ArtSlant - Openings & events http://www.artslant.com/par/Events/show en-us 40 Jean-Charles Hue - FONDATION RICARD - February 7th, 2013 6:00 PM - 8:00 PM <h2><span style="font-size: small;">Patrick Javault invites artist Jean-Charles Hue and historian of art Katia Schneller</span></h2> Sun, 03 Feb 2013 12:01:14 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Philippe Durand - Galerie Laurent Godin - February 7th, 2013 6:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;">La Sioule est une rivière d’Auvergne, qui s’écoule sur 90km dans le Puy de Dôme puis dans l’Allier sur 60km, traversant St-Bonnet-près-Orcival, Miremont, Pontgibaud, Châteauneuf-les-Bains, Ebreuil. Elle se jette dans l’Allier peu après St-Pourçain-sur-Sioule, après avoir donné quelques affluents : le Sioulot, le Sioulet, le Chalamont, la Bouble, la Saunade, ou la Miouse. Les gorges et la vallée de la Sioule sont prisées des amateurs de canoë-kayak, qui choisiront la grande journée entre Châteauneuf et St-Gal-sur- Sioule (25km de descente) ou la demie-journée détente entre Menat et St-Gal (11km). Le rapide de la Gordonne (classe II) marque l’entrée des gorges de Chouvigny, et pour clôturer l’après-midi, la cascade de Saint-Gal procure arrosage et émotions garantis.</p> <p style="text-align: justify;">Philippe Durand est surtout connu pour ses portraits de ville (Bruxelles, Paris, Los Angeles, plus récemment La Havane, Bamako, Belgrade) mais n’a jamais pour autant délaissé les espaces ruraux et péri-urbains où les “aménagements du territoire” en “zones”, séquençant et segmentant géographiquement les activités humaines – travail et loisirs, production et consommation – , sont souvent plus tangibles qu’au sein des métropoles où se sédimentent de manière plus dense les signes hétéroclites de la vie moderne. “Être hors de chez soi, et pourtant se sentir partout chez soi”, écrivait Baudelaire du “peintre de la vie moderne”, ce flâneur que continue à incarner Philippe Durand, en photographe du “plaisir fugitif de la circonstance”, glaneur de l’obsolescence accélérée des signes qui nous environnent, capteur des moments ténus de dysfonctionnement du flux quotidien. La vitrine de magasin, espace de représentation et surface de réflexion, reste son sujet de prédilection, idéal pour observer le monde à l’envers, à l’instar des flaques où le paysage se lit sens dessus dessous.</p> <p style="text-align: justify;">L’exposition Sioule et cætera, à rebours de nombre de ses précédentes expositions ancrées autour d’un site, articule différents espaces, de l’Auvergne à Dubai. Sans aucun exotisme, car de l’Émirat, il conserve la photographie de la toile cirée d’une table dans un snack ouvrier soudanais, sur laquelle  st<br />reproduit l’horizon découpé des gratte-ciels désormais aplatis, tandis qu’un fragment de PLV en forme d’esquimau glacé géant masque la forêt auvergnate. Lorsque Durand capture avec son téléphone une livraison de pneus devenant un jeu improvisé, ou pose sa caméra devant un embouteillage de canoëskayaks sur la Sioule, s’amusant de la sur-organisation des loisirs de masse, c’est au film Weekend de Godard que l’on pense, et à son long travelling sur les bouchons de départ en vacances pendant lequel des enfants se lancent un ballon de voiture en voiture.</p> <p style="text-align: justify;">Arpenteur autant ironique que contemplatif, Philippe Durand cultive de l’esprit d’enfance une aptitude à<br />saisir l’environnement comme espace de jeu, et un enthousiasme sarcastique face aux disproportions et au grotesque de ce qui s’érige en importance (mots d’ordre, architectures, superstructures), qu’il<br />dégonfle immanquablement par sa saisie des envers du décor.</p> <p style="text-align: justify;">François Piron<br />François Piron est critique d’art, commissaire indépendant et enseignant.</p> <p style="text-align: justify;"></p> <p style="text-align: justify;">Né en 1963, Philippe Durand travaille principalement avec la photographie et la vidéo. Il examine les réalités socio-économiques contemporaines en articulant image et objet. Il pratique un régime de vision flottante, à la recherche d’indices faibles, de signes fragiles et d’écritures anonymes qui disent pourtant les effets sur l’individu et l’environnement des conditions de vie imposées par l’hypermodernité. Il a récemment exposé au MAC du Grand Hornu, à La Virreina de Barcelone (2012), au CRAC Languedoc-Roussillon, Sète, au Hyde Park Art Center, Chicago, à la CA'ASI de Venise (2011). Son travail est actuellement présenté dans les collections photographiques du Centre Pompidou - MNAM.