STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Galerie Marian Goodman - Paris

Exhibition Detail
GROUP SHOW
79 rue du Temple
75003 Paris
France


February 24th, 2012 - March 31st, 2012
 
Drawing for \'Other Faces\', William KentridgeWilliam Kentridge,
Drawing for 'Other Faces',
2011, Charcoal and coloured pencil on paper , 24 1/4 x 31 1/4 in. (61.6 x 79.38 cm)
© Courtesy of the artist and Marian Goodman Gallery - Paris
> ARTISTS
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.mariangoodman.com
NEIGHBORHOOD:  
3rd Arrondissement
EMAIL:  
parisgallery@mariangoodman.com
PHONE:  
+33 (1) 48 04 70 52
OPEN HOURS:  
Tues -Sat - 11am - 7pm
TAGS:  
works on paper drawing
> DESCRIPTION

La galerie Marian Goodman est heureuse d’annoncer sa nouvelle exposition qui présente des oeuvres sur papier de Tacita Dean, William Kentridge, Gabriel Orozco, Giuseppe Penone, Niele Toroni et Lawrence Weiner ainsi que deux films de William Kentridge et Tacita Dean réalisés à partir de dessins.

Au rez-de chaussée de la galerie sont présentés Snowflakes [Lac Du Bourdon Été] et Mapa Corporal, 2008-10 de la série des Corplegados (2010) de Gabriel Orozco. Le nom de cette série est un néologisme de l’artiste en fusionnant « cuerpos plegados » (corps pliés). Afin de pouvoir les emporter avec lui en voyage, Gabriel Orozco a plié des feuilles de papier de grand format sur lesquelles il a ensuite appliqué aléatoirement gouache, encre, etc. et même collé des éléments. Le verso du papier, empreinte du recto et image inconsciente de l’oeuvre pour l’artiste, est visible grâce à un dispositif de présentation inédit.

« Les Corplegados font immédiatement penser aux premiers carnets personnels et cahiers de notes de l’artiste dans lesquels il collectait toutes sortes de sources visuelles, écrivait ses idées soudaines, ses pensées, des références matérielles et textuelles, où il collait des photographies-souvenirs à la manière d’un atlas d’artiste ».

Gabriel Orozco est né au Mexique en 1962. En 2010 et 2011, le MoMa-Musée d’Art moderne à New York, la Tate Moderne à Londres et le Centre Pompidou à Paris lui ont consacré une grande exposition rétrospective.

Les compositions sur papier de Lawrence Weiner, conçues en 2006 et 2010, associent l’utilisation de l’encre, de l’aquarelle, du crayon, ou même du collage. Ces six dessins allient tous le trait, la couleur et surtout le langage, caractéristique majeure du travail de l’artiste depuis toujours. « Une des raisons pour laquelle j’ai choisi de travailler avec le langage et d’autres matériaux est qu’à chaque fois une oeuvre peut être reconstruite à nouveau. Le langage impose moins de choses (…)».At the Same Time/ Au même moment est le titre du statement présenté sur la porte-fenêtre de la galerie.

Né en 1942 à New York, Lawrence Weiner vit aujourd’hui à New York et à Amsterdam. Une exposition rétrospective intitulée AS FAR AS THE EYE CAN SEE lui a été consacrée au Whitney Museum de New York, au Moca de Los Angeles entre 2007 et 2009. Il a également participé aux plus prestigieuses manifestations d’art, telles que la biennale de Venise (2005) ou Documenta (1972, 1977 et 1982).

Deux pièces intitulées Miroir d’Eau (1973) et une Vert Wagon (1977) de Niele Toroni illustre parfaitement le processus créatif spécifique et radical que l’artiste a mis au point depuis ses débuts au Salon de la Jeune Peinture à Paris en janvier 1967. Les empreintes qu’il réalise avec un pinceau n°50 sont toutes appliquées à intervalle régulier de 30 cm.
Niele Toroni est né à Locarno-Muralto en 1937 en Suisse et vit à Paris depuis 1959. Son travail a été exposé au sein de biennales et musées internationaux tels que le Musée d’art moderne de la Ville de Paris (2001), Stedelijk Museum (1994), la biennale de Gwangju (1997) etc. Niele Toroni a reçu le prix Wolfgang-Hahn en 2003.

