STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Galerie Nathalie Obadia

Exhibition Detail
Devoid
3 rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
France


October 27th, 2012 - December 28th, 2012
 
Devoid, Mithu SenMithu Sen, Devoid, 2012, variables
© Courtesy of the artist and Galerie Nathalie Obadia
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galerie-obadia.com
NEIGHBORHOOD:  
4th Arrondissement
EMAIL:  
info@galerie-obadia.com
PHONE:  
+33 (0) 1 42 74 67 68
TAGS:  
installation, sculpture
> DESCRIPTION

Galerie Nathalie Obadia is delighted to present the work of Mithu Sen on the occasion of her first solo
exhibition in France.

Born in 1971 in West Bengal (India), the artist lives and works in New Delhi. She holds a BFA and an MFA from the prestigious Visva Bharati University in Santiniketan, one of India’s leading art schools, followed by a year course in The Glasgow School of Art.

With her disturbing shadow theatre installation, Sen sheds light on her darkest imaginings and confronts us with her personal world: a procession of finely cut-out forms – animals, objects, bits of dismembered, disjointed bodies and nightmarish visions. As a storyteller, she confronts us with our own subconscious and takes us with a subtle dark humour on a journey of initiation into the city of Paris. By presenting us revisited pop icons of our immediate environment seen as an outsider, Mithu Sen’s installation is the critical diary of her three weeks residency in Paris. The shadows, fading memories and perceptions of the land she encounters, immaterial traces, layers and fragmented parts stands for a response to the blending of two different times : the present duration, and the history, her past experiences and memories of the city. The shadow theatre is made profane here by Mithu Sen : she manipulates the effigies in her magic artefact in order to deceive our perceptions. This doom-laden set-up brings together the Eiffel Tower as a phallic image, Mona Lisa as a migrant, and The Little Prince that seduces and fascinates the beholders, inviting them to observe the ultimate danse macabre, the better to confront him with his own chimerical obsessions.

In line with her most emblematic works, here the artist repeats a visual vocabulary characteristic of her drawings and sculptures: the eroticism of a frank femininity and the unveiling of an intimacy that makes us uncomfortable, the reactivation of inanimate objects in order to create a confusion of identity – whether sexual, emotional or geographical, and an insistence on depicting the body as an organic, material entity and on dissecting and isolating its parts as pictorial motifs, alongside to deny the notion of the body as a shape, an entity as a whole that she deconstructs. With Devoid, Mithu Sen succeeds, in a way that is new to her, in making new strides in her quest for abstraction, losing none of her droll impertinence or the insubordination of her precise line.

Produced by the darkening of the light beams of the silhouettes, the farandole of these cast shadows has only the reality that we project on it. By titling this installation Devoid, the artist is trying to make us see a bare space. “Bareness is the void,” explains the artist, “but a void after there has been a presence: a withdrawn existence.” By inviting viewers to experience the immateriality of the voids of hidden light and the fullness of projected light, Sen rules out any kind of passivity: the viewer becomes a dynamic support for disseminating these shadows, and a mobile actor of these active forces.

**********************

La Galerie Nathalie Obadia est très heureuse de présenter le travail de Mithu Sen à l’occasion de sa première exposition en France.

Née en 1971 au Bengale Occidental en Inde, l’artiste vit et travaille à New Delhi. Elle est diplômée d’un MFA de la prestigieuse Université Visva Bharati à Santiniketan qui figure parmi les plus importantes écoles d’art en Inde, et fait partie des artistes contemporains les plus reconnus de la scène artistique nationale avec Subodh Gupta, Bharti Kher, Rina Banerjee et Jitish Khallat.

À la faveur d’une troublante installation en théâtre d’ombres, l’artiste indienne met en lumière ses plus sombres projections et oblige à la confidence : un cortège de formes finement découpées d’animaux, d’objets, de morceaux de corps démembrés, désarticulés nous entraîne au coeur d’un voyage initiatique dans les visions cauchemardesques de Mithu Sen. En revisitant d’un point de vue extérieur les “lieux communs” de notre ville, l’artiste présente ici le journal critique de sa résidence de trois semaines à Paris. Les ombres qui se superposent constituent pour Mithu Sen l’évocation de deux temporalités : celle de son séjour présent, et celle de l’histoire, de ses expériences passées et de la mémoire de la ville.

Originellement utilisé à des fins religieuses pour évoquer l’âme des morts, le théâtre d’ombre de Mithu Sen devient ici profane. En lieu et en place des figures sacrées comme intermédiaires privilégiés, elle construit cet artefact magique qui manipule les effigies et trompent notre perception. Avec l’agitation d’un mauvais rêve, elle présente la Tour Eiffel comme un symbole phallique, Mona Lisa comme une immigrante, et le Petit Prince comme figure tentatrice qui invite le spectateur à une ultime danse macabre pour mieux le renvoyer à ses obsessions chimériques.

Dans la lignée de ses travaux les plus emblématiques, l’artiste reprend ici le système de signes spécifique à son travail de dessin et de sculpture: l’érotisme d’une féminité assumée et le dévoilement d’une intimité qui incommode, l’autoportrait et la réactivation d’objets inanimés pour contrer une confusion d’identité – sexuelle, émotive, géographique, l’obstination à dépeindre le corps comme matérialité organique pour en disséquer ses composants et les isoler comme motifs picturaux, couplée à son refus de considerer cette entité comme une unité à part entière. Avec Devoid, Mithu Sen parvient – de manière jusque là inédite, à une nouvelle percée dans sa quête d’abstraction sans rien perdre de sa drôle impertinence ni de l’insubordination du précis de son tracé.

Produite par l’obscurcissement du faisceau lumineux des silhouettes, la farandole de ces ombres portées n’a de réalité que celle que nous voulons bien lui prêter: en intitulant cette installation Devoid, l’artiste cherche à nous donner à voir un espace dépourvu. « Le dénuement, c’est le vide », explique l’artiste. En invitant le spectateur à expérimenter l’immatérialité des vides de la lumière dissimulée et les pleins de la lumière projetée, Mithu Sen exclut toute forme de passivité de sa part : il devient support dynamique de diffusion de ces ombres, et acteur mobile de ces forces agissantes.

Mithu Sen a participé à de nombreuses expositions personnelles et collectives en Inde et à l’étranger, notamment en Suisse, en Grande-Bretagne, au Japon, en Chine ou au Brésil. Son travail est entré dans de prestigieuses collections privées, dont la Devi Art Fondation, à New Delhi et le Kiran Nadar Museum of Art, à New Delhi et à Noida. En 2010, elle a été lauréate du Prix Skoda pour l’Art Contemporain en Inde.


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.