BEGIN:VCALENDAR VERSION:2.0 CALSCALE:GREGORIAN PRODID:iCalendar-Ruby VERSION:2.0 BEGIN:VEVENT DESCRIPTION: DTEND:20150516 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150312 GEO:48.8549835;2.3415386 LOCATION:Gaudel de Stampa\,49\, Quai des Grands Augustins \nParis\, 75006 SEQUENCE:0 SUMMARY:Blue Line Paintings\, Emil M. Klein UID:375125 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Depuis 4 ans Tango\, i llustrateur chinois\, fondateur d'une importante agence de communi cation de Shangaï\;\, star des ré\;seaux sociaux chinois ré\;alise un dessin par jour.

\n

Un ouvrage rassemblant une sé\;lection de ses dessins sera &e acute\;dité\; à\; l&rsquo\;occasion de cette exposition.

\n< p style="text-align: justify\;">Olivier Castaing\, fondateur de la School G allery\, et Sandrine Barbeau\, agent de Tango\, ont imaginé\; ce FACE à\; FACE - Paris to Shangaï\;\, entre cet artiste chinois et le jeune et trè\;s talentueux plasticien franç\;ais Rahaë\;l T achdjian. \;

\n

Deux app roches radicales du dessin.

\n

Tango manie l&rsquo\;humour et le dé\;calage à\; p artir de situations du quotidien croqué\;es en quelques traits incisi fs et percutants. Subtile alchimie d&rsquo\;un esprit à\; la fois poè\;te et extralucide\, conteur et subtilement pamphlé\; taire\, ancré\; dans son é\;poque \;. Son trait n&rsquo\;es t pas sans rappeler Sempé\;\, un des maî\;tres du genre\, dont i l est l&rsquo\;un des plus fervents admirateurs.

\n

En é\;cho et en vis à\; vis\, Raphaë\;l Tachdjian\, nous dé\;voile 2 nouvelles sé\;ries de dessins. Un ensemble de 9 portraits issus de la sé\;rie «\; \; ceux qui naissent dans les fractures \;»\;\, \; comme autant d e radiographies arcimboldiennes\, fantaisie d&rsquo\;organes et de visc&egr ave\;res composant des portraits aussi fantasmagoriques que ludiques. \ ;

\n

Autre sé\;rie\, autre technique\, le trait noir et saturé\; et les jeux d&rsquo\;ombres et de lumiè\;res si caracté\;ristique du travail de ce j eune artiste. Il manie la pierre noire avec fré\;né\;sie et app lication\, inlassablement il sature la feuille de papier\, pour donner aux textures du dessin une trame photographique et si singuliè\;re. \ ;

\n

 \;

DTEND:20150404 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150311 GEO:48.8681941;2.3552644 LOCATION:School Gallery\,322 rue Saint Martin \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Face to Face - Paris to Shangaï \, Raphaël Tachdjian\, Tango Gao UID:375122 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Derniè\;re sé\;rie de l&rsquo\;artiste Nicolas Dhervillers\, «\;Circus»\; p rend pour sujet la figure emblé\;matique du clown avec ses a ttributs nettement reconnaissables\, savates et grand nez rouge.

\n

Le clown\, ce pantomime de l&rsquo\;artiste\, e st ici comme de coutume dans l&rsquo\;&oelig\;uvre de Nicolas Dhervillers\, isolé\; dans un paysage de campagne aux lumiè\;res surnaturell es. Cet espace fait en quelque sorte office de coulisse à\; la rel&ac irc\;che contemplative du personnage. La tente

\n

du cirque est loin\, on \; n&rsquo\;entend dé\;jà \; plus la clameur du public.

\n

Seul do nc\, le clown n&rsquo\;en est pas moins mis en scè\;ne\, dans un d&ea cute\;cor où\; le moindre dé\;tail participe de la dramaturgie d&rsquo\;ensemble. Dè\;s lors\, l&rsquo\;image du cirque\, cette ar&e grave\;ne mentale se dé\;porte de l&rsquo\;autre cô\;té\; de l&rsquo\;image\, dans l&rsquo\;espace d&rsquo\;exposition où\; nou s endossons physiquement le rô\;le de spectateurs\, silencieux.

\n< p style="text-align: justify\;">Nicolas Dhervillers n&rsquo\;a de cesse que d&rsquo\;interroger le mé\;dium photographique dans tout e son é\;tendue historique. Le recours au noir et blanc ne relè \;ve pas ainsi d&rsquo\;un simple choix nostalgique. Il reflè\;te ce pont temporel\, du passé\; au pré\;sent\, et l&rsquo\;é\; cart technologique de \;l&rsquo\;argentique a u numé\;rique.

\n

De faç\;on non moins triviale\, «\;Circus»\; a é\;t&eac ute\; ré\;alisé\;e en mê\;me temps que la sé\;rie &l aquo\;Retinal»\;. Tout semble les opposer et pourtant elles convergent quant à\; la notion de perception et au rô\;le actif du regarde ur.

\n

Dé\;couvrez le Portfolio co nsacré\; à\; la sé\;rie CIRCUS dans Libé\;ration

DTEND:20150307 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150128 GEO:48.8681941;2.3552644 LOCATION:School Gallery\,322 rue Saint Martin \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Circus\, Nicolas Dhervillers UID:375121 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION: DTEND:20150516 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150307 GEO:48.8619378;2.3608599 LOCATION:Galerie Suzanne Tarasiève - Rue Pastourelle\,7 rue pastourelle \nP aris\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Second Nature\, Gil Heitor Cortesao UID:375119 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150307T210000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150307T180000 GEO:48.8619378;2.3608599 LOCATION:Galerie Suzanne Tarasiève - Rue Pastourelle\,7 rue pastourelle \nP aris\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Second Nature\, Gil Heitor Cortesao UID:375120 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

And if there was nothing to un derstand? And nothing to say? If the history of art was only an invention t o take us away from the truth? The linearity harming everything that gets o ut of line\, liberating overfl ows\, deviant paths\; transversality of Cail lois\, illuminations\, asceticism\, cleansing doors\, forest lodges\, chemi cal or inherited dementia\, two thousand and one illuminated tunnels\, alon e or inhabited\, faith in eroticism and red to read as many hampered access roads. Nevertheless\, a strange club of Six wanders along a fi ssure\, ind icating us a privileged and royal passage lightened by art.

&laq uo\;Odd cannibalizations of different lost cultures and intuitive mythologi es.»\;
(D.W.\, PfA: X-RfH &ndash\; MCMLXXXIX).
Imagine artis ts who have managed the perfect amalgam and realized the ultimate surrealis t dream: get together transcendence of Romanticism and Symbolism with the d azzling spontaneity of Art Brut\, while remaining perfectly sealed to every artistic movement. Free heirs. Inevitably\, it gives singular works and ar tistic approaches that are sometimes risky. The work by Maya Rochat is impl emented in this perspective. Her approach delivers an abundant and luminous work even in its darkest corners. She papers the mind with adventurous ove rlays\, creating a blinding emotional spiral. Crossed\, electrifi ed and il luminated\, Joey Haley imposes his own rhythm and his personal ramblings to the history of art. In ribbed drawings and paintings\, he dances together with impressive creative demons.

«\;When gods&rsquo\; mouth keeps quiet\, everyone can hear its own voice»\;
(C.G.J.\, L.N\, L.S.-Lm (I) &ndash\; MCMXIII-MCMXXX).
Sindre Foss Skancke knows these demons well. He meets them\, pampers\, defi es them. Writing new myths\, h e does not only wake up the old ones\, he outlines a new horizon. The one i n which rise and fall annihilate and where - by the virulence of the line a nd the serenity of the mind - a comforting because unique aesthetic is forg ed. Face to silence or the cries of the gods\, Scott Treleaven speaks. He s peaks the language of pure magic\, original\, the one that founded the work of art. In his videos there is as much of nostalgia as of transmission\, a s much of underground force as of brilliant conceptual depth. He fi lms the Spirit.