</p> <p style="text-align: justify;"></p> Fri, 25 Jan 2013 00:18:43 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Karl Larsson - castillo/corrales - February 8th, 2013 6:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;">Show and tell is not that much of an easy sport. Everyone knows that. At times it feels like a good exercise—using objects for your mind to play—other times it ends up in a painful stutter—the arrogant stubbornness of the material leaving one unable to speak. The eyeball may go too fast, or too slow for the tongue; the brain may not be able to fill in the gaps that the slick surfaces try to hide; things may go wrong, and reveal themselves as decoys. Sometimes it's simply a good match —like a translation that makes so much sense, that one even forgets the text that came before. Often objects are overlooked as much as they are overwritten. One would dream that they stand up and speak by themselves, to reveal what they are—a wish or a remembrance, a prop or a metaphor.</p> <p style="text-align: justify;">“When things are not kept secret they water down.” Like the rocks break the waves and scatter their force, or ripple the surface of water as they bounce on it, the object can't but echo, trouble, or scatter the questions. Karl Larsson’s P∞L (Consensus) is a site for language to both dissolve and take place, and for objects to both matter and cut short sense. Bodies and signs, thoughts and ciphers, theatre and sculpture, words turned into things which call for words again.</p> <p style="text-align: justify;">The exhibition P∞L (Consensus) at castillo/corrales is one part of a collaborative project that comprises the book Consensus (The Room), published by Paraguay Press, and the exhibition R, A, I, N (Consensus) that took place at Signal, Malmö, from November 2012 to January 2013; three acts, or a timing, not fully meant to overlap.</p> <p style="text-align: justify;">Consensus (The Room) is a theater play in two acts, that may not be designed to be performed. Characters, props and places don’t follow each other but they look alike. They don’t communicate. They remain stubborn, or stupid—as if they were blind to their destinies, content with hearing voices. The scene gives room for writing; the stage gives way to the text. Words are to be handled and exchanged, the same way money circulates, glasses are filled up and emptied out, wars are remembered, and phones call on ghosts.</p> <p style="text-align: justify;">The book will be launched at castillo/corrales the night of the opening. Please join us for an evening of paradoxes.</p> Sun, 10 Feb 2013 15:02:59 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Sylvie Béchard, Joëlle Bernard, DENYS EUSTACE, Isabelle Lamrani, Anny Juillet, Marie-Fa LAZZARI, Agata Preyzner, Franςois I.Kovacs - Galerie Art et Miss - February 9th, 2013 6:00 PM - 8:00 PM Fri, 25 Jan 2013 23:47:18 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Mark Raidpere - Galerie Michel Rein - February 9th, 2013 4:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;">Galerie Michel Rein is proud to present I’ll come back later, the third solo exhibition by Mark Raidpere at the gallery after International in 2008 and Vidéos in 2006.</p> <p style="text-align: justify;">Mark Raidpere’s work explores with a great sensitivity and efficacy the dilemmas and anxieties of the human soul, its incoercible loneliness, its tragic fate. His research often takes its cue from his own family’s universe but sometimes it takes on social connotations, focusing on marginalized people, urban violence and street life.</p> <p style="text-align: justify;">The works on display are a clear evidence of the complexity of Mark Raidpere’s work, showing similarities and differences in his past and present research. Over the years the artist has developed a<br />unique style, suspended between the public and private sphere, objectively documentary but at the same time oneiric and visionary. Mark Raidpere deliberately lends introspection to his autobiographical works, raising a pitiless curtain on his private life. 09/12/07 - 05/04/09 (2009), is a video narrating with hypnotic and obsessive simplicity the lack of communication with his father, a topic that can also be found in his earlier works, such as Dedication (2008), which is about the relationship between his father and his  mother, or the evocative Father (2001), depicting Raidpere’s father in the melancholic loneliness of his home.