STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Paris

Galerie Nathalie Obadia

Exhibition Detail
91
3 rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
France


September 4th, 2010 - October 9th, 2010
Opening: 
September 4th, 2010 6:00 PM - 8:00 PM
 
91 - 44 x 200 A, Martin BarréMartin Barré, 91 - 44 x 200 A,
1991, Acrylic on canvas, 44 x 200 cm/ 17.3 x 78.7 in
© Courtesy of Galerie Nathalie Obadia
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.galerie-obadia.com
NEIGHBORHOOD:  
4th Arrondissement
EMAIL:  
info@galerie-obadia.com
PHONE:  
+33 (0) 1 42 74 67 68
> DESCRIPTION

La Galerie Nathalie Obadia est très honorée d’exposer un ensemble de dix tableaux de Martin Barré réalisé et exposé en 1991 à l’occasion de la  première Biennale d‘Art Contemporain de Lyon.
Ces œuvres n’ont jamais été montrées depuis dans leur totalité.

Figure majeure de l’abstraction, la démarche picturale de Martin Barré questionne les données fondamentales de la peinture: le format, le geste, la série, l’accrochage. Le trait et la forme sont les éléments d'une syntaxe pour l'ordonnancement d'une structure potentielle dans l'espace du tableau et celui de l'environnement.
«Je ne peins pas pour livrer des états d'âme, dit-il sagement. J'utilise une règle, une règle du jeu; je la transgresse quand la peinture l'impose.»
Les dix peintures de 1991 présentées à la galerie relèvent d’une même série qui s’établit sur les relations internes entre la couleur, sa bordure et l’espace. À partir de 1972, Martin Barré opère véritablement par série avec, pour chacune d’elles, un nouveau vocabulaire de figures géométriques itératives subtilement détournées et une gamme de couleurs toujours restreinte. À la fin des années 70, la place accordée à la couleur se précise, les contrastes et les zones colorées sont plus présents. Dans la série “91”, l’unité chromatique est plus douce, la coloration de l’espace plus soutenue, “couleur de sable” selon l’artiste. Un cerne gris tracé à main levée au pinceau apparaît autour des formes colorées. L’artiste abandonne le carré pour un format horizontal, qualifié par Yve-Alain Bois de « format-prédelle », et privilégie l’accrochage en frise, marqueur de l’espace d’exposition.


Né à Nantes en 1924, Martin Barré a laissé à sa mort en 1993 une œuvre dont la diversité et l’intelligence lui assurent une place prééminente dans l’histoire de l’art de la seconde moitié du XXe siècle. Il exerce une influence croissante sur la nouvelle génération de peintres. Présente dans nombre de collections publiques ou privées, avec des expositions marquantes: ARC/Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en 1979, Musées des Beaux-Arts de Nantes et de Tourcoing, Galerie des Ponchettes et Galerie d’Art Contemporain de Nice en 1989, Galerie nationale du Jeu de Paume en 1993.
L’exposition en 2006 à la Galerie Nathalie Obadia  « Idées de la peinture, Hommage à Martin Barré » a  rappelé la nécessité de reconsidérer une entreprise artistique des plus singulières. Martin Barré croisait Christian Bonnefoi, Raoul de Keyser, On Kawara, Peter Halley, Robert Mangold, Albert Oehlen, Bernard Piffaretti, Pascal Pinaud, Christopher Wool.
Les expositions organisées à la Galerie Daniel Buchholz à Cologne en 2007, Andrew Kreps à New York en 2008, Esther Schipper, Berlin en 2010, ont permis à l’oeuvre de Martin Barré de susciter l’intérêt croissant de collectionneurs, conservateurs et artistes contemporains. Une importante monographie a été publiée en 2008 par la Galerie Nathalie Obadia, Thea Westreich et Ethan Wagner conjointement avec la Galerie Daniel Buchholz et Andrew Kreps. Elle s’accompagne de la traduction en anglais du texte Martin Barré d’Yve-Alain Bois, Collection “La Création contemporaine”, édité en 1993 par le Centre national des arts plastiques et Flammarion.