«\;Wherever the cosmic truth may lie\, it doesn&rs quo\;t lie in A\, B\, C\, D»\;
(S.K.\, I2001\,WLBaS-LW?\, N.Y.T. &ndash\; MCMLXVIII).
There is some astonishment mixed with fascination when you are in front of collages by Adeline Parrot. Disordered feelings t hat arise from her ability to control the escape\, to harmonize the opposit e things. She does not deconstruct our daily lives\, she gives them the abi lity to amaze\, despite the obvious concern. A link shared by the drawings and paintings of Edouard Nardon. Under veils that recall the proximity of t he sacred and the trivial\, he slides the codes to decipher\, as well as pi ctures to reread and reconnect. He apostrophes our abilities to wander betw een the known and the unknown.
Being able to analyze his madness: Schr eber did this being mad\; Jung did this being safe. It is a gesture as fool ish as salutary\, as scary as unimaginable. If the Liber Novus is a wonderf ul polyhedron\, it needs to be pursued\, completed\, recut. It allows to pr obe a part of the history of art where few dare to tread. But those who ret urn have so much to say\, and we have so much to understand.

\n
\n< p style="text-align: justify\;"> \;

\n

Et s&rsquo\;il n&rsquo\;y avait rien à\; comprendre ? Et rien &agr ave\; dire ? Si l&rsquo\;histoire de l&rsquo\;art\, et au-delà\; cell e de la pensé\;e\, n&rsquo\;é\;tait qu&rsquo\;une invention pro pre à\; nous é\;loigner de la vé\;rité\; ? La lin&e acute\;arité\; devenant atteinte à\; tout ce qui sort du rang\, aux dé\;bordements libé\;rateurs\, aux chemins dé\;viant s\; la transversalité\; de Caillois\, les illuminations\, l&rsquo\;as cé\;tisme\, le nettoyage de portes\, les loges forestiè\;res\, la dé\;mence chimique ou hé\;rité\;e\, deux mille un tunn els lumineux\, en solitaire ou habité\;\, la foi en l&rsquo\;é\ ;rotisme et du rouge à\; lire comme autant de voies d&rsquo\;acc&egra ve\;s entravé\;es. Un é\;trange club des Six dé\;ambule n é\;anmoins le long d&rsquo\;une fi ssure\, nous indiquant un passage privilé\;gié\; et royal\, par l&rsquo\;art é\;clairci.

«\; D&rsquo\;é\;tranges cannibalisations de diffé \;rentes cultures perdues et de mythologies intuitives »\;
(D.W.\ , PfA: X-RfH &ndash\; MCMLXXXIX).
Imaginez des artistes qui ont r&eacu te\;ussi l&rsquo\;amalgame parfait\, ré\;alisé\; le rê\;ve surré\;aliste ultime : ré\;unir la transcendance du Romantisme et du Symbolisme avec la spontané\;ité\; fulgurante de l&rsquo \;Art Brut\, tout en demeurant parfaitement é\;tanche à\; tout mouvement. De libres hé\;ritiers.
Cela donne immanquablement des oeuvres singuliè\;res\, et des approches de l&rsquo\;art qui ne sont pas sans risques. Le travail de Maya Rochat s&rsquo\;inscrit dans cette pe rspective. Sa dé\;marche offre une oeuvre foisonnante et lumineuse ju sque dans ses recoins les plus sombres. Elle tapisse l&rsquo\;esprit de sup erpositions aventureuses et cré\;e ainsi une
spirale é\;mo tionnelle fulgurante. Traversé\;\, é\;lectrifi é\; et ill uminé\;\, Joey Haley impose à\; l&rsquo\;histoire de l&rsquo\;a rt son propre rythme\, ses divagations personnelles.
Dans des dessins et peintures nervuré\;s\, il danse avec d&rsquo\;imposants dé\; mons cré\;atifs.

«\; Lorsque la bouche des dieux se t ait\, alors chacun peut entendre sa propre voix »\;
(C.G.J.\, L.N \, L.S.-Lm(I) &ndash\; MCMXIII-MCMXXX).
Ces dé\;mons\, Sindre Fo ss Skancke les connaî\;t bien. Il les cô\;toie\, les choie\, les dé\;fi e. En é\;crivant de nouveaux mythes\, il ne se contente pas de ré\;veiller les anciens\, il esquisse un nouvel horizon. Celui où\; grandeurs et dé\;cadences s&rsquo\;annihilent et où \; se forge\, par la virulence du trait et la sé\;ré\;nit&eacut e\; de la pensé\;e\, une esthé\;tique ré\;confortante car singuliè\;re. Face au silence ou aux cris des dieux\, Scott Treleave n parle. Il parle le langage de la magie pure\, originelle\, celle qui a fo ndé\; l&rsquo\;oeuvre d&rsquo\;art. Il y a dans ses vidé\;os au tant de nostalgie que de transmission\, de force souterraine que d&rsquo\;& eacute\;clatante profondeur conceptuelle. Il met en image l&rsquo\;Esprit.< br />
«\; Où\; que puisse se trouver la vé\;rit&eacut e\; cosmique\, ce n&rsquo\;est pas dans A\, B\, C et D »\;
(S.K.\ , I2001\,WLBaS-LW?\, N.Y.T. &ndash\; MCMLXVIII).
Il y a une certaine f ascination mê\;lé\;e de stupé\;faction devant les collages d&rsquo\;Adeline Parrot. Des sentiments troubles qui naissent de sa capaci té\; à\; contrô\;ler l&rsquo\;é\;vasion\, à\; harmoniser les contraires. Elle ne dé\;structure pas notre quotidien\ , elle lui redonne la capacité\; à\; nous é\;merveiller\, malgré\; l&rsquo\;inquié\;tude manifeste. Un trait partag&eacu te\; par les dessins et peintures d&rsquo\;Edouard Nardon. Sous des voiles qui rappellent la proximité\; du sacré\; et du trivial\, il gli sse des codes à\; dé\;crypter\, des images à\; relire et relier. Il apostrophe nos aptitudes à\; errer entre le connu et l&rsq uo\;inconnu.
Etre capable d&rsquo\;analyser sa folie : Schreber l&rsqu o\;a fait en é\;tant fou \; Jung l&rsquo\;a fait sans l&rsquo\;ê \;tre. C&rsquo\;est un geste aussi insensé\; que salutaire\, aussi ef frayant qu&rsquo\;inimaginable. Si le Liber Novus est un polyè\;dre m erveilleux\, il demande à\; ê\;tre poursuivi\, complé\;t&e acute\;\, retaillé\;. Il permet de sonder une part de l&rsquo\;histoi re de l&rsquo\;art où\; peu osent s&rsquo\;aventurer. Mais ceux qui e n reviennent ont tant de choses à\; dire\, et nous à\; comprend re.

Benjamin Bianciotto

DTEND:20150418 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150314 GEO:48.8616654;2.3573702 LOCATION:Galerie Olivier Robert\,5\, rue des Haudriettes \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:I Was a Good Kid\, Joey Haley\, ÉDOUARD NARDON\, Adeline Parrot\, M aya Rochat\, Sindre Foss Skancke UID:375117 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150314T200000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150314T180000 GEO:48.8616654;2.3573702 LOCATION:Galerie Olivier Robert\,5\, rue des Haudriettes \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:I Was a Good Kid\, Joey Haley\, ÉDOUARD NARDON\, Adeline Parrot\, M aya Rochat\, Sindre Foss Skancke UID:375118 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Inspired by economic theorist Jeremy Rifkin&rsquo\;s book\, The Zero Marginal Cost Society: the Inter net of Things\, the Collaborative Commons\, and the Eclipse of Capitalism\, this exhibition considers artwork made since 1990 to the present whic h reflect economic transition.

