STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Galerie Yvon Lambert

Exhibition Detail
The Story of IXO
108 rue Vielle du Temple
75003 Paris
France


March 15th, 2013 - April 20th, 2013
 
The Devil\'s Butcher Shop; the New Mexico Prison Uprising, Gardar Eide EinarssonGardar Eide Einarsson,
The Devil's Butcher Shop; the New Mexico Prison Uprising,
2012
© Courtesy of the artist and Galerie Yvon Lambert
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.yvon-lambert.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
paris@yvon-lambert.com
PHONE:  
+33 (1) 42 710933
OPEN HOURS:  
Tuesday – Friday : 10am – 1pm / 2.30pm – 7pm Saturday : 10am / 7pm
TAGS:  
photography, installation
> DESCRIPTION

Yvon Lambert est heureux de présenter The Story of IXO, la première exposition monographique consacrée à Gardar Eide Einarsson à la galerie Yvon Lambert.

Artiste norvégien, Gardar Eide Einarsson vit et travaille à New York et Tokyo. Il développe un travail protéiforme (peinture sur toile ou murale, installations, photographie, mais aussi bannières, flyers ..), détournant des éléments de la contre-culture occidentale (graffiti, bande dessinée, skatebording, tatouage et musique Punk) et visant à refléter une certaine tension identitaire au sein de la culture de masse. Cependant, le propos n’est pas d’éléver ces formes d’expression au rang d’oeuvres d’art, mais avant tout d’interroger, par le biais d’une mise en scène élaborée, la société actuelle et le statut de l’oeuvre post-moderne en tant qu’instrument critique et élément autonome à la fois.

Ses oeuvres, la plupart du temps en noir et blanc, jouent sur le malentendu et le décalage entre captations sociales et vocabulaire formaliste et sont, pour reprendre les termes de Chus Martinez « comme une interprétation vernaculaire du modernisme »1.

L’exposition sera composée d’un ensemble de 7 nouvelles oeuvres dont le dispositif a été pensé, selon le procédé habituel de l’artiste, comme une installation globale conçue pour l’espace de la galerie. Les oeuvres de cette installation regroupées sous le titre The Story of IXO, s’articulent autour des thèmes de l’expression minimal(ist)e, du refus, et de la négation. Les lettres I X et O (ou O comme équivalent de zero/vide/néant) réapparaissent à travers les pièces de l’exposition comme un fil conducteur … Les oeuvres, toutes créées à partir d’un objet réel, issu du champ social sont autant d’indices qui construisent cette mythologie du néant.

Art Minimal II, dyptique monumental reproduit la double page du catalogue de l’exposition éponyme "Art Minimal II - De la surface au plan." présentée au CAPC de Bordeaux en 1986. En contrepoint Let's Find Out About Safety, est cette fois un objet reel: une double page issue d’un livre d’enfant chiné par l’artiste sur lequel celui-ci intervient par repeints.

The Devil's Butcher Shop; the New Mexico Prison Uprising, est une peinture tirée de la couverture d’un livre traitant l’une des plus violentes émeutes de prisonniers dans l’histoire américaine. Par la réappropriation du traitement graphique l’artiste nous livre une image purement abstraite en complet décalage avec la réalité évoquée par le titre. Ainsi, derrière ces formes typiques de la peinture moderne abstraite se cache une réalité beaucoup plus violente, neutralisée par l’artiste.

Au sol, In Taxis, On the Phone, In Clubs and Bars, At Football Matches, At Home With Friends composée de deux caissons lumineux basés sur un tract de l’armée républicaine irlandaise exhortant la population à la méfiance lors des conversations du quotidien nous délivre un message nous réduisant au silence: “quoique vous disiez, ne dites rien”. La bannière “IXO / NO reprend une image de banderole lors des récentes manifestations à Athènes où le mot OXI (NON en grec) est vu à l’envers. Cet objet incarne le simple refus sans protestation spécifique.

Enfin, une troisième sculpture, un moulage en bronze d’une simple poutre IPN évoque le vocabulaire minimal et l’objet ready-made tout en s’assumant comme oeuvre classique à la fois reproduction et autoportrait littéral puisque la lettre “I” formé par le profil de l’objet n’est que l’affirmation d’un “Je”.

1 In Gardar Eide Einarsson, South of Heaven. Catalogue publié à l’occasion de l’exposition au Frankfurter Kunstverein, 2007 et au Centre d’Art Contemporain de Genève, 2008.

___________________________________________________

Gardar Eide Einarsson est né à Oslo en 1976, il vit et travaille à New York et Tokyo. Il est diplômé de la Einar Granum School of Fine Art, Oslo, de la National Academy of Fine Art, Bergen mais aussi de la Stäatliche Hochschule für Bildende Künste – Städelschule, Frankfurt and Main. Il a également étudié à la National Academy of Fine Art du Whitney Museum of American Art Independent Study Program et à la Cooper Union School of Architecture, Architecture and Urban Studies Program, New York. Des expositions personnelles lui ont été récemment consacrées au Astrup Fearnley Museum of Modern Art, Oslo; Museum of Modern Art, Fort Worth; Centre d’Art Contemporain, Genève, Contemporary Art Museum St. Louis, Saint Louis ; Swiss Institut, New York … Son travail a également été montré dans des expositions de groupe dans les institutions et manifestations suivantes : Biennale de Sydney ; Palais de Tokyo, Paris ; Rubell Family Collection, Miami ; Stadshallen, Bruges ; Louisiana Museum of Modern Art, Humlebaek, MACRO Future, Rome ; Museo d’Arte Contemporanea de Vigo ; National Museum of Photography, Preus Museum, Whitney Biennnial, New York, PS1, New York ; Ballroom Marfa, Marfa ; Centre of Contemporary art, Copenhagen, Royal College of Art, Londres ; The Moore Space, Miami ; Sculpture Center, New York ; Witte De With, Rotterdam ; Städtische Galerie im Lenbachhaus, Municch ; Kunsthalle, Berne …


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.