STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Galerie Thaddaeus Ropac - Paris

Exhibition Detail
VOYAGE, VOYAGE
7 rue Debelleyme
75003 Paris
France


July 4th, 2012 - July 28th, 2012
 
Rubykomm, Daniel RichterDaniel Richter, Rubykomm,
2012, Oil on canvas, 200 x 300 x 4 cm
© Courtesy of the artist and Galerie Thaddaeus Ropac - Paris
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.ropac.net/
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
galerie@ropac.net
PHONE:  
+33 (0)1.42.72.99.00
OPEN HOURS:  
Tue-Sat 10-7
> DESCRIPTION

  •  

    Galerie Thaddaeus Ropac is presenting its second solo exhibition by Daniel Richter and it’s his first one-man show in France for more than ten years.

     

    Under the title Voyage, Voyage, the exhibition shows works which, against a linear seismographic background, depict mysterious figures bathed in artificial light, typical of Richter's work. Involved in peculiar interactions, they seem like actors on a stage. Richter's new series of works is characterised by a graphic, almost Secessionist style and glazed paint application on the one hand, and by innovative orientation towards the symbolism of the previous turn of the century, towards the mysticism of Odilon Redon and Félix Vallotton's compositions, dominated by contrasting black and white. At the same time, characteristics from cartoons, comics and graffiti are perceptible. In his oil paintings, Richter combines aspects of the history of art with mass media and pop culture. The title of the exhibition is an ironic homage to a famous French hit from the late 1980s by an artist named "Desireless". The figures in Daniel Richter's new works often stand alone in a vast landscape and appear to be experiencing a sublime, contemplative moment. It is left to the imagination, whether these are musicians or warriors; they could be travellers on a long-forgotten quest, the goal of which remains unclear. Some paintings are dominated by dynamic movement, not only of the figures, but also of the colour fields. In other paintings, black figures surround the mountain landscape like spreading ink stains.

     

    In 2004, Daniel Richter commented on his change from abstract to figurative painting – a personal turning-point he effected at the start of the millennium. "Ultimately, there is no difference between abstract and figurative painting, apart from certain forms of their decipherability, but the problems of organising paint on surface always remain the same. In both cases the same method insinuates itself in different forms."

    From 1992 to 1996, Daniel Richter studied with Werner Büttner – together with Martin Kippenberger, one of the protagonists in the revival of expressive pictorial trends in the 1980s – at the University of Fine Arts in Hamburg and worked as assistant to Albert Oehlen. Initially, he created abstract paintings with an intense psychedelic colour cosmos moving between graffiti and convoluted ornament – equally oriented towards Surrealism and Underground, as well as the elongated, entwined body forms of Italian Mannerism.

     

    Since 2000 Richter has created large-scale scenes with a myriad of figures, frequently inspired by reproductions from newspapers, magazines and history books. They express battle and menace, and at the same time contemplation. Richter's change to the figurative has frequently been celebrated as the revival of history painting. While classical history painting relied on clearly legible pictorial narration and aimed to legitimise the present through historical references, Richter's paintings deal with the failure of social utopias. "I was interested in how one could refer to the world and the image of the world as I want to perceive or describe it", explained Richter in 2007.

    The observation of Richter's style to date reveals an artistic practice "which should be about letting the picture drift towards a superabundance of colours and painting" (Roberto Ohrt, 1997), though this has been weakened in the latest work cycle in favour of increased tonality. In this context, the symbolist painter James Ensor and the expressionist pioneer Edvard Munch can be considered as Richter's artistic precursors. At the same time, Richter is indebted to the painting of Albert Oehlen and Martin Kippenberger, demystifying as it does the aura of the painted image. Many of Daniel Richter's works are puzzle pictures, playing with formulae of historical pathos for which the viewer has to provide content from his own knowledge and his ideas of politics and pop culture.