&ldquo\;The capitalist era i s passing...not quickly\, but inevitably. A new economic paradigm &ndash\; the Collaborative Commons &ndash\; is rising in its wake that will transfor m our way of life. We are already witnessing the emergence of a hybrid econ omy\, part capitalist market and part Collaborative Commons. The two econom ic systems often work in tandem and sometimes compete. They are finding syn ergies along each other&rsquo\;s perimeters\, where they can add value to o ne another\, while benefiting themselves. At other times\, they are deeply adversarial\, each attempting to absorb or replace the other.&rdquo\;
Jeremy Rifkin\, excerpt from The Zero Marginal Cost Society: the Inter net of Things\, the Collaborative Commons\, and the Eclipse of Capitalism\, 2014

Whether we subscribe to Rifkin&rsquo\;s conceit\, we can acknowledge the existence of tensions and shifts in our economic framework. When major advancements in energy and communications collide\, an Industri al Revolution arises. The exhaustion of fossil fuels and the advent of rene wable energy in tandem with the application of the Internet\, and now the I nternet of Things\, has propagated since the late 80s a Third Industria l Revolution. In turn\, this development has brought on massive change s in every sector of society that are accelerating at unprecedented speed. How have artists been working in both form and content to reflect these vic issitudes in the world around us?

The exhibition Open Source looks at a selection of artists\, most of them working since 1990\, w ho have utilized new technologies\, embraced a reimagined future\, confront ed ecological issues\, sifted through cyborgs and post humanism\, commented on the economy\, and mined the overall psychological impact and flux of ou r cultural moment.

For example\, the removal of the artist&rsquo \;s hand\, underway for almost a century is taken to a new technological le vel in the works of many painters in the early 90s who were tinkering with the computer. Albert Oehlen&rsquo\;s early computer based paintings from the 90s\, made with a Texas Instrument laptop\, inadvertentl y highlight pending issues of authorship\, labor\, robotics\, and potential technological unemployment.

Critiquing the immanent entropic bi ll of capitalist society\, Bernadette Corporation&rsquo\;s The Earth&rsquo\;s Tarry Dreams of Insurrection Against the Sun i llustrates this clearly on a double-screen video by featuring footage of th e 2010 BP oil spill.

Rirkrit Tiravanija&rsquo\ ;s use of Annlee &ndash\; the manga character\, whose rights have been boug ht by artists Pierre Huyghe and Philippe Parreno &ndash\; in his video Ghost Reader\, captures the complex issues of copyright\, identity\, s ubject-hood\, and emotion in our changing society. A salvaged Manga charact er\, Annlee reads the entire Philip K. Dick novel Do Androids Dream of Electric Sheep? that inspired the movie Blade Runner.
Pamela Rosenkranz brings attention to the contradictio ns inherent in capitalism by commenting on the fraudulence of the once hope -filled industries of plastics\, pharmaceuticals and spring water. Marketed as purifying and holistic\, they have led to some of the most devastating damage to our biosphere.

Open Source\, through the fram ework of the economy at large\, examines the ways in which artists have att ended to it critically in opposition to the singular discourse of the art m arket. It is also through the lens of artists that we can consider discussi ons regarding the urgency of our future and the world guided by technologic al and cultural transformations.

Participating artists include:< br />Cory Arcangel\, Allora &\; Calzadilla\, Ian Cheng\, Bernade tte Corporation\, Simon Denny\, Jeff Elrod\, Jana Euler\, John Gerrard\, Ca lla Henkel and Max Pitegoff\, Pierre Huyghe\, Alex Israel\, Daniel Keller\, John Kelsey\, Josh Kline\, Agnieszka Kurant\, Ajay Kurian\, Louise Lawler\ , Mark Leckey\, Megan Marrin/Tyler Dobson\, Michel Majerus\, Katja Novitsko va\, Albert Oehlen\, Laura Owens\, Seth Price\, Richard Prince\, Sebastian Lloyd Rees\, Tabor Robak\, Pamela Rosenkranz\, Hugh Scott-Douglas\, Steven Shearer\, Reena Spaulings\, Frank Stella\, Rirkrit Tiravanija\, Kelley Walk er\, Christopher Wool.

The exhibition is co-curated by Lisa Schiff\, founder and Principal of SFA Art Advisory a nd co-founder of VIA Art\, Leslie Fritz\, senior advisor a t SFA Art Advisory\, and Eugenio Re Rebaudengo\, founder a nd Principal of ARTUNER.

Special thanks to Jeremy Rifkin who in spired the show\; to Hans Ulrich Obrist for his interview with Mr. Rifkin t o appear both online and in a forthcoming book based on the exhibition and published by Karma\, New York\; to Jean de Loisy\, President of the Palais de Tokyo\, who will host a lecture and a roundtable\; to Lauren Guilford\, research assistant at SFA Art Advisory.

With support by Art Pr oduction Fund\, New York

SCHEDULE OF EVENTS
March 9-April 19: Rirkrit Tirava nija&rsquo\;s billboards on view in Berlin in collaboration with A rt Production Fund\, New York
March 11: Hotel Moon at New Theater\, Berlin\, organized by Calla Henkel and Max Pitegoff
March 12: Opening at Galeri e Max Hetzler\, Berlin and on ARTUNER.COM
March 13: Opening at Galerie Max Hetzler\, Paris

March 14: Lecture by Jeremy Rifkin\, followed by a roundtable at Palais de To kyo\, Paris

\n
\n

Inspir&e acute\;e par l'ouvrage du thé\;oricien é\;conomique Jeremy Rifk in\, La nouvelle socié\;té\; du coû\;t marginal z&eacu te\;ro : l'internet des objets\, l'é\;mergence des communaux collabor atifs et l'é\;clipse du capitalisme\, l&rsquo\;exposition Op en Source: Art at the Eclipse of Capitalism ré\;unit simultan&ea cute\;ment dans diffé\;rents lieux à\; Berlin\, à\; Paris et sur internet\, un ensemble d&rsquo\;oeuvres\, qui depuis les anné \;es 1990 reflè\;tent la transition é\;conomique que vit notre é\;poque.

Les rè\;gles du grand jeu de l&rsquo\; é\;conomie mondiale sont en train de changer. Le capitalisme se meurt et un nouveau paradigme qui va tout bousculer s&rsquo\;installe \;: le s communaux collaboratifs. C&rsquo\;est une nouvelle é\;conomie qui s e dé\;veloppe\, où\; la valeur d&rsquo\;usage prime sur la prop rié\;té\;\, où\; la durabilité\; supplante le consu mé\;risme et où\; la coopé\;ration chasse la concurrence. (&hellip\;) Ce nouveau paradigme est favorisé\; par l&rsquo\;é \;mergence des ré\;seaux sociaux et de l&rsquo\;Internet des objets\, qui sera bientô\;t omnipré\;sent dans notre quotidien. (..) En parallè\;le\, le capitalisme\, miné\; par sa logique interne de productivité\; extrê\;me\, rend le coû\;t marginal &ndash\ ; qui est le coû\;t de production d&rsquo\;une unité\; suppl&eac ute\;mentaire \; d&rsquo\;un bien ou d&rsquo\;un service &ndash\; quasi nul.
Quatriè\;me de couverture de Jeremy Rifkin\, La nouve lle socié\;té\; du coû\;t marginal zé\;ro : l'intern et des objets\, l'é\;mergence des communaux collaboratifs et l'&eacut e\;clipse du capitalisme\, é\;ditions LLL\, 2014.