</p> <p style="text-align: justify;">On this occasion Raidpere also presents new photographs, all taken in Naples last summer, a medium that characterized his early work, including the renowned self-portraits of the “Io” series (1997), in which he shows his naked body, tormented by his restless posture, communicating pain and alienation. For the first time after several years Raidpere also exhibits Damage (2012), a new series of self-portraits, less dramatic and more selfironic. Raidpere’s lens captures in the cityscapes of Naples unexpected revealing moments, gets lost in the meanders of alleys, recording impressions and nuances of a microcosm of unlikely events, which might seem ironic at a first sight but at a closer look yield to mixed feelings, suspended between decadence and loneliness, fear and regret, beauty and suffering, vulnerability and isolation, marginalization and decay, separation and detachment.</p> <p style="text-align: justify;">These images outline an intimate journey into the poetics of the artist, they become emblems of a complex aesthetic strategy that offers a model of investigation Raidpere previously applied to the microcosm of Naples, and which becomes more universal in Paris, highlighting the misery, discomforts, disturbances and contradictions typical of our uncertain times.</p> <p style="text-align: justify;">Eugenio Viola, 2013</p> <p style="text-align: justify;">The artworks of the exhibition were produced during Mark Raidpere’s residency at Fondation Morra Greco (Naples, Italy) and were firstly exhibited there during the exhibition Napoli.Ok (17.10.2012 –<br />30.01.2013).</p> <p style="text-align: justify;">******************************************</p> <p style="text-align: justify;">La galerie Michel Rein est heureuse de présenter I’ll come back later, troisième exposition personnelle de Mark Raidpere à la galerie après International en 2008 et Vidéos en 2006.</p> <p style="text-align: justify;">Le travail de Mark Raidpere explore avec une grande sensibilité et efficacité les dilemmes et les anxiétés de l’esprit humain, sa solitude irrépressible et son destin tragique. Teintée de connotation sociale, sa recherche s’inspire souvent de son propre environnement familial mais se concentre aussi parfois sur les marginalisés, la violence urbaine et la vie de la rue.</p> <p style="text-align: justify;">Les oeuvres présentées témoignent avec évidence de la complexité du travail de l’artiste, montrant les similarités et différences entre ses recherches passées et présentes. Au cours des dernières années, Mark Raidpere a développé un style unique, suspendu entre les sphères publique et privée,  objectivement documentaire mais aussi onirique et visionnaire. L’artiste pratique délibérément l’introspection dans ces travaux autobiographiques levant un voile sans pitié sur sa vie privée. Ainsi, la vidéo 09/12/07 - 05/04/09 (2009) présente le manque de communication avec son père avec une simplicité hypnotique et obsessive. Ce sujet était déjà présent dans ses oeuvres plus anciennes comme Dedication (2008), traitant de la relation de sa mère et son père, ou encore avec Father (2001), travail évocateur présentant son père dans la solitude mélancolique de son foyer.</p> <p style="text-align: justify;">Mark Raidpere présente aussi de nouvelles oeuvres photographiques prises à Naples l’été dernier, medium caractéristique de ses premiers travaux comme les autoportraits célèbres de la série Io (1997) où il montre son corps nu et tourmenté par sa posture nerveuse communiquant peine et aliénation. Pour la première fois après de nombreuses années, il nous montre aussi Damage (2012), une nouvelle série d’autoportraits moins dramatique où il se tourne plus en dérision.</p> <p style="text-align: justify;">Dans les paysages urbains de Naples, l’objectif de l’artiste capture des moments inattendus et révélateurs. Il se perd dans les méandres des ruelles saisissant les sensations et les nuances d’un microcosme d’événements improbables. Ils semblent ironiques au premier coup d’oeil mais à y regarder de plus près, ils engendrent des sentiments contradictoires, étriqués entre décadence et solitude, peur et regret, beauté et souffrance, vulnérabilité et isolation, marginalisation et délabrement, séparation et détachement.