     

    A further aspect of Daniel Richter's painting is that of light. The entire picture is interspersed with white accents marking elevations and highlights. "Richter's pictures are light-painting, though not in the sense of ambient chiaroscuro or plein air painting, but as experiments with contemporary light forms" (Christoph Heinrich, 2007). The representation of artificial light, flash light, thermal and x-ray images evokes an atmosphere of artificiality and nervousness. The topic of total surveillance appears to be an important leitmotiv in Richter's œuvre; the association with infra-red and thermal cameras in border surveillance is all too obvious, and reveals a paranoiac view.

    The subjects of Richter's pictures suggest current political topics not defined in detail. Events, "whether they are conveyed though the media or from one's own view, seem to serve Richter more as a projection surface for inner images, the origins of which remain hidden from the viewer" (Fritz W. Kramer, 2002). With evident relish, Daniel Richter plays around with an iconography of radical political gestures.

     

    Richter's socialisation in the politicised atmosphere of the Hamburg squatter scene has clear motivic counterparts in his work, while his great institutional success (major solo exhibitions at the North Rhine-Westphalia Art Collection in Düsseldorf and the Kunsthalle in Hamburg in 2004 and 2007) and his career in the international art market contradict this aspect of his past. Richter's ambivalence between his left-wing beliefs and the middle-class ethos paired with the establishment that he encountered in the art world was an issue that has often been addressed by the press. Daniel Richter's most recent major solo exhibitions were held at the Museum der Moderne in Salzburg (2010) and the Kestnergesellschaft in Hannover (2011).

    La galerie Thaddaeus Ropac présente pour la deuxième fois une exposition personnelle de Daniel Richter, une exposition qui est son premier solo-show en France depuis plus de dix ans.

     

    Sous le titre Voyage, Voyage, l’exposition réunit des  œuvres qui donnent à voir d’énigmatiques figures, typiques chez Richter, que l’artiste a plongées dans une lumière artificielle sur un fond parcouru ici et là  par des lignes évoquant des courbes sismographiques qui s’enchevêtrent en d’étranges intéractions et agissent à la manière d’acteurs sur scène. Le nouveau groupe d’œuvres de Richter se distingue d’une part  par un style graphique qui rappelle l’esprit des Sécessions et une application d’un fin glacis de peinture, et de l’autre, par un nouvel intérêt pour l’univers symboliste de la période autour de 1900, le mysticisme d’Odilon Redon et les compositions de Félix Vallotton où dominent les contrastes entre plans noirs et blancs. On y discerne également des emprunts à la bande dessinée, au dessin animé et au graffiti. Dans ses peintures à l’huile, Richter allie l’histoire de l’art aux cultures médiatiques et populaires. Le titre de l’exposition est un hommage ironique au tube de Desireless de la fin des années quatre-vingt. Les figures des dernières œuvres du peintre sont souvent debout, isolées dans  de vastes paysages où elles semblent vivre un sublime moment contemplatif. Nul ne sait s’il s’agit de musiciens ou de guerriers. Ils pourraient être des voyageurs en quête d’une destination oubliée depuis longtemps, leur but reste incertain. Sur certains tableaux  prédomine un dynamisme  qui s’étend non seulement aux figures mais aussi aux champs picturaux ; sur d’autres, de noires silhouettes ressemblant à des tâches d’encre encerclent un décor de montagnes.

     

    »Il n’y a finalement aucune différence entre la peinture abstraite et la peinture figurative – hormis certaines formes de décodage. Mais les problèmes d’organisation des couleurs et des plans restent à vrai dire toujours les mêmes. Dans les deux cas, c’est la même méthode qui s’insinue sous diverses formes“, disait Daniel Richter en 2004 pour expliquer son passage de l’abstraction à la figuration – un tournant personnel qu’il opéra au début des années 2000. De 1992 à 1996, Daniel Richter étudie à l’Ecole des Beaux-Arts de Hambourg, auprès de Werner Büttner, en même temps que Martin Kippenberger, l’un des protagonistes de la renaissance de la picturalité expressive des années 80. Parallèlement, le jeune peintre travaille aussi comme assistant d’Albert Oehlen. Les œuvres du début sont des tableaux abstraits dont l’intensité chromatique rappelle l’univers formel psychédélique et évolue entre graffiti et entrelacs ornementaux ; en cela, il s’inspire autant du surréalisme et de l’underground que des formes étirées et entremêlées du maniérisme italien. 