Pour l’exposition Tacita Dean a conçu cinq petits dessins/ peintures sur photographies. Parallèlement à sa pratique cinématographique, l’artiste a pour habitude de dessiner sur des cartes postales chinées sur des marchés aux puces. Affectionnant particulièrement les arbres aux formes étranges ou tourmentées, elle peint à la gouache blanche, à l’aide d’un pinceau très fin, le contour des branches et l’arrière-plan des photographies.

Tacita Dean est née en 1965 en Angleterre et vit actuellement à Berlin. Elle a participé à deux reprises à la biennale de Venise en 2003 et 2005. Une de ses dernières oeuvres, FILM, est actuellement montrée dans le Turbine Hall du musée Tate Modern à Londres.

Un dessin à l’encre et au crayon sur papier marouflé de Giuseppe Penone vient compléter cet ensemble d’oeuvres. Figure centrale de l’Arte Povera, l’artiste italien inclut depuis ses débuts le dessin dans sa pratique sculpturale pour lequel il privilégie l’utilisation et l’évocation de matériaux organiques. Propagazione- indice destro, 1994, se présente comme une propagation de lignes, esthétiquement proche des cernes de croissance d’un arbre, autour d’une empreinte digitale de l’artiste.
Giuseppe Penone, né en 1947 à Garessio en Italie, vit et travaille à Turin et à Paris où il enseigne à L’Ecole des Beaux-Arts. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles dans de nombreux pays et récemment au Toyota Municipal Museum of Art, à Toyota au Japon (2009) et au Musée d'Art Moderne de Bologne (MAMbo) en Italie (2008). En 2013, une exposition lui sera consacrée au Château de Versailles.

Au sous-sol de la galerie, est présenté pour la première fois à Paris le nouveau film de William Kentridge, Other Faces (2011), accompagné d’une sélection de dessins à partir desquels il a été réalisé. Dans ce nouvel opus de la série de films Dessins pour projection débutée en 1989, nous nous retrouvons au coeur de la ville de Johannesburg en compagnie du personnage de Soho Eckstein en proie à de nombreux tourments (accident de la circulation, surgissement de multiples souvenirs). Comme dans tous les films animés de William Kentridge, les dessins au fusain prennent vie suite à une succession d’effacements et d’ajouts de traits révélant de manière onirique et narrative des aspects de la réalité sud-africaine.

William Kentridge est né et habite à Johannesburg. Une rétrospective de son oeuvre, Cinq Thèmes, organisée par le San Francisco Museum of Modern Art et le Norton Museum of Art, a récemment été présentée dans différents musées internationaux ; Stedelijk Museum (Amsterdam), Israel Museum (Jérusalem) en 2011; MoMa (New York), Jeu de Paume (Paris), Albertina Museum (Vienne) en 2010.

La deuxième projection est celle d’un film muet de Tacita Dean, The Friar’s Doodle (Les entrelacs du frère) (2010) tourné en 16 mm et montré pour la première fois au monastère de Santo Domingo à Silos en Espagne. L’objet du film est un dessin qu’un frère franciscain avait offert à l’artiste alors qu’elle était adolescente et qui depuis a exercé sur elle une certaine fascination. Ce dessin, qu’elle a minutieusement conservé dans un livre tel un talisman, est devenu à ses yeux un symbole de la vocation religieuse et de la vie monastique.

« Le dessin n’a pas de fin. Son chemin qui se poursuit en lui me rappelle ce moine bénédictin de l’abbaye de Silos, qui marchait en rond , encore et encore, dans le cloître au dessus de nos têtes, comme ils ont dû le faire tous autrefois quand il leur était interdit de mettre le pied dehors– toute une vie définie par ce parcours accompli en marchant, comme on pourrait définir une vie par le tracé qu’on en dessine.»


Marian Goodman Gallery is pleased to announce a new exhibition including works on paper by Tacita Dean, William Kentridge, Gabriel Orozco, Giuseppe Penone, Niele Toroni and Lawrence Weiner as well as two films by Tacita Dean and William Kentridge made from drawings.

On the ground floor of the gallery will be presented Snowflakes [Lac Du Bourdon Été] and Mapa Corporal, 2008-10 by Gabriel Orozco of the series Corplegados (2010), a title created by the artist combining the words « cuerpos plegados » (folded bodies). So as to carry them with him as he travelled, Gabriel Orozco folded large sheets of paper on which he has worked on in gouache, ink and collage. The back of the work, which represents the imprint and unconscious image of the piece according to the artist, is visible through a very unique display.

“These drawings immediately call to mind the artist’s earlier diaries and notebooks, which collected all kinds of visual source materials, sudden insights, written inspirations, material and textual references, and photographic memorabilia in the manner of an artist’s atlas.”