</p> <p style="text-align: justify;">Ces images esquissent un voyage intime dans la poétique de l’artiste. Elles se font les emblèmes d’une stratégie esthétique complexe offrant un modèle d’investigation appliqué préalablement au microcosme de Naples. Cette stratégie devient plus universelle à Paris, soulignant la misère, les malaises, les perturbations et les contra dictions typiques de nos temps incertains.</p> <p style="text-align: justify;">Eugenio Viola, 2013</p> <p style="text-align: justify;">Les oeuvres ont été produites en 2012 lors de la résidence de Mark Raidpere à la Fondation Morra<br />Greco (Naples,  Italie) et exposées lors de l’exposition Napoli.Ok (17.10.2012 – 30.01.2013).</p> Sun, 03 Feb 2013 13:50:41 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Panos Tsagaris, Davide Balliano - Galerie Michel Rein - February 9th, 2013 4:00 PM - 9:00 PM Sun, 03 Feb 2013 13:52:15 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Joey Haley, Julien Langendorff, Jérôme Poret, John Stark, Matthew Stone - Galerie Olivier Robert - February 9th, 2013 6:00 PM - 8:00 PM <p style="text-align: justify;">Quoi de plus rébarbatif que de prendre, comme point de départ thématique d’une exposition, Les deux sources de la morale et de la religion (1932) d’Henri Bergson ? On peut toujours, pour adoucir le propos, le rapprocher d’un album de Nick Cave (Henry’s Dream, 1992), et lui apporter ainsi ce soupçon de décalage salvateur, cette rencontre tarteàlacrèmisée de la High &amp; Low Culture. Pour parfaire l’ensemble, et justifier le propos, on peut citer les « sciences diagonales » de Roger Caillois, et l’on obtient alors le mélange idéal de citations et de références indispensables pour faire, de nos jours, une exposition en tout point réfléchie, réflexive, et d’un pédantisme ennuyeux. <br /><br />Et pourtant, l’ouvrage de Bergson est réellement d’une radicalité rock, et d’une actualité renversante. Les artistes ici convoqués sous la coupole de sa pensée le sont précisément en raison d’un partage évident de visions communes. Pouvoir de l’intelligence, inévitabilité de la mort, décalage de l’imprévu : trois notions contre lesquelles, selon Bergson, lutte la nature, et fonde la religion ; trois « vertus » qui forment l’irrémédiable singularité des ?uvres présentées, et la raison de leur rassemblement en meute. <br /><br />A la folie inspirée de Joey Haley, de ses tableaux abstractisant l’esprit, répond l’onirisme calculé de Jérôme Poret, voyage déroutant au c?ur du réel. Comme à l’élévation dans les profondeurs des peintures de John Stark fait écho l’envoûtement symboliste des fractures et déchirures de Julien Langendorff. Piège et évasion. Matthew Stone clôt le cercle en rendant la mystique palpable, confrontant la matière à sa disparition. <br /><br />Il faut parfois revenir aux origines pour enfin comprendre que le futur est derrière nous. Si le rêve inachevé d’Henri se transfigure ici dans des démarches artistiques clairvoyantes, seules à même de bouleverser nos fondements et autres certitudes, il faut garder en mémoire que le drame survient toujours obstinément au réveil.</p> <p style="text-align: justify;">__________________________________</p> <p style="text-align: justify;">What could be more daunting than taking as a starting point for a thematic exhibition, ʻThe Two Sources of Morality and Religionʼ (1932) by Henri Bergson? To soften the blow and the subject, you could always connect it with an album by Nick Cave (Henry's Dream, 1992), giving it this slight but ever so salutary shift, an edgy meet between High and Low Culture. To complete the set, and justify the intention include the "Diagonal Science" by Roger Caillois, and you obtain the ideal mixture of quotes and references so essential nowadays, to create an exhibition in every way thoughtful, reflexive, and a boring pedantry.