Que l'on adhè\;re ou pas aux thé\;ories de Jeremy Rifkin\, on ne peut q ue reconnaî\;tre l'existence de tensions et de changements dans notre cadre é\;conomique.
Quand des avancements majeurs dans le domai ne de l'é\;nergie et des communications entrent en conflit\, une R&ea cute\;volution industrielle apparaî\;t. Le tarissement des é\;ne rgies fossiles et l'avè\;nement des é\;nergies renouvelables\, en tandem avec l&rsquo\;essor d'Internet et maintenant les applications de l'Internet des objets\, ont dé\;clenché\; depuis la fin des ann é\;es 80 une Troisiè\;me Ré\;volution Industrielle. En d& eacute\;coule ce dé\;veloppement qui a apporté\; des changement s consistants à\; la socié\;té\;\, s'accé\;lé \;rant à\; un rythme sans pré\;cé\;dent dans chaque secte ur.
Il é\;tait iné\;vitable que l&rsquo\;art soit é \;galement touché\; par ces é\;volutions. De quelle maniè \;re les artistes travaillent en reflé\;tant\, à\; la fois par le contenu et par la forme\, ces vicissitudes du monde d'aujourd'hui?

L'exposition Open Source se penche sur une sé\;lection d'artist es actifs pour la plupart depuis 1990\, qui ont utilisé\; les nouvell es technologies\, ont imaginé\; un futur diffé\;rent\, se sont confronté\;s aux enjeux é\;cologiques\, ont passé\; au cr ible les potentiels des cyborgs et du post-humanisme\, ou qui ont comment&e acute\; l'é\;conomie et qui ont su extraire l&rsquo\;essence de cet i mpact psychologique global de notre culture actuelle.

Par exempl e\, le retrait de la main de l'artiste\, entamé\; depuis pré\;s d'un siè\;cle\, s&rsquo\;est doté\; d&rsquo\;une nouvelle dime nsion technologique dans le travail de nombreux peintres\, qui ont utilis&e acute\; l'ordinateur pour cré\;er leurs &oelig\;uvres. Les premi&egra ve\;res Computer Paintings d'Albert Oehlen des anné\ ;es 90\, ré\;alisé\;es à\; partir d'un ordinateur portabl e «\; \;Texas Instrument \;»\;\, posent par inadvertance la question de l'auteur\, du labeur\, de la robotique et du possible ch&oci rc\;mage technologique qui en dé\;coulerait.

Le travail de Bernadette Corporation illustre et critique de mani&egrav e\;re é\;loquente la facture entropique à\; venir pour la soci& eacute\;té\; capitaliste\, The Earth&rsquo\;s Tarry Dreams of Ins urrection Against the Sun montrant des images de la maré\;e noir e de BP en 2010.

La vidé\;o de Rirkrit Tiravanija< /strong> Ghost Reader\, é\;voque la question complexe du cop yright\, de l'identité\;\, du sujet et de l'é\;motion dans notr e socié\;té\; en mutation. Annlee\, le personnage sorti d&rsquo \;un manga et dont les droits ont é\;té\; acheté\;s par d es artistes\, lit ici inté\;gralement le roman de Philip K. Dick\, Do Androids Dream of Electric Sheep?
\, source du film Blade Runn er.

Pamela Rosenkranz attire l'attention s ur les contradictions inhé\;rentes au capitalisme en commentant le ca ractè\;re frauduleux d'industries à\; premiè\;re vue fort sé\;duisantes\, pré\;senté\;es comme purifiantes et alte rnatives (nouvelles matiè\;res \; plastiques\, produits pharmaceu tiques\, eau miné\;rale)\, qui ont donné\; lieu pourtant aux do mmages parmi les plus dé\;vastateurs de notre biosphè\;re.

Open Source\, à\; travers le cadre de l'é\;cono mie pris au sens large\, examine la maniè\;re dont les artistes ont p ris part ou é\;voqué\; de maniè\;re critique ces dé \;veloppements culturels et socié\;taux ré\;cents\, en oppositi on avec le discours habituel du marché\; de l'art.
Il faut comp ter sur le regard et la voix des artistes pour discuter de l'urgence de l&r squo\;invention de notre futur et de l&rsquo\;é\;volution d&rsquo\;un monde guidé\; par des transformations technologiques et culturelles profondes.

Parmi les artistes exposé\;s \;:
Cory Arcangel\, Allora &\; Calzadilla\, Ian Cheng\, Bernadette Corpor ation\, Simon Denny\, Jeff Elrod\, Jana Euler\, John Gerrard\, Calla Henkel and Max Pitegoff\, Pierre Huyghe\, Alex Israel\, Daniel Keller\, John Kels ey\, Josh Kline\, Agnieszka Kurant\, Ajay Kurian\, Louise Lawler\, Mark Lec key\, Megan Marrin/Tyler Dobson\, Michel Majerus\, Katja Novitskova\, Alber t Oehlen\, Laura Owens\, Seth Price\, Richard Prince\, Sebastian Lloyd Rees \, Tabor Robak\, Pamela Rosenkranz\, Hugh Scott-Douglas\, Steven Shearer\, Reena Spaulings\, Frank Stella\, Rirkrit Tiravanija\, Kelley Walker\, Chris topher Wool.


Le commissariat de l&rsquo\;exposition es t assuré\; par Lisa Schiff\, fondateur et dirigeant de SFA Art Advisory et co-fondateur de VIA Art\, Leslie Fritz\, conseiller chez SFA Art Advisory\, et Eugenio Re Rebaudengo\, fondateur et dirigeant de ARTUNER.

Remerciements parti culiers à\; Jeremy Rifkin qui a inspiré\; cette exposition\, &a grave\; Hans\,Ulrich Obrist pour l'interview de Jeremy Rifkin à\; par aî\;tre sur internet et dans le livre qui sera publié\; à\ ; l&rsquo\;issue de l&rsquo\;exposition par Karma\, New York\, à\; Je an de Loisy\, pré\;sident du Palais de Tokyo\, qui accueille une apr& egrave\;s-midi de ré\;flexion autour des problé\;matiques de l& rsquo\;exposition et à\; Lauren Guilford\, chargé\;e de recherc hes chez SFA.

Avec le soutien d'Art Production Fund\, New York.< br />

CALENDRIER DES EVENEMENTS
9 mars &ndash\; 19 avril \;: Affichage (billboar ds) de Rirkrit Tiravanija à\; Berlin\,
 \;  \; \; \; \; \; \; \; \; \; \;  \; \; \; \; en collaboration avec Art Production Fund\, New Yor k
11 mars \;: Hotel Moon au New Theater\, Berlin\ , organisé\; de Max Pitegoff et Calla Henkel
12 mars \;: Ve rnissage de l'exposition à\; la Galerie Max Hetzler\, Berlin< /strong> et sur A RTUNER.COM
13 mars \;: Vernissage de l'exposition &ag rave\; la Galerie Max Hetzler\, Paris
14 mars \;: Confé\;rence de Jeremy Rifkin suivie d&rsquo\;une t able ronde au Palais de Tokyo\, Paris