Plus récemment, trois œuvres ont été achetées par le Städel Museum, Francfort (2009). Le MNAM Centre Pompidou, en 2008, a réalisé un accrochage des œuvres de Martin Barré en dialogue avec Robert Ryman, Agnes Martin, Carl André; l’artiste Wade Guyton a présenté un tableau de Martin Barré au Hammer Museum de Los Angeles dans l’exposition « Oranges and sardines – Conversations on Abstract Painting » en 2008.

------------------------------------------------------------------------------

Galerie Nathalie Obadia is honoured to exhibit an ensemble of ten works by Martin Barré painted and exhibited in 1991. Originally shown in the same year at the first Biennale d’Art Contemporain in Lyon, this is the first time this ensemble has been shown in its entirety since then.

A leading proponent of abstract painting, Martin Barré probed the fundamental parameters of the medium: format, gesture, series, hanging, etc. In his work, line and form are elements of a syntax for ordering a potential structure within the space of the picture object and of its surroundings.
“I do not paint to convey moods,” said Barré, modestly. “I use a rule, a rule of the game. I transgress it when the painting requires me to do so.”

The ten paintings from 1991 presented at the gallery belong to a series built around the internal relations between colour, border and space. In 1972 Martin Barré began to work in series, each one based on a specific vocabulary of iterated and subtly subverted geometrical figures and an always limited range of colours. The role of colour gained in precision towards the end of the 1970s, with increasingly prominent contrasts and coloured areas. In the “91”’ series the chromatic unity is gentler, the colouring of the space more sustained – “sand-coloured,” the artist called it. A grey line painted freehand with a brush appears around the coloured forms. The artist gives up the square for a horizontal format, described by Yve-Alain Bois as the “predella format.” Barré now hung the works in a frieze layout, marking out the exhibition space.

Martin Barré was born in Nantes in 1924. At his death in 1993 he left a body of work whose diversity and intelligence ensure it an eminent position in the history of art of the second half of the twentieth century. Exerting a growing influence on young generations of painters, his work is to be found in many public and private collections and has featured in a number of major exhibitions, notably at the ARC/Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris in 1979, the Musées des Beaux-Arts in Nantes and Tourcoing, the Galerie des Ponchettes and the Galerie d’Art Contemporain, Nice, in 1989, and the Galerie Nationale du Jeu de Paume in 1993.
The exhibition put on at Galerie Nathalie Obadia in 2006, “Idées de la peinture, Hommage à Martin Barré,” reaffirmed the importance of this most unusual artist, and his relevance to other practices. Barré’s work was shown in juxtaposition with works by Christian Bonnefoi, Raoul de Keyser, On Kawara, Peter Halley, Robert Mangold, Albert Oehlen, Bernard Piffaretti, Pascal Pinaud, and Christopher Wool.
Exhibitions put on at Galerie Daniel Buchholz in Cologne in 2007, Andrew Kreps, New York, in 2008, and Esther Schipper, Berlin, in 2010, further extended interest in Barré’s work from collectors, curators and artists. In 2008 a major monograph was published by Galerie Nathalie Obadia, Thea Westreich and Ethan Wagner jointly with Galerie Daniel Buchholz and Andrew Kreps. It accompanied the English translation of Yve-Alain Bois’s text, Martin Barré, originally published in 1993 in the “La Création contemporaine” collection by the Centre National des Arts Plastiques and Flammarion.

More recently, three works were purchased by the Städel Museum, Frankfurt, in 2009, and in 2008 the MNAM Centre Pompidou organised a hanging that set up a dialogue between Barré’s works and those of Robert Ryman, Agnes Martin and Carl André. Also that year the artist Wade Guyton included a Barré painting in the exhibition “Oranges and Sardines – Conversations on Abstract Painting” at the Hammer Museum, Los Angeles.


 

 

 


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.