</p> <p style="text-align: justify;">And yet, the work of Bergson is really radical and extremely relevant today. The artists invited for this exhibition have been brought together because they clearly share common visions with his work. The power of intelligence, the inevitability of death, and the shift of the unexpected: three concepts against which, according to Bergson, nature fights and religion is based. Three "virtues" that form the singularity of the works presented here and the reason for their gathering in pack. The inspired madness of Joey Haley, his paintings abstracting the mind are met by the calculated fantasizing of Jérôme Poret, a confusing journey to the heart of reality. To the elation felt in the depths of the paintings by John Stark, echoes the Symbolist spell of the fractures and tears of Julien Langendorff. Entrapment and escapism. Matthew Stone closes the circle by making mystique palpable; confronting what is material to its disappearance. Sometimes you have to go back to the origins to finally understand that the future is behind us. If Henriʼs unfinished dream is transfigured here by clear-sighted artistic endeavors, the only ones ever able to shake our foundations and other certainties, keep in mind that drama always occurs when you wake up.</p> Sat, 26 Jan 2013 00:47:59 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Stéphane Vandenplas - Galerie Pascaline Mulliez - Paris - February 9th, 2013 4:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;"><strong><br /><br /></strong>"<em>L’endroit ne fait pas la matière de la photographie</em>”. Stéphane Vandenplas<br /><br /></p> <p style="text-align: justify;">Si ce n’est l’endroit, qu’est-ce donc ? La forêt de Brocéliande enveloppée de brume nébuleuse, le Havre pris dans une étreinte vaporeuse ou encore les plages septentrionales taillées dans le sable, ne sommes-nous pas pourtant face à des paysages ?</p> <p style="text-align: justify;">Le paysage est loin d’être une évidence pour autant, il est avant tout une cosa mentale, il est bien plus qu’un rendu immédiat d’un ici-là perceptible : une ville, une montagne, un chemin de campagne ou un bord de mer. Que l’on parle de photographie documentaire ou plasticienne, le paysage est emprunt de schèmes culturels : s’y jouent et s’y mêlent les souvenirs, les connaissances, aussi bien que d’autres repères intimes, d’autres références, conscientes ou non. Le paysage n’est pas -ou n’est plus- une donnée intacte, mais désormais un être-là constamment repris, altéré, interprété. Dans les photographies de Stéphane Vandenplas même si l’on réussit à identifier le lieu, l’ancrage-même dans la réalité tangible de ce lieu est impossible parce que suspendue. La présence humaine y est rare, l’action déjà accomplie.<br /><br />L’on peut dire que toute photographie marque un arrêt, ne serait-ce que le temps de la prise de vue, et c’est bien cette intensité temporelle qui nous stupéfie en elle : ça a été et ça n’est plus. Cependant, il y a plus encore dans les images de Stéphane Vandenplas : ici, le lien-même avec la réalité palpable est rompu, la temporalité est interrompue, l’instantané est suspendu, flottant.<br /><br /><em>Autour du bruit, le silence</em>, autour du bruit, autour d’une ville, dans une société où tout est donné à voir, où même l’intime devient quasi-impossible parce que banalisé, le photographe guète le silence capable d’arrêter la course d’une aiguille : « Ces images nourries de grands bruits, racontent le silence nécessaire à leur existence.»* Le déroutant “Vous êtes ici”, se rit du lieu à proprement parler et se déploie pleinement dans un lieu mental. « […] Chaque regardeur entrera dans ce monde, dont l’origine est partout, par l’accès qui lui sera le mieux sensible » **<br /><br />_<br />* Stéphane Vandenplas, entretien réalisé en novembre 2012<br />** Jacques Abeille, « Rêves de nuit blanche », <em>Autour du bruit, le silence</em>, catalogue d’exposition, Pascaline Mulliez (galerie – paris), 9.02 – 30.03.2013</p> Sun, 20 Jan 2013 09:44:34 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Nanami TAKAHASHI - Galerie Métanöia - February 13th, 2013 6:00 PM - 8:00 PM Wed, 30 Jan 2013 15:53:30 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list - Galerie Thaddaeus Ropac - Pantin - February 13th, 2013 8:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;">Depuis l’ouverture en octobre dernier de la Galerie Thaddaeus Ropac à Pantin dans un bâtiment industriel reconverti, plus de 10 000 personnes ont pu découvrir ce nouvel espace et les expositions Die Ungeborenen d’Anselm Kiefer et Iphigenie de Joseph Beuys, en coursjusqu’à la fin du mois de février.