DTEND:20150418 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150313 GEO:48.86033;2.3543619 LOCATION:Galerie Max Hetzler - Paris\,57\, rue du Temple \nParis\, 75004 SEQUENCE:0 SUMMARY:Open Source: Art at the Eclipse of Capitalism\, Megan Marrin\, Mich el Majerus\, Katja Novitskova\, Albert Oehlen\, Laura Owens\, Seth Price\, Richard Prince\, Sebastian Lloyd Rees\, Tabor Robak\, Pamela Rosenkranz\, H ugh Scott-Douglas\, Steven Shearer\, Reena Spaulings\, Frank Stella\, Rirkr it Tiravanija\, Kelley Walker\, Christopher Wool\, Cory Arcangel\, Allora & Calzadilla\, Ian Cheng\, Bernadette Corporation\, Simon Denny\, Jeff Elrod \, Jana Euler\, John Gerrard\, Calla Henkel\, Pierre Huyghe\, Alex Israel\, Daniel Keller\, John Kelsey\, Josh Kline\, Agnieszka Kurant\, Ajay Kurian\ , Louise Lawler\, Mark Leckey\, Max Pitegoff\, Tyler Dobson UID:375115 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150313T200000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150313T170000 GEO:48.86033;2.3543619 LOCATION:Galerie Max Hetzler - Paris\,57\, rue du Temple \nParis\, 75004 SEQUENCE:0 SUMMARY:Open Source: Art at the Eclipse of Capitalism\, Cory Arcangel\, All ora & Calzadilla\, Ian Cheng\, Bernadette Corporation\, Simon Denny\, Tyler Dobson\, Jeff Elrod\, Jana Euler\, John Gerrard\, Calla Henkel\, Pierre Hu yghe\, Alex Israel\, Daniel Keller\, John Kelsey\, Josh Kline\, Agnieszka K urant\, Ajay Kurian\, Louise Lawler\, Mark Leckey\, Michel Majerus\, Megan Marrin\, Katja Novitskova\, Albert Oehlen\, Laura Owens\, Max Pitegoff\, Se th Price\, Richard Prince\, Sebastian Lloyd Rees\, Tabor Robak\, Pamela Ros enkranz\, Hugh Scott-Douglas\, Steven Shearer\, Reena Spaulings\, Frank Ste lla\, Rirkrit Tiravanija\, Kelley Walker\, Christopher Wool UID:375116 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION: DTEND:20150616 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150325 GEO:48.8580209;2.328117 LOCATION:Galerie Lefebvre & Fils\,24\, rue du Bac \nParis\, 75007 SEQUENCE:0 SUMMARY:West Coast\, Pia Camile\, Patrick Jackson\, Danny First\, Roger Her man\, Brie Ruais UID:375111 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150325T200000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150325T180000 GEO:48.8580209;2.328117 LOCATION:Galerie Lefebvre & Fils\,24\, rue du Bac \nParis\, 75007 SEQUENCE:0 SUMMARY:West Coast\, Pia Camile\, Danny First\, Roger Herman\, Patrick Jack son\, Brie Ruais UID:375112 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION: DTEND:20150523 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150314 GEO:48.862697;2.3536981 LOCATION:Galerie Laurent Godin\,5 rue du Grenier Saint-Lazare \nParis\, 750 03 SEQUENCE:0 SUMMARY:Unfolded\, Gonzalo Lebrija UID:375107 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150314T210000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150314T180000 GEO:48.862697;2.3536981 LOCATION:Galerie Laurent Godin\,5 rue du Grenier Saint-Lazare \nParis\, 750 03 SEQUENCE:0 SUMMARY:Unfolded\, Gonzalo Lebrija UID:375108 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

We are pleased to present the first solo exhibition of American artist J ohn Kleckner (1978\, Iowa\, USA) at Dukan gallery in Paris.

\n \;
\n
John Kleckner\, a U.S.-born artist\, lives and works in Berlin. Kleckner&rsquo\;s work has been shown internatio nally at galleries and museums such as the Deste Foundation in Athens\, the Yerba Buena Center for the Arts in San Francisco\, Centre d'Arts Plastique s Contemporains (CAPC) in Bordeaux and the Royal Academy in London. His wor k is featured in several collections including the Dakis Joannou Collection (Greece)\, the Saatchi Gallery (UK)\, the Magasin 3 Stockholm Konsthall (S weden) and The Judith Rothschild Foundation Drawings Collection at The Muse um of Modern Art in New York City (USA). \;
\n
 \;
\n
Nous sommes heureux de pré\;sent er la premiè\;re exposition personnelle de l&rsquo\;artiste amé \;ricain John Kleckner (1978\, Iowa\, USA) à\; la galerie Dukan &agra ve\; Paris.
\n

John Kleckner est un artiste amé\;ricain qui vit et travaille à\; Berlin.  \;Il a ré\;cemment exposé\; dans des galeries et des musé\;es internationaux tels que la Fondation Deste à\; Athè\;nes\, le Y erba Buena Center for the Arts à\; San Francisco\, le Centre d'Arts P lastiques Contemporains (PACE) à\; Bordeaux et la Royal Academy &agra ve\; Londres. Son travail est pré\;sent dans de nombreuses collection s tels que la Collection Dakis Joannou (Grè\;ce)\, la Saatchi Gallery (UK)\, la Magasin 3 Stockholm Konsthall (Suè\;de) et The Judith Roth schild Fondation Drawings Collection au Musé\;e d'Art Moderne de New York City (USA).
DTEND:20150410 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150319 GEO:48.862841;2.3594254 LOCATION:Galerie Dukan\,24\, rue Pastourelle \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Solo Exhibition\, John Kleckner UID:375103 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150319T210000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150319T180000 GEO:48.862841;2.3594254 LOCATION:Galerie Dukan\,24\, rue Pastourelle \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Solo Exhibition\, John Kleckner UID:375104 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Par quelles ré\;alisatio ns architecturales le public est-il touché\;? Quelles sont les occasi ons dont il dispose pour exprimer son point de vue ? Qu&rsquo\;est-ce qui l &rsquo\;é\;meut et pourquoi ?

\n

A utant de sujets que ce deuxiè\;me Palmarè\;s grand public abord e à\; sa maniè\;re. Son objectif : amener les "non-initié \;s" à\; dé\;couvrir des projets ré\;cents et à\; v oter pour leurs pré\;fé\;ré\;s... et aussi offrir visibil ité\; et reconnaissance à\; des architectes qui travaillent sur tout le territoire et mê\;me au-delà\;.

Visibles sur www.archicontemporaine.org\, les 24 projets nominé\;s en ju in 2014 sont tous exposé\;s. \;
On dé\;couvre parmi e ux les huit lauré\;ats é\;lus par le grand public l&rsquo\;&eac ute\;té\; dernier et ré\;compensé\;s lors de la deuxi&egr ave\;me é\;dition de Vingt-quatre heures d&rsquo\;architecture organisé\;e par le Ré\;seau des maisons de l&rsquo\;architec ture à\; Marseille. Son thè\;me transversal «\; Dé\; sirs de ville »\; sera dé\;battu au cours d&rsquo\;une table ron de qui ré\;unira les lauré\;ats du Palmarè\;s.

DTEND:20150309 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150121 GEO:48.8628656;2.2878426 LOCATION:Cité de l'architecture et du Patrimoine\,1 place du Trocadéro \nPa ris\, 75016 SEQUENCE:0 SUMMARY:Le Palmarès grand public Archicontemporaine 2014 UID:375102 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Command&e acute\;e par un couple d&rsquo\;industriels pour concevoir sa ré\;sid ence secondaire\, la villa Sayer est l&rsquo\;unique habitation individuell e construite en France par l&rsquo\;architecte de renommé\;e internat ionale Marcel Breuer (1902-1981.

\n


La demeure\, posé\;e à\; flanc de coteau au c&oelig\;ur d&rsquo\;un paysage verdoyant\, té\;moigne des recherc hes de l&rsquo\;architecte durant les anné\;es 1960.
Une specta culaire toiture\, constitué\;e de deux grandes voû\;tes en voile s de bé\;ton armé\; de forme hyperbolique\, est supporté\ ;e par trois piliers aux volumes sculpturaux qui en constituent les points d&rsquo\;appui exté\;rieurs. Cette prouesse technique permet de lib&e acute\;rer un vaste espace à\; vivre qui offre\, grâ\;ce à \; de larges vitrages\, une vue panoramique sur la nature environnante. Le plan de la maison\, d&rsquo\;une grande limpidité\;\, s&rsquo\;attach e à\; sé\;parer les espaces ouverts des zones privé\;es. Un soin particulier\, caracté\;ristique du travail de Marcel Breuer\, est porté\; au bé\;ton\, maté\;riau structurel mais auss i de dé\;cor et de finition\, bouchardé\; ou laissé\; bru t de dé\;coffrage..

La villa a é\;té\; class& eacute\;e au titre des monuments historiques le 13 mai 2005.

Mar cel Breuer est notamment l'auteur du siè\;ge de l&rsquo\;Unesco &agra ve\; Paris et de la station de sports d&rsquo\;hiver de Flaine en Haute-Sav oie\, ou encore du Whitney Museum à\; New-York.