Gabriel Orozco was born Mexico in 1962. In 2010 and 2011, the MoMa in New York, the Tate Modern in London and the Centre Pompidou in Paris organized a retrospective exhibition of his works.

The compositions on paper by Lawrence Weiner, made in 2006 and 2010, combine ink, watercolor, pencil and collage. These drawings all bring together the artist’s classic combination of line, color and language. “One of the reasons I choose to work with language or other materials is that each time a piece can be built anew. Language is less impositional“. We are also showing a text work At the Same Time/ Au même moment on a glass door of the gallery.

Born in 1942 in New York, Lawrence Weiner lives and works in New York and Amsterdam. He has been the subject of a one-artist retrospective exhibition called AS FAR AS THE EYE CAN SEE hold at the Whitney Museum of New York, the Moca of Los Angeles between 2007 and 2009. He also took part in the most important art events, such as the Venice biennial (2005) or Documenta (1972, 1977 and 1982).

Two pieces entitled Miroir d’Eau (1973) and one Vert Wagon (1977) by Niele Toroni perfectly illustrate the specific and radical creative process that he designed from the start of his career at the Salon de la Jeune Peinture in Paris in January 1967. The imprints made with a n°50 paintbrush are repeated at regular intervals of 30 cm.

Niele Toroni was born in Locarno-Muralto in 1937 in Switzerland and lives in Paris since 1959. His work has been exhibited in many biennials and international museums such as the Musée d’art moderne de la Ville de Paris (2001), Stedelijk Museum (1994), Gwangju Biennial (1997) etc. Niele Toroni is the recipient of the 2003 Wolfgang-Hahn Prize.

Made for the exhibition, Tacita Dean is presenting painted photographs. Along with her cinematic practice, the artist often draws on vintage postcards that she finds in flea markets. Especially keen on strange or contorted trees, she paints with white gouache, with a very thin brush, the outlines of the branches as well as the background.

Tacita Dean was born in England in 1965 and currently lives in Berlin. She took part in two editions of the Venice biennial (2003, 2005). One of her last works, FILM, is still projected in the Turbine Hall at the Tate Modern in London.

One ink and pencil drawing on mounted paper by Giuseppe Penone completes this set of works. A major figure of Arte Povera, the italian artist has, since his debut, included drawing within his practice, for which he favours the use and evocation of organic materials. Propagazione-indice destro, 1994, shows a propagation of lines, aesthetically close to tree rings, around a print of the artist’s right index finger.

Giuseppe Penone, born in 1947 in Garessio in Italy, lives and works in Turin and Paris where he teaches at the Fine Arts School. He has been the subject of recent one-artist exhibitions at the Toyota Municipal Museum of Art, Japan (2009) and at Modern Art Museum of Bologna (MAMbo) Italy (2008). In 2013, he has been invited to present his work as part as the 2013 contemporary art programme at the Château of Versailles.

In the downstairs gallery is presented for the first time in Paris a new film by William Kentridge, Other Faces (2011), together with a selection of drawings used for the film’s animation. In this new film of the series Drawings for Projections started in 1989, we find ourselves again in the midst of the city of Johannesburg, with the character Soho Eckstein beset by many difficulties (car accident, recollection of unhappy memories). As in every film of William Kentridge, the charcoal drawings come alive following a succession of erasures and overdrawings which show in a dreamlike and narrative way some aspects of the South African reality.

William Kentridge was born and lives in Johannesburg. A retrospective exhibition of his work, Five Themes, organized by the San Francisco Museum of Modern Art and the Norton Museum of Art, recently travelled abroad; Stedelijk Museum (Amsterdam), Israel Museum (Jerusalem) in 2011; MoMa (New York), Jeu de Paume (Paris), Albertina Museum (Vienna) in 2010.

The second projection is a silent film by Tacita Dean, The Friar’s Doodle (2010) shot in 16 mm and shown for the first time at the Abbey of Santo Domingo in Silos (Spain). The subject of the film is a drawing that a friar had offered to the artist when she was a teenager and that, since then, fascinated her. This drawing, which she kept with meticulous care inside a book as a talisman, became in her eyes a symbol of religious vocation and cloistered life.

“The doodle has no exit. Its continuing and cyclical journey reminds me of the Benedictine monk in the Abbey at Silos who walked round and round the cloisters above our heads, as they all must have done in earlier life when they could never set a foot outside- defining a life by walking it as defining a life by drawing it.


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.