</p> <p style="text-align: justify;">Dans le cadre de l’exposition d’Anselm Kiefer, nous sommes heureux de vous inviter à un concert exceptionnel des solistes de l’Ensemble intercontemporain. Matthias Pintscher, le futur directeur musical de l’Ensemble intercontemporain, et les musiciens de l’Ensemble ont spécialement conçu un programme musical d’une durée d’une heure en dialogue avec les oeuvres d'Anselm Kiefer<br />et en interaction avec l’espace de la galerie.</p> <p style="text-align: justify;">Le concert réunira des oeuvres de Pierre Boulez, Heinz Holliger, Salvatore Sciarrrino, Giacinto Scelsi, Olga Neuwirth et Matthias Pintscher, et certaines des oeuvres interprétées donneront lieu à une véritable spatialisation<br />de la musique.</p> <p style="text-align: justify;">*****************</p> <p style="text-align: justify;">Since the opening of Galerie Thaddaeus Ropac in Pantin last October in a renovated industrial building, more than 10 000 visitors have seen the new gallery space and inaugural exhibitions by Anselm Kiefer and Joseph Beuys, on view until 23 February.</p> <p style="text-align: justify;">In the context of Anselm Kiefer’s exhibition, Die Ungeborenen (The Unborn), we are delighted to invite you to an exceptional concert of the Ensemble intercontemporain’s soloists. Matthias Pintscher, the future musical director of the Ensemble intercontemporain, and the musicians of the Ensemble have specially realized a one hour musical program in dialogue with Anselm Kiefer’s works and in<br />interaction with the gallery space.</p> <p style="text-align: justify;">The concert will bring together works by Pierre Boulez, Heinz Holliger, Salvatore Sciarrino, Giacinto Scelsi, Olga Neuwirth and Matthias Pintscher. For some of the works performed the musicians will be split up in the space.</p> Sun, 03 Feb 2013 13:22:23 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list - La Maison Rouge - February 14th, 2013 6:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;">La maison rouge présente, du 15 février au 19 mai 2013, Sous influences, une grande exposition sur les rapports entretenus par les artistes avec les produits psychotropes.</p> <p style="text-align: justify;">Depuis la nuit des temps ou plutôt l’aube de l’humanité, nos semblables ont croisé sur leurs chemins des substances psychoactives, plantes, champignons, macérations diverses et ces rencontres ont entrainé stupéfaction, intoxication, dépendance, accès mystique, soulagement, mort, voire illumination.</p> <p style="text-align: justify;">Les artistes, toujours à la recherche d’accès à la création, de passages, de déclencheurs, de transgressions, de stimulations, de routes vers des imaginaires transmissibles, ne pouvaient guère éviter d’en tenter les effets.</p> <p style="text-align: justify;">Hors de tout jugement moral, de prises de position socio-juridique, d’interprétation psychologique ou de choix esthétiques prédéterminés, l’exposition proposera des exemples, évidemment non-exhaustifs, de rapprochements entre les processus créatifs et l’utilisation de produits à effets psycho-dynamiques.</p> <p style="text-align: justify;">L’aspect le plus directement accessible est celui de la représentation plastique de produits ou de leur<br />usage. Cette iconographie dépend beaucoup de l’état des moeurs et des rapports de force entre les<br />expériences transgressives et les législations adoptées par la société. La grille de lecture des oeuvres varie donc entre le documentaire historique et le critère esthétique. On y joindra les affiches psychédéliques américaines des concerts de pop-musique, la publicité et une sélection de livres et publications sur ce sujet.</p> <p style="text-align: justify;">Un deuxième champ sera celui d’oeuvres, qui, sans ou avec l’intention de leurs concepteurs, produisent pour les spectateurs des effets approchant ceux des psychotropes (installations, environnements, dispositifs psycho-sensoriels).</p> <p style="text-align: justify;">Le troisième corpus, au coeur de cette problématique, est celui des oeuvres réalisées de façon volontariste ou en concomitance avec des prises de produits psychoactifs : usagers de drogues produisant des oeuvres plastiques ou artistes expérimentant des modificateurs de la pensée à des fins de recherches créatives.