STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Air de Paris

Exhibition Detail
MaLeVoLeNcE
32 rue Louise Weiss
75013 Paris
France


October 26th, 2012 - December 1st, 2012
Opening: 
October 26th, 2012 6:00 PM - 9:00 PM
 
,
© Courtesy of Air de Paris
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.airdeparis.com
NEIGHBORHOOD:  
13th Arrondissement
EMAIL:  
fan@airdeparis.com
PHONE:  
+33 144 230277
OPEN HOURS:  
Tues-Sat 11am-7pm
> DESCRIPTION

Donelle Woolford’s new work is malevolent.

Having experienced the joys and challenges of being an emerging young artist, she isn’t so interested in spending the next twenty years mounting more solo shows, getting reviews, participating in biennials, etc. Instead, Woolford has decided to just assume the identity of a mid-career artist now. As a fictional character she can do that. All she needs is a motivation, a few plot points, some conflict, and presto: Act II. With the wave of a hand, Donelle Woolford is 58 years old and blissfully immersed in the wisdom that comes with being a mid-career artist—the most complex, committed, vivid, truth-telling, vulnerable kind of artist you can be. Through a series of “joke” paintings, MaLeVoLeNcE chronicles the adventures of a character named Richard Who comes to mind when you see these letters:

Richard Pr

Richard Pryor or Richard Prince? Whichever one emerged from your subconscious, it placed you (and them) in one demographic to the exclusion of another. Richard Pryor was black. Richard Prince is white. Richard Pryor told jokes, Richard Prince painted jokes. Richard Pryor invented a racially explicit brand of comedy that, once begun, could not turn back, no matter how destructive. Richard Prince instigated the act of appropriation, a gesture that, once made, could not turn back, no matter how productive. Woolford’s Joke Paintings investigate this destruction/production
dichotomy.

As images, Woolford’s paintings deepen her commitment to making artworks that “look like” known artists and styles. Woolford’s paintings are stand-ins, facsimiles, stage props. The paintings, rendered in marker, acrylic paint, and ballpoint pen, have all the telltale signs of “process” and “revisions,” evidence of the artist thinking out loud. Except that in Woolford’s case, all the signs have been figured out beforehand so that they can be executed by the skilled hands of studio assistants. It’s not important who makes Woolford’s paintings. Not because she cares about the critique of authorship, she just prefers not to make her own work.

The paintings are accompanied by “Dick’s Last Stand,” a 45-minute performance that will take place at the Palais de Tokyo. “Dick’s Last Stand” is a faithful re-enactment of the last stand-up routine Richard Pryor performed for his short-lived network television show in 1977, a genius work of deconstruction and subversive social commentary that, despite it’s original censorship, everyone should see. The paintings and performance are accompanied by Dick Jokes, an extraordinary volume of phallic humor compiled from throughout North America over the past fifty years.

Donelle Woolford (b. 1954 in Detroit, U.S.A., lives and works in New York City, Brooklyn, The Bronx, Philadelphia, London, and Vienna). She has participated in the exhibitions Double Agent at the ICA London; The Sharjah Biennial, United Arab Emirates; and Buy American at Chez Valentin, Paris. Her performances have been staged at The Solomon R. Guggenheim Museum and the PRELUDE theatre festival, New York; The Lewis Center for the Arts, Princeton; The Suburban, Chicago; White Flags, Saint Louis; and the Yale University Art Gallery, New Haven.

************************************

Les nouveaux travaux de DonelleWoolford sont malveillants.

Ayant expérimenté les joies et les challenges d'être une jeune artiste émergente, elle n'est pas tant intéressée à passer les vingt prochaines années à monter plus d'expositions personnelles, attendre plus d’articles de presse, participer à plus de biennales etc…
Woolford a décidé de prendre l'identité d'un artiste en milieu de carrière. En tant que personnage fictionnel elle peut faire cela. Elle a juste besoin d’une motivation, quelques nouvelles intrigues, quelques conflits et illico : Acte II.
D’un simple geste, Donelle Woolford a désormais 58 ans, confortablement installée dans une sagesse propre à celle des artistes en milieu de carrière
- profond, engagé, frappant, sincère, le genre sensible d'artiste que l'on peut être. Par le biais d’une série de « Joke paintings », MaLeVoLeNcE chronique les aventures d’un personnage qui se prénomme Richard Qui nous vient à l’esprit à la lecture de ces lettres :

Richard Pr

Richard Pryor ou Richard Prince ? Quelque soit celui qui émerge de notre conscience, il nous place (nous et eux) dans une catégorie à l'exclusion de l'autre. Richard Pryor était noir. Richard Prince est blanc. Richard Pryor racontait des blagues. Richard Prince peignait des blagues. Richard Pryor inventa un nouveau genre de comédie explicitement identitaire qui, une fois engagée, demeurait sans possible retour, peu importait qu'il soit destructeur. Richard Prince initia l'acte d’appropriation, un geste qui, une fois réalisé, sans possible retour, peu importait qu'il soit productif. Les « Joke paintings » de Donelle Woolford interrogent cette dichotomie entre destruction/production.
Visuellement, les peintures de Donelle Woolford sont d'apparentes références à des styles et artistes connus. L0s peintures de Donelle Woolford sont des doublures, des fac-similés, des éléments scéniques. Les peintures, couvertes au marqueur, à la peinture acrylique et au stylo bille, sont les signes bavards de leur processus et de leurs repentirs, l'évidence de ce que l'artiste pense tout haut. Sauf que, dans le cas de Donelle, tous ces signes ont été pensés avant leur exécution et ainsi ont pu être exécuté par les mains expertes des assistants de l’artiste ; Il n’est pas important de savoir qui fait les peintures de Donelle Woolford. Non pas qu’elle s’intéresse à la question de l'auteur, elle préfère simplement ne pas réaliser son propre travail.
Dans le cadre de ces expositions, « Dick’s Last Stand », une performance de 45 minutes sera présentée au Palais de Tokyo le 27 octobre 2012. « Dick’s Last Stand » est une réplique exacte de la dernière édition de l’émission de télé « Richard Pryor show » diffusée en 1977 sur une chaîne populaire américaine. Cette formidable déconstruction du genre est un commentaire social subversif qui trouve encore tout son écho aujourd’hui.

A l’occasion de l’exposition sera publié le livre « Dick Jokes », recueil de plaisanteries obscènes des cinquante dernières années aux Etats-Unis.

Donelle Woolford (née en 1954 à Détroit, USA, vit et travaille à New York, Brooklyn, le Bronx, Philadelphie, Londres et Vienne). Elle a notamment participé à l’exposition « Double Agent » à l’ICA à Londres, à la Biennale de Sharja et à « Buy american » à la Galerie chez Valentin. Sa performance a précédemment été jouée au Musée Gugenheim , au Prélude Theater Festival, au Lewis Center of Art à Princeton, au Suburban à Chicago, à White Flags, à Saint Louis, et à l’Université de Yale à New Haven.

 


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.