Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

La Maison Rouge

Exhibition Detail
Didier Vermeiren , sculptures-photographies
10 boulevard de la bastille
75012 Paris
France


June 21st, 2012 - September 23rd, 2012
Opening: 
June 20th, 2012 6:00 PM - 9:00 PM
 
L’Urne et l’Étude pour L’Urne #2 , Didier VermeirenDidier Vermeiren,
L’Urne et l’Étude pour L’Urne #2 , 2011
© Courtesy of the artist and La Maison Rouge
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.lamaisonrouge.org
NEIGHBORHOOD:  
12th Arrondissement
EMAIL:  
info@lamaisonrouge.org
PHONE:  
+33(0) 1 40 01 08 81
OPEN HOURS:  
Wed-Sun 11-7; Thu 11-9
TAGS:  
sculpture, photography
> DESCRIPTION
Toute l’œuvre de Didier Vermeiren (Bruxelles, 1951) est placée sous le signe du questionnement fondamental de la tradition sculpturale et des possibilités de la sculpture aujourd’hui. Il fait partie d’une génération d’artistes qui, dès les années soixante-dix, en s’appuyant à la fois sur les acquis de l’art conceptuel et minimal et sur l’histoire, a nettement contribué à redéfinir le discours artistique. 
Si les sculptures de Didier Vermeiren se réfèrent souvent à d’autres sculptures de l’histoire de l’art, elles se répondent aussi les unes aux autres au sein de son propre travail. Une sculpture est toujours comme le terme d’une suite et forme une réponse à une œuvre précédente. En ce sens, toutes les pièces sont liées et constituent un ensemble cohérent et prolifique. Chaque exposition de Didier Vermeiren permet de tisser de nouvelles relations entre les différentes sculptures. L’artiste aime établir un dialogue dans ses expositions entre des œuvres récentes et d’autres plus anciennes. Il déploie ainsi, dans chacune des expositions qui lui sont consacrées, un regard à la fois rétrospectif et prospectif sur son travail. 
Dans les œuvres qui ont fait sa renommée au début des années 80, Vermeiren s’est penché sur la signification de l’art sculptural à travers le questionnement de son support : le socle. La valeur du socle comme piédestal a graduellement disparu au cours du vingtième siècle. Si certains artistes, comme Brancusi, en ont fait une partie intégrante de leur travail, d’autres souhaitaient que l’œuvre ne soit plus séparée du sol par un socle.
A la maison rouge, Didier Vermeiren s’est attaché à tirer parti de la configuration des lieux en choisissant deux ensembles pour les deux salles qui, en contrebas l’une de l’autre, se font face. Dans la première, la salle haute, seront présentées, pour la première fois en France, neuf grandes pièces, qui constituent le travail le plus récent de l’artiste (2007-2010) autour des sculptures intitulées Etude pour la Pierre et Etude pour l’Urne. Le second espace rassemblera un groupe de sept sculptures en plâtre, celles qu’on pourrait nommer sculptures retournées (1995-1999), ainsi qu’une série de 32 photographies en noir et blanc réalisées dans l’atelier en 1998, à partir d’une œuvre datant de la même époque (Cariatide à la pierre, 1997).
On peut songer à ces pièces présentant un volume au matériau solide et lourd (pierre, plâtre ou fer) posé sur un volume identique mais au matériau souple et léger (mousse de polyuréthane), avec un jeu d’écrasement de l’un par l’autre qui manifeste le rapport au sol. Puis, dans une confrontation directe avec la question du socle, des « répliques » de socles de sculptures décisives de l’histoire (Rodin, Carpeaux, David Smith, Chamberlain…) furent exposées pour elles-mêmes (en plâtre, en bronze…). Puis, grâce à la déclinaison possible à partir d’un moulage, un positif fut présenté à front renversé sur son semblable, ou bien sur son négatif (son propre moule), ou bien encore retourné comme un gant, toutes armatures dehors. Mais si à chaque fois l’autonomie du socle en tant que sculpture est manifestée, les réflexions de Vermeiren vont bien au-delà du recours au socle en tant que « ready made ». L’oeuvre n’est pas seulement trouvée là, mais, dans un devenir proprement plastique, le volume choisi est redéployé, travaillé, « sculpté ».
Certaines de ces sculptures caractéristiques du parcours de Didier Vermeiren sont présentées à La maison rouge. Ici, l’artiste, qui n’avait pas exposé à Paris depuis le Jeu de Paume en 1995 et le Musée Bourdelle e n 2006 s’est attaché à tirer parti de la configuration des lieux en choisissant deux ensembles pour les deux salles qui, en contrebas l’une de l’autre, se font face. Dans la première, la salle haute, seront présentées, pour  la première fois en France, neuf grandes pièces, qui constituent le travail le plus récent de l’artiste (2007-2010) autour des sculptures intitulées Etude pour la Pierre et Etude pour l’Urne. Le second espace rassemblera un groupe de sept sculptures en plâtre, celles qu’on pourrait nommer « sculptures retournées » (1995-1999), ainsi qu’une série de 32 photographies en noir et blanc réalisées dans l'atelier en 1998, à partir d'une oeuvre datant de la même époque ("Cariatide à la pierre", 1997). Car la photographie joue aussi un rôle important dans l’oeuvre de l’artiste. Par le jeu de la lumière et du mouvement, on se fait constamment une autre idée des oeuvres et chaque image photographique en présente une nouvelle facette figée dans le temps. Dans cette série, intitulée « Profils.
Cariatide à la Pierre », Vermeiren a photographié sa Cariatide à la Pierre après lui avoir impulsé un mouvement de rotation, plus ou moins lent, en laissant le diaphragme de son appareil ouvert. Ce n'est plus le spectateur qui tourne autour de la sculpture mais la sculpture qui tourne sur elle-même, saisie comme en lévitation. La mise en regard de ces images énigmatiques et de ces sculptures creuses, disposées en un chaos apparent au centre d’une salle elle-même en creux et située en contrebas de l’autre, invite alors le visiteur à adopter les multiples points de vues du sculpteur sur ces propres sculptures. Et quand au sein d’une installation, comme c’est le cas ici entre les deux salles de l’exposition, les oeuvres se renvoient les unes aux autres, chacune portant en elle comme l’empreinte ou le souvenir d’une autre, alors c’est tout l’espace qui s’en ressent e t se trouve comme redéployé en s’appuyant sur la présence des oeuvres. Libre alors au spectateur de se choisir un parcours à sa mesure.
Dans son travail le plus récent, Vermeiren associe des résonances tirées de l’histoire de l’art à des propositions qui jaillissent du pouvoir créateur et de l’imagination intuitive de l’artiste. Il combine des réflexions sur la signification et l’impact de la sculpture avec des expérimentations de formes, de matériaux et de techniques diverses. Le hasard et l'intuition jouent, également, un rôle majeur. Depuis ses débuts, Didier Vermeiren se tient en réserve du genre de sculpture qui cherche à susciter le spectacle à travers des formats excentriques et une figuration facilement interprétable. Son oeuvre résiste résolument aux modes dans sa quête de l'essence de la sculpture.

Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.