</p> <p style="text-align: justify;">Films et vidéos prennent une part importante dans l’exposition, car ils semblent permettre, par la prise en compte du temps dans l’expression plastique, des tentatives originales de transcription et de<br />documentation des modifications de pensée ou de perception.</p> <p style="text-align: justify;">Anciennes et nouvelles substances psychotropes ont de fait servi à certains artistes de déclencheurs de créativité, de vecteurs de voyage vers des « folies » qu’elles aient été parfois non maîtrisables ou<br />productrices de souffrances. Leur traduction dans le champ esthétique ici présenté permettra à chacun d’en ressentir la constante complexité des effets.</p> <p>Antoine Perpère</p> Sat, 26 Jan 2013 02:01:06 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Félix Ziem - Le Petit Palais - February 14th, 2013 10:00 AM - 6:00 PM <p style="text-align: justify;">« Beau ciel, lagunes polies et silencieuses où j'ai rêvé le beau » <br />Ziem, Journal, 18 novembre 1879</p> <p style="text-align: justify;">Cet a<strong></strong>mi des peintres de Barbizon, admirateur du Lorrain et de Turner, occupe <strong>une place originale dans l’art du XIX<sup>e</sup> siècle</strong>. Ziem a su séduire une large clientèle qui aimait rêver de Venise ou de Constantinople devant ses toiles. Mort il y a un siècle, il débute sa longue carrière dans l’ombre de Delacroix et l’achève sur la butte Montmartre près de l’atelier du jeune Picasso.</p> <p style="text-align: justify;"><strong>L’eau et le ciel</strong> occupent une place prédominante dans ces <strong>paysages lumineux</strong> qui ont fait sa renommée. Ziem a su séduire une large clientèle qui aimait rêver de Venise ou de Constantinople devant ses toiles. Le Petit Palais retrace l'itinéraire artistique de ce <strong>grand voyageur</strong> en exposant  une centaine d’œuvres (peintures, aquarelles et dessins) entrées au musée en  1905. </p> Tue, 29 Jan 2013 00:25:07 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Matthieu Messagier - Galerie Suzanne Tarasiève - February 15th, 2013 6:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;">Choisi par le dessin un jour de 2007, se pliant depuis à cette inflexion nouvelle qu’il explore comme un champs d’expérience illimité au même titre que la poésie1, Matthieu Messagier nous délivre plusieurs séries d’encres vinyliques anglaises sur carton. Présentées pour la première fois à la galerie Suzanne Tarasieve, ces généalogies sauvages sur grand format restituent la puissance visionnaire d’un poète particulièrement fécond dans le paysage de la création contemporaine. Mystic &amp; Smart s’annonce comme une saisissante galerie d’avant-portraits faite de squelettes couronnés : rois, princes, paladins et saints hommes en tenue d’apparat auxquels viennent s’adjoindre d’étranges apparitions spectrales. Pas une once de gravité pourtant dans ces textures, rythmes et déflagrations de couleurs enlevées sur fond noir. Mystic &amp; Smart échappe définitivement au memento mori. C’est à<br />un défilé d’élégances crânes s’employant à leurs coquetteries d’os auquel le regard est convié. Matthieu Messagier qui sait la pauvreté plus généreuse que l’opulence par endroits constitue un dress-code des plus smart, habillant son cortège mystico-barbare de serviettes en papier imprimées de motifs dérisoires aussitôt réinventées en lavallières, tutus, surcots, brocards, tuniques ou guipures avantageuses sur ces nouveaux rois poudrés de la night aux regards extra-oculaires. À propos de ses<br />séries d’encres vinyliques anglaises, Matthieu Messagier confiait tout récemment : le crâne humain et<br />son squelette ne sont jamais que l’état premier d’un avant-portrait, celui de tout un chacun et de personne à la fois. C’est dire si Mystic &amp; Smart évacue tout esprit de mélancolie pour céder la place à l’innocence hallucinée, proche de celle d’un enfant mexicain croquant à pleines dents dans son crâne de guimauve lors du fameux Jour des morts mexicain, qui est aussi, rappelons-le, celui de tous les saints, de tous les flambeurs, noceurs et viveurs. Nulles vanités donc mais une fête des sens, une<br />expérimentation de la forme tous azimuts. Ainsi se donne à voir Mystic &amp; Smart qui réinvente la vue à<br />l’enseigne de l’inouï.