    A partir de l’année 2000, des scènes en grands formats peuplées de nombreuses figures voient le jour, souvent inspirées d’illustrations de journaux, magazines et livres d’histoire. Elles montrent  combats et menaces, tout en étant contemplatives. Le passage de  Richter à la figuration fut à plusieurs reprises célébré comme une renaissance du tableau d’histoire. Pourtant, alors que le tableau d’histoire classique mise sur une narration picturale d’une lisibilité sans équivoque dans le but de légitimer le présent en se référant à l’historique, les œuvres de Richter  traitent de l’échec des utopies sociales. « Ce qui m’a intéressé est de voir comment se référer au monde et à l’image du monde tel que je veux le percevoir et le décrire », déclarait Richter en 2007.

     

    Si l’on considère le style de Richter jusqu’à présent, force est de constater une pratique artistique „où il s’agirait de mener le tableau vers une profusion de couleur et de picturalité“ (Roberto Ohrt, 1997), cette caractéristique étant toutefois atténuée, dans ce dernier cycle d’œuvres, pour laisser place à une plus grande tonalité. Dans ce contexte, le peintre symboliste James Ensor et le pionnier de l’expressionnisme qu’était Edvard Munch pourraient être considérés comme les ancêtres de Daniel Richter. Mais en même temps, il  est aussi redevable à la peinture d’Albert Oehlen et de Kippenberger pour son rôle démystificateur du tableau peint. Bon nombre d’œuvres de Daniel Richter sont des devinettes, des jeux avec de pathétiques formules historiques que le spectateur nourrit  avec sa connaissance et l’idée qu’il se fait de la politique et de la culture pop.

    La lumière est un autre aspect majeur de la peinture de Daniel Richter. Des notes de blanc réparties sur toute l’image génèrent des rehauts, créent des éclats lumineux. « Les tableaux de Richter sont une peinture lumière, non pas toutefois au sens d’un clair-obscur évocateur ou d’un plein-airisme, mais en tant qu’expérimentation de formes lumineuses contemporaines » (Christoph Heinrich, 2007). La représentation de la lumière artificielle, du flash, de la lumière chaude et de l’image radiographique évoque l’atmosphère d’artifice, la nervosité. Le thème de la surveillance totale semble être un leitmotiv dans l’œuvre de Richter : L’association aux caméras thermiques à infrarouge utilisées pour la surveillance des frontières s’impose et révèle la présence d’un regard paranoïde.

     

    Les sujets des tableaux de Richter suggèrent la présence d’un contenu politique qui n’est pas précisé dans le détail. Des événements dont on ignore « s’ils ont été  transmis par les médias ou par l’observation personnelle semblent plutôt servir d’écran sur lequel Richer projette des images intérieures dont l’origine reste cachée au spectateur » (Fritz W. Kramer, 2002) . Daniel Richter joue avec plaisir avec l’iconographie des gestes politiques radicaux.

    La socialisation de Richter dans l’ambiance politique de squats de Hambourg se répercute dans les motifs de son œuvre, tandis que son immense succès institutionnel (la Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen de Düsseldorf et la Hamburger Kunsthalle lui ont consacré d’importantes expositions personnelles en 2004 et 2007) et sous les lustres du marché international de l’art contrastent avec ce passé. L’ambivalence du Richter du milieu de l’art où se retrouvent la bourgeoisie et l’establishment  et celui de la tradition de gauche, est pour la presse une contradiction intéressante souvent relevée. Dernièrement, le Musée d’art moderne de Salzbourg (2010) et la Kestner Gesellschaft de Hanovre (2011) ont consacré à Daniel Richter d’importantes expositions personnelles.


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.