STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

GALERIE FELLI

Exhibition Detail
ARCHEOLOGIE DE L’INTIME #2
127 Rue Vieille du Temple
75003 Paris
France


January 17th, 2013 - February 17th, 2013
Opening: 
January 17th, 2013 7:00 PM - 9:00 PM
 
,
© Courtesy of GALERIE FELLI
> ARTISTS
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galeriefelli.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
contact@galeriefelli.com
PHONE:  
+33 (0)1 427 88 127
OPEN HOURS:  
Mon to Sat 11am to 1pm & 2pm to 7pm
TAGS:  
sculpture, photography
> DESCRIPTION

« Quel récit nous sera, ici, livré ? L’archéologie de l’intime n’équivaut-elle pas aussi à l’archéologie d’une civilisation ? Quelle civilisation nous sera alors révélé ? Une société qui ne préserve pas ses ruines et ignore l’iconoclasme dont elle fait preuve ne se voue t-elle pas, tout simplement, d’elle-même à l’oubli ?

Marc Perez avoue avoir « toujours eu cette impression de creuser, de creuser à l’aveugle en espérant atteindre au plus profond comme un noyau, un noyau dur et commun. » De quelle mémoire commune, universelle, la peinture et la sculpture, la photographie et le dessin se feront-ils l’écho ? »

Archéologie de l’intime#1, Extrait, Ch. Waligora

En Janvier 2012, la galerie Felli présentait le premier volet d’une série d’expositions collectives : Archéologie de l’Intime #1. L’exposition réunissait un ensemble d’oeuvres des artistes de la galerie. Et posait la question d’un dialogue ininterrompu entre art contemporain et histoire de l’art. L’allégation d’Anselm Kieffer « L’art survivra à ses ruines », formant le titre d’une série de conférences au Collège de France en 2011, avait inspiré l’argument de l’exposition. Les fragments, présences fascinantes, d’Agnès Baillon, les sculptures terreuses de Marc Perez, comme extraites miraculeusement de l’ensevelissement, les apparitions picturales de Goxwa, d’Eric Roux-Fontaine, les paysages de Cherel, de Ségéral, de Bertrand Flachot, affirmait la permanence d’un lien extrêmement fort avec le passé tout en assurant une forme de renouvellement, notamment au coeur de la matière et des techniques.

Ces artistes ont en commun de cultiver, par des procédés formant souvent d’ingénieux trompe l’oeil, un lien extrêmement étroit entre le champ pictural, sculptural et photographique et celui des motifs ou sujets, de l’imaginaire, accédant de cette manière à un espace sensible.

Le second # de l’exposition Archéologie de l’intime a, dans cette perspective, intégré de nouveaux artistes qui travaillent dans cette veine : Katarina Axelsson, Jean Rustin et Samuel Yal.

Figure humaine et paysages, représentations figurées, arbres, cieux, étendues « géopoétiques » se rencontre une nouvelle fois dans l’espace de la galerie pour communiquer une propension à poétiser le rapport au monde et réinitier l’humain à sa nature.

Cherel, Arbre


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.