</p> <p style="text-align: justify;">Malek Abbou</p> <p style="text-align: justify;">******************************************</p> <p style="text-align: justify;">Matthieu Messagier started drawing in 2007. With a passion. Since then he has explored this new direction as a field of unlimited experiences, as he does his poetry1, giving us several series in English vinyl ink on cardboard. Exhibited for the first time at Galerie Suzanne Tarasieve, these impromptu, large-format genealogies recapture the visionary power of this very productive contemporary poet. Mystic &amp; Smart comes across as a striking gallery of fore-portraits full of crowned heads: kings, princes, paladins and holy men in ceremonial gear, together with strange, spectral apparitions. But there is not a drop of gravitas in these textures, rhythms and deflagrations of vivid colours on a black ground. Mystic &amp; Smart is definitely no memento mori. The gaze is invited to observe a procession of elegant hard-nuts showing off their bony finery. Matthieu Messagier knows that poverty can in places be more generous than opulence and has created the smartest of dress codes, clothing his mystico-barbarous cortege with printed paper napkins sporting absurd motifs that are reinvented as bows, tutus, surcoats, brocades, tunics and generous guipures on these new powdered kings of the night with their extra-ocular gazes. As Messagier recently told me when speaking about this series in English vinyl ink, “the human skull and its skeleton are none other than the first state of a fore-portrait, the portrait of everyone and no one at the same time.” In other words, Mystic &amp; Smart evacuates melancholy in favour of wide-eyed innocence, like that of a Mexican kid biting into a marshmallow skull on the famous Day of the Dead which, let us recall, is also All Saints’ Day, the day of all the high rollers, party nuts and high livers. These, then, are not vanitas, but a festival of the senses, an all-over experiment with forms. Such is Mystic &amp; Smart, which shows seeing under the sign of the unheard-of.</p> <p style="text-align: justify;">Malek Abbou</p> Fri, 15 Feb 2013 11:27:07 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Demsky333, Felipe Pantone, Sozyone Gonzalez - Galerie Celal - February 16th, 2013 6:00 PM - 9:00 PM <p style="text-align: justify;">La Galerie Celal et Pour La Gloire présentent “Venganza”, la première exposition collective en France des artistes Sozyone Gonzalez (BE), Felipe Pantone (AR) et Demsky333 (ES), qui se tiendra du 16 février au 16 mars 2013 à Paris.</p> <p style="text-align: justify;">Après Hambourg (Vicious Gallery), Madrid (IAM Gallery) ou encore Cologne (A.F. Gallery), c’est à la Galerie Celal qu’ils viendront présenter leurs productions. Ils exploreront à cette occasion le thème universel de la vengeance à travers des oeuvres récentes ou réalisées spécialement pour cette exposition.</p> <p style="text-align: justify;">Selon eux, l’idée de la vengeance se rapproche de l’esprit vandale. Le graffiti représente ainsi « une vengeance que le graffiti artist savoure lentement, avec patience ». Ils n’hésitent pas à emprunter à Beaumarsais cette citation pour illustrer leur propos : « Quand le déshonneur est public, il faut que la vengeance le soit aussi ».</p> <p style="text-align: justify;">OEuvres sur toile et papier, émaux sur aluminium ou encore sculptures démontreront l’étendue des  talents de ces membres du collectif de graffiti international UB (UltraBoyz).</p> <p style="text-align: justify;">Un catalogue sera édité à l’occasion de cette exposition et 50 sérigraphies de Sozyone Gonzalez seront offertes aux premiers visiteurs lors du vernissage qui aura lieu le samedi 16 février de 18h à 21h.</p> Sat, 22 Feb 2014 16:06:24 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list Simon Boudvin - Galerie Jean Brolly - February 16th, 2013 2:00 PM - 8:00 PM <p style="text-align: justify;">Cette deuxième exposition de Simon Boudvin à la galerie Jean Brolly présente un ensemble d'oeuvres qui suscitent une interrogation sur la réaffectation de lieux ou sur des objets obsolètes hérités d'un passé proche.</p> <p style="text-align: justify;">« Legs » est le titre de cette exposition dans laquelle des architectures ou formes industrielles appartenant à un patrimoine commun et mises à l'épreuve du temps sortent de l'oubli et s'offrent à la providence de l'avenir.</p> <p style="text-align: justify;">6 cuves à mazout sont disposées dans l'espace comme de véritables sculptures minimalistes : des parallélépipèdes en tôle, aux tailