture noire, magiquement dense, permettant paradoxalement toutes les nuances, les plus beaux glacis, et toutes les transparences.

Lionel Sabatté
Né en 1975 Vit et travaille à Paris Exposition récente : Animal Paradise, Centre d’art contemporain, Istres, 2013 ; Fiac hors les murs Jardin des Plantes, Crocodile en pièces, 2012 Représenté par la Galerie Patricia Dorfmann, Paris www.lionelsabatte.com

Pour réaliser ses sculptures, Lionel Sabatté procède selon un double processus : une structure précise est à l’origine de la forme, mais cette prise de décision est mise à mal par l’intervention d’un élément incontrôlable, le matériau choisi, à l’exemple d’une informe poussière grise ramassée dans le métro parisien. Cette poussière — amas de cheveux et de substances incertaines — l’artiste l’utilisera afin de façonner une splendide meute de loups. Les loups, grandeur nature, surprennent par leur présence : ils semblent avoir traversé les époques, comme des vestiges, des ombres molletonnées faisant étrangement penser au crépuscule de l’Histoire, à Pompéi ou à Hiroshima. L’oeuvre de Lionel Sabatté chuchote à nos oreilles : elle nous dit que la vie prolifère partout sans qu’on en ait conscience.

Jérémie Scheidler
Né en 1983 Vit et travaille à Paris Vidéaste pour le spectacle Belgrade (Texte Angelica Liddell), Cie Espace Commun, Théâtre de Vanves, juin 2013 www.jeremiescheidler.com
www.hypermnesie.net

Jérémie Scheidler est cinéaste, mais aussi metteur en scène et vidéaste pour le théâtre. Le film Nuit Blanche #1 est extrait de son journal vidéo qu’il tient sur le site hypermnesie.net qui est pour lui « un
espace ouvert, mobile, où consigner le temps, le mouvement et les images du temps […] L’hypermnésie, comme une contamination perpétuelle de toute chose par toute autre, un réseau sans
fin et sans borne, un rhizome, transporté par les tendances contraires que prennent les flux qui nous traversent ».

Ester Vonplon Née en 1980 à Zurich Vit et travaille à Zurich et Castrisch Exposition personnelle récente : Galerie Vu, Paris, 2012 Représentée par la Galerie Vu www.estervonplon.com

Ester Vonplon développe depuis 2006 des séries de photographies qui semblent surgir d’un autre temps et dont la singularité serait l’effacement des êtres, des lieux et des choses, derrière l’accident et l’imperfection, les effets de matières et de flous, les voiles monochromes ou, au contraire, de puissants contrastes. La série Ruinaulta a été réalisée pendant l’hiver 2011-2012. Les paysages sont de sourdes miniatures prises au Polaroid dans la vallée austère et encaissée du Rhin antérieur.

________________________________

Biographie du curator Léa Bismuth

Née en 1983, Léa Bismuth est critique d’art (AICA), enseignante en histoire de l’art et commissaire d’exposition indépendante.

Après des études de philosophie et d’histoire de l’art à la Sorbonne, elle commence à écrire dans art press en 2006, avant de collaborer avec divers supports — L’œil, Le Journal des Arts — et de participer à l’émission La Dispute sur France Culture.

Elle a récemment assisté Hélène Guenin et Guillaume Désanges au Centre Pompidou Metz pour l’exposition Erre, Variations labyrinthiques ; été « rapporteur » pour la commission d’aide à la création de la DRAC Ile-de-France ; membre du Jury  du Fresnoy ; membre du collège critique du Salon de Montrouge et programmatrice d’événements culturels (Collège des Bernardins, Paris; Le Bal, Paris).

 


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.