En s avoir plus sur la Villa Sayer sur le site du CAUE 14

DTEND:20150601 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150211 GEO:48.8628656;2.2878426 LOCATION:Cité de l'architecture et du Patrimoine\,1 place du Trocadéro \nPa ris\, 75016 SEQUENCE:0 SUMMARY:Marcel Breuer en Normandie: La villa Sayer (1972-1974)\, Marcel Bre uer UID:375101 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Diplô\;mé\; de l'&E acute\;cole des beaux-arts et Premier Grand Prix de Rome en 1939\, Bernard Zehrfuss est une figure majeure de l'architecture des Trente Glorieuses.
Inscrit dans la ligné\;e du courant rationaliste\, il s'e ngage trè\;s tô\;t dans la modernité\; en adoptant les mod es de production les plus novateurs de son temps.
De retour en France aprè\;s avoir dirigé\; la reconstruction en Tunisie (1943-1947 )\, il signe ou cosigne certains des é\;difices les plus marquants de l'aprè\;s-guerre. L'imprimerie Mame à\; Tours (1953)\, l'usine Renault de Flins (1957)\, le siè\;ge de l'UNESCO à\; Paris (19 58)\, le Cnit à\; La Dé\;fense (1958) ou le Musé\;e de la civilisation gallo-romaine de Lyon (1975) illustrent la diversité\; de sa production\, autant que l'hô\;tel du Mont d'Arbois à\; Meg è\;ve (1963) ou les immeubles de bureaux pour Sandoz (1968) et Siemen s (1971).

Dans ces architectures\, l'effet majeur ré\;su lte de la force des principes constructifs et structurels. Les formes rigou reuses sont lé\;gitimé\;es par le programme et la \; foncti on et pensé\;es à\; partir de techniques dont la justesse na&ic irc\;t souvent de la dynamique d'une ré\;flexion collé\;giale. Fort de son enthousiasme et de son inté\;rê\;t pour la cré \;ation de bâ\;timents prototypes\, Bernard Zehrfuss associe innovatio n constructive et recherches plastiques. Il collabore avec les grands ing&e acute\;nieurs de son temps\, tels Jean Prouvé\;\, Pier Luigi Nervi ou Nicolas Esquillan\, et des artistes majeurs tels Pablo Picasso\, Joan Mir& oacute\;\, Edgard Pillet ou Fé\;lix Del Marle.

Pour lui\ , les structures\, la synthè\;se des arts\, l'«\; architecture i nvisible »\;\, mais aussi le paysage et le traitement du dé\;tai l sont autant de champs de recherche et d'expé\;rimentation. Les coqu es\, les voiles minces\, le plan libre\, la pré\;fabrication et les n ouveaux maté\;riaux alimentent ses investigations. En contribuant au record de la plus grande voû\;te du monde\, en s'inspirant d'une ville antique pour enterrer l'un des bâ\;timents de l'UNESCO\, en enfouissa nt dans la colline de Fourviè\;re les portiques du musé\;e gall o-romain de Lyon\, en inventant un prototype de gratte-ciel\, Bernard Zehrf uss lè\;gue une &oelig\;uvre vivante.

\n

Prolongement et complé\;ment de l'exposition «\; Bernard Zehrfuss (1911-1996)\, la poé\;tique de la structure »\;\, con&c cedil\;ue par Christine Desmoulins et Corinne Bé\;lier\, commissaires \, avec la collaboration d'É\;milie Regnault et David Peyceré\; \, et pré\;senté\;e du 19 juin au 13 octobre 2014 dans la Galer ie d'architecture moderne et contemporaine de la Cité\; de l'architec ture &\; du patrimoine\, cette exposition virtuelle té\;moigne de la richesse des archives de l'agence de l'architecte\, dont le fonds a &eac ute\;té\; dé\;posé\; en 2000 par l'Acadé\;mie d'arc hitecture au Centre d'archives d'architecture du XXe siè\;cle de la C ité\; de l'architecture &\; du patrimoine (fonds Bernard Ze hrfuss n°\; 358 AA).
À\; travers un ensemble de maquette s\, de dessins\, de photographies\, de plans\, l'exposition dé\;roule l'exceptionnelle maî\;trise d'&oelig\;uvre de l'architecte et d&eacut e\;voile les bâ\;timents\, leur genè\;se\, la force et la beaut& eacute\; de leur architecture.

DTEND:20150501 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20140915 GEO:48.8628656;2.2878426 LOCATION:Cité de l'architecture et du Patrimoine\,1 place du Trocadéro \nPa ris\, 75016 SEQUENCE:0 SUMMARY:1# Bernard Zehrfuss (1911-1996): La Poetiqué de la Structure UID:375100 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Le propos de cette exposition à\; dimension é\;thique\, fuyant toute id& eacute\;e nostalgique\, est de recentrer le dé\;bat sur la mé\; tamorphose du patrimoine moderne (de la mi-XIXe à\; la fin du XXe si& egrave\;cle)\, et notamment celui des Trente glorieuses \, le moins consid& eacute\;ré\; et le plus en danger\, car souvent jugé\; plus fac ilement renouvelable\, pour ne pas dire plus aisé\;ment «\;jetab le»\;

\n


L&rsquo\;exposition fait le point sur ce sujet indissociable de la question urbaine : la ré\;utilisation pour ouvrir la voie à\; une renai ssance\, le recyclage pour stimuler de nouveaux usages.

Ce type de «\; transgression »\; &ndash\; se distinguant de la restaurat ion et de la ré\;habilitation &ndash\; est appelé\; à\; s e banaliser dans le processus de la ré\;versibilité\; de la vil le contemporaine. Ré\;utiliser\, recycler\, c&rsquo\;est la logique d e l&rsquo\;é\;poque\, une dé\;marche qui s&rsquo\;appré\; cie à\; l&rsquo\;aune des straté\;gies à\; dé\;ploy er dans une optique durable. «\;Le durable\, c&rsquo\;est le transform able»\;\, affirme Christian de Portzamparc. Ré\;versibilit&eacut e\; rime alors avec mutabilité\;. Il s&rsquo\;agit de donner une 2e v ie (voire une 3e) à\; des architectures de qualité\; comme &agr ave\; des constructions bien plus banales. Longtemps\, ce type d&rsquo\;op& eacute\;ration de \; ré\;novation  \;
a é\;t&eacut e\; considé\;ré\; comme relevant de la technique et d&rsquo\;un e simple mise aux normes ou en conformité\;\, l&rsquo\;enjeu est ici de dé\;montrer qu&rsquo\;il s&rsquo\;agit d&rsquo\;un acte de cr&eacu te\;ation à\; part entiè\;re.

À\; travers hui t thè\;mes &ndash\; de l&rsquo\;é\;vidence patrimoniale \; à\; la reconquê\;te du banal \; en passant par le recyclage au profit de l&rsquo\;habitat \; et l&rsquo\;infrastructure\, source d& rsquo\;architecture \; &ndash\;\, 72 projets et ré\;alisations en France et en Europe sont pré\;senté\;s. Chaque thè\;me e st traité\; à\; travers trois projets\, le plus souvent deux en France\, un à\; l&rsquo\;é\;tranger. Les projets pré\;se nté\;s au fil des neuf mois d&rsquo\;exposition sont actualisé\ ;s tous les trois mois.

Une timeline (1960-2014) r&eac ute\;sume les é\;tapes de la dé\;marche de transformation dans le monde sur cinquante ans. Six entretiens avec des architectes qui ont&nbs p\; opé\;ré\; plusieurs transformations nourrissent des approch es diversifié\;es.

DTEND:20150928 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20141217 GEO:48.8628656;2.2878426 LOCATION:Cité de l'architecture et du Patrimoine\,1 place du Trocadéro \nPa ris\, 75016 SEQUENCE:0 SUMMARY:Un bâtiment\, combien de vies ? La transformation comme acte de cré ation UID:375099 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

L&rsquo\; exposition pré\;sente 10 bâ\;timents livré\;s hors de Fran ce entre janvier 2012 et dé\;cembre 2013. Elle propose les projets\, les images et les voix d&rsquo\;architectes franç\;ais qui ont fait d u monde leur terrain d&rsquo\;exercice &minus\; bâ\;timents culturels\ , de grands ouvrages d&rsquo\;art\, mais aussi des é\;coles\, des log ements\, des bureaux &minus\; tous remarquables\, ré\;ussis et livr&e acute\;s souvent dans des conditions difficiles.

\n

Ce Grand Prix est un hommage à\; la q ualité\; architecturale et aussi à\; une sé\;rie de d&eac ute\;fis. Les bâ\;timents distingué\;s\, des plus prestigieux au x plus modestes\, illustrent une sé\;rie de dialogues de cultures\, d e techniques et de technologies\, à\; la croisé\;e des dé \;sirs et des né\;cessité\;s.

Le palmar&egra ve\;s du Grand Prix AFEX 2014

Paul Andreu &\ ; Richez associé\;s\, Grand thé\;â\;tre\, Jinan\, Chine&thinsp\;\, Paul Andreu
Prix spé\;cial du jury pour l&rsquo\;ensemble de son &oelig\;uvre en Chine

Arte Charpentier
\, Centre de la mode\, Shanghai\, Chine&thinsp\ ;

AS. Architecture-Studio\, Thé\;â\; tre national\, Manama\, Bahreï\;n&thinsp\;

AW²\; \, Lycé\;e franç\;ais\, Amman\, Jordanie&thinsp\;

F8 Architecture\, Orphelinat\, Dialakoroba\, Mali&t hinsp\;

Kilo Architectures\, musé\;e\, Vo lubilis\, Maroc&thinsp\;

Jean-Pierre Lott\, tou rs de logements\, Monte-Carlo\, Monaco&thinsp\;

Marc Mim ram\, pont sino-singapourien\, Tianjin\, Chine&thinsp\;

Christian de Portzamparc\, Cité\; des arts\, Rio de Janeiro\, Bré\;sil Grand prix afex 2014&thinsp\;

Jean-Paul Viguier &\; associé\;s\, tour Maroc Té\;l é\;com\, Rabat\, Maroc

DTEND:20150309 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150129 GEO:48.8628656;2.2878426 LOCATION:Cité de l'architecture et du Patrimoine\,1 place du Trocadéro \nPa ris\, 75016 SEQUENCE:0 SUMMARY:Ailleurs/Outwards: Palmarès du Grand Prix AFEX 2014 UID:375096 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

La galerie est heureuse de pr& eacute\;senter Bivalve &\; Monocouche\, la nouvelle exposition personnel le de Richard Fauguet\, du 13 mars au 18 avril 2015. Aprè\;s Châ \;taigne et vin blanc\, on retrouve dans cette exposition\, qui aurait pu s &rsquo\;intituler non sans ironie «\; Le Cubi et le visage »\;\, le caractè\;re hybride et dual propre au travail de l&rsquo\;artiste. Qu&rsquo\;il s&rsquo\;agisse des tê\;tes en bille (1997) ou en noix d e coco (1999)\, des dessins au Tipp-Ex\, ou encore de sa sé\;rie de c artes postales aux becs verseurs (2007-2013)\, l&rsquo\;apparition de l&rsq uo\;image double traverse une grande partie de son &oelig\;uvre.

L&rsquo\;espace d&rsquo\;exposition est construit comme un paysage &eac ute\;nigmatique en deux parties : une mer jaune\, quasi-chimique\, où \; flottent des tê\;tes de femmes envahit le sol de la galerie \; une é\;tagè\;re de dessins sur verre forme la ligne d&rsquo\;horizo n. Plastiquement\, la dualité\; s&rsquo\;exprime autant dans les dess ins\, dont le jeu d&rsquo\;ombre sur le mur provoque le dé\;doublemen t de la figure\, que dans la sé\;rie de tê\;tes en terre\, pour lesquelles l&rsquo\;artiste choisit\, pré\;cisé\;ment\, des coq uillages à\; deux valves. Certaines de ces tê\;tes sont bic&eacu te\;phales à\; l&rsquo\;image du dieu Janus\, d&rsquo\;autres se refl è\;tent dans leur cubi-oreiller en é\;cho au mythe de Narcisse\ , mais toutes comportent une double face. Figures hybrides\, elles sont tou r à\; tour femme-poisson\, femme-extraterrestre ou femme-gorgone. En apparence\, elles s&rsquo\;apparentent presque à\; une proposition sc ulpturale trè\;s classique. Pourtant\, les maté\;riaux et proc& eacute\;dé\;s utilisé\;s &ndash\; des bivalves en tout genre co nsommé\;s par l&rsquo\;artiste puis greffé\;s pour reconstituer des visages &ndash\; les rapprochent bien plus de la pratique du collage. De la mê\;me maniè\;re\, les dessins sont des assemblages de mor ceaux de papiers glacé\;s\, extraits de magazines à\; l&rsquo\; aide de ruban adhé\;sif.

L&rsquo\;exposition dans son e nsemble fonctionne elle-mê\;me comme un collage mental qui rassemble u ne grande diversité\; d&rsquo\;univers\, d&rsquo\;imageries et de r&e acute\;fé\;rences a priori antithé\;tiques : le marin et le ter restre\, la statuaire antique et le style rocaille\, la noblesse du genre e t la banalité\; des é\;lé\;ments de la composition\, pour former une sorte d&rsquo\;esthé\;tique baroque et pauvre. Dans ses d essins comme dans ses tê\;tes\, Richard Fauguet recré\;e des pos tures des plus classiques à\; partir de magazines fé\;minins\, dans le premier cas\, et des reliefs d&rsquo\;une dé\;gustation de fr uits de mer dans l&rsquo\;autre. On se souvient des portraits des compagnes de Picasso (2012) ré\;alisé\;s en pâ\;te à\; modele r. Mais les choses diffè\;rent un peu cette fois-ci\, le panthé \;on des cé\;lé\;brité\;s ayant laissé\; place aux visages des femmes de son entourage ou d&rsquo\;illustres inconnues. En fai sant cohabiter animaux marins\, ou plutô\;t ce qu&rsquo\;il en reste\, et ces tê\;tes en terre sé\;paré\;es de leur corps\, Rich ard Fauguet propose une version dé\;calé\;e du mythe de M&eacut e\;duse où\; se combinent la figure de la gorgone et la victime p&eac ute\;trifié\;e. Ces tê\;tes figé\;es dans la terre\, qui e lle ne l&rsquo\;est pas car non cuite\, ne sont pas sans rappeler dans leur traitement les rites funé\;raires palé\;olithiques dans lesque ls on ornait les crâ\;nes de coquillages comme pour empê\;cher la disparition du visage. La ré\;fé\;rence à\; ces cultes\, contemporains des premiè\;res formes de portrait selon Georges Didi- Huberman\, inscrit le travail de l&rsquo\;artiste dans l&rsquo\;histoire du portrait depuis son origine : «\; La question du portrait commence pe ut-ê\;tre le jour où\;\, devant notre regard atterré\;\, u n visage aimé\;\, un visage proche tombe contre le sol pour ne jamais se relever »\;*.



Julia Mossé\;

* Georges Didi-Huberman\, «\; Le visage et la terre »\;\, in Artstudio\, é\;té\; 1991\, n°\;21


Richard Fauguet est né\; en 1962 à\; La Châ\;tre. Il vit et travaille à\; Châ\;teauroux. Son travail est pré\;s ent dans de nombreuses collections publiques dont : le Fonds National d&rsq uo\;Art Contemporain\, Paris&thinsp\;\; le frac Î\;le-de-France\, Pari s&thinsp\;&thinsp\;\; le frac Limousin\, Limoges&thinsp\;\; le MAC/VAL\, Vi try-sur-Seine et Les Abattoirs\, Toulouse. Plusieurs expositions personnell es ont é\;té\; consacré\;es à\; son travail ces der niè\;res anné\;es : Vivement demain\, MAC/VAL\, Vitry-sur-Seine (2012)&thinsp\;\; Selon Arrivage\, Art&thinsp\;:&thinsp\;Concept\, Paris ( 2011)&thinsp\;\; Ni vu\, ni Connu\, FRAC Limousin\, Limoges (2011)&thinsp\; \; Pas vu\, pas pris\, frac Î\;le-de-France\, Paris (2009).

DTEND:20150418 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150313 GEO:48.8596323;2.366608 LOCATION:Art : Concept\,13 rue des Arquebusiers \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Bivalve & Monocouche\, Richard Fauguet UID:375094 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150312T210000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150312T180000 GEO:48.8596323;2.366608 LOCATION:Art : Concept\,13 rue des Arquebusiers \nParis\, 75003 SEQUENCE:0 SUMMARY:Bivalve & Monocouche\, Richard Fauguet UID:375095 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DESCRIPTION:

Following a remarkable donation of 45 works by the artist's estate in 2012&ndash\;2013\, the Mus& eacute\;e d&rsquo\;Art Moderne de la Ville de Paris is devoting an exhibiti on to a 20th-century legend: Henry Darger (1892-1973). Complemented by loan s from international institutions\, the exhibition Henry Darger: xxx recrea tes the imaginary world of an artist now recognised as one of the major rep resentatives of Outsider Art. Self-taught and long a marginal figure on the art scene\, Darger created a unique personal realm\, a strangely singular mix of historical narrative and American popular culture.

This exhibition embraces the different segments of an oeuvre discovered only a few months before Darger's death: large\, double-sided narrative pan els\, flags\, portraits and the masterpiece The Battle of Calverhine\, on s how for the first time in France. Three metres long\, this work depicts the opening battle in Darger's saga of a revolt by enslaved children.

Born in Chicago in 1892\, Henry Darger lost his mother at an early age a nd was placed in a home for the mentally handicapped. Escaping\, he made hi s way on foot to Chicago\, where he would spend the rest of his life workin g at menial jobs in hospitals. Until his death in 1973\, this secretive\, s olitary figure devoted his spare time &ndash\; often working at night &ndas h\; to his all-consuming project\, The Realms of the Unreal\, a vast litera ry and pictorial opus comprising a 15\,000-page novel illustrated with larg e-scale drawings\, watercolours and collages. This epic tells the story of an endless war triggered by the rebellion of children tyrannised by a peopl e called the Glandelinians. The victims are backed in their struggle by the Angelinians\, seven of whom &ndash\; the Vivian Girls &ndash\; are the her oines of the novel.

Darger's life and work have inspired generat ions of artists\, among them the Chapman brothers\, Paul Chan and Peter Cof fin\, as well as contemporary authors like Jesse Kellerman (The Genius) and Xavier Maumé\;jean (American Gothic): testimony to the enduring fasc ination he exerts.

The book accompanying the exhibition will con tain essays on Darger's life and work\, personal tributes and a dictionary that serves as a guide to his complex mythology.

Henry Darger is organised with the help of loans from MoMA in New York\, the Collection d& rsquo\;Art Brut in Lausanne and various private collections.

\n
\n< p style="text-align: justify\;">Suite à\; un don exceptionnel de 45 oeuvres de la succession Darger en 2012-2013\, le Musé\;e d&rs quo\;Art moderne de la Ville de Paris consacre une exposition à\; l&r squo\;une des figures mythiques du XXe siè\;cle : Henry Darger (1892- 1973). Complé\;té\;e par des prê\;ts d&rsquo\;institutions internationales\, l&rsquo\;exposition Henry Darger \;recré\;e le monde imaginaire de l&rsquo\;artiste reconnu aujourd&rsquo\;hui comme l&rs quo\;un des repré\;sentants majeurs de l&rsquo\;art brut. Autodidacte et longtemps resté\; en marge du monde de l&rsquo\;art\, Henry Darge r a cré\;é\; un monde singulier et é\;trange\, mê\;l ant imaginaire\, ré\;cit historique et culture populaire amé\;r icaine dans une oeuvre unique.

L&rsquo\;exposition rend compte des diffé\;rents ensembles de cette oeuvre\, dé\;couver te quelques mois avant sa mort : grands panneaux narratifs recto verso\, dr apeaux\, portraits de personnages\, ainsi que le chef-d&rsquo\;oeuvre Battl e of Calverhine montré\; pour la premiè\;re fois en France. Cet te oeuvre de trois mè\;tres de long repré\;sente la bataille in augurale de la saga dargerienne ayant pour objet la ré\;volte des enf ants esclaves.

Né\; en avril 1892 à\; Chicago\, Henr y Darger\, trè\;s tô\;t orphelin de mè\;re\, est plac&eacu te\; dans un foyer pour handicapé\;s mentaux. Il s&rsquo\;enfuit pour rejoindre à\; pied Chicago qu&rsquo\;il ne quittera plus\, vivant de diffé\;rents emplois modestes dans les hô\;pitaux. C&rsquo\;est pendant son temps libre\, souvent la nuit\, qu&rsquo\;il se livre à\ ; son grand oeuvre\, dans une vie solitaire jusqu&rsquo\;à\; sa mort en 1973. Henry Darger produit en secret une oeuvre litté\;raire et pi cturale d&rsquo\;une ampleur exceptionnelle : un roman de plus de 15 000 pa ges dont le ré\;cit é\;pique connu sous le titre The Realms of the Unreal (Les Royaumes de l&rsquo\;Irré\;el)\, est illustré\; par de grandes compositions (dessin\, aquarelle et collage). Cette é \;popé\;e relate l&rsquo\;histoire d&rsquo\;une guerre sans fin ayant pour origine la ré\;bellion des enfants opprimé\;s par le peup le des Glandé\;liniens. Une ré\;volte soutenue par les Ang&eacu te\;liniens\, dont les aventures des hé\;roï\;nes les Vivian Girl s\, sept petites filles\, sont au coeur du roman.

La vie et l&rs quo\;oeuvre de Darger ont inspiré\; des gé\;né\;rations d &rsquo\;artistes comme les frè\;res Chapman\, Paul Chan ou Peter Coff in ainsi que des auteurs contemporains comme Jesse Kellerman «\; Les V isages »\; ou Xavier Maumé\;jean «\; American Gothic » \;. Cet engouement té\;moigne de la fascination qu&rsquo\;il gé \;nè\;re depuis plusieurs anné\;es.

Cet é\;v&e acute\;nement sera accompagné\; d&rsquo\;une publication de ré\ ;fé\;rence sur le sujet comportant diffé\;rents essais sur la v ie et l&rsquo\;oeuvre de l&rsquo\;artiste\, de té\;moignages et d&rsq uo\;un dictionnaire permettant de comprendre l&rsquo\;univers complexe de l a mythologie de l&rsquo\;artiste.

Cette exposition est ré\ ;alisé\;e grâ\;ce aux prê\;ts du MOMA de New-York\, de la C ollection d&rsquo\;Art Brut de Lausanne et de collections privé\;es.< /p>\n

COMMISSARIAT
Di recteur : Fabrice Hergott
Commissaire de l'exposition  \;: Choghakate Kazarian

DTEND:20151011 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150529 GEO:48.865131;2.2989 LOCATION:Musée d'Art moderne de la Ville de Paris / ARC\,11 avenue du Prési dent Wilson \nParis\, 75016 SEQUENCE:0 SUMMARY:Solo Exhibition\, Henry Darger UID:374783 END:VEVENT BEGIN:VEVENT DTEND:20150529T180000 DTSTAMP:20150227T040255 DTSTART:20150529T100000 GEO:48.865131;2.2989 LOCATION:Musée d'Art moderne de la Ville de Paris / ARC\,11 avenue du Prési dent Wilson \nParis\, 75016 SEQUENCE:0 SUMMARY:Solo Exhibition\, Henry Darger UID:374784 END:VEVENT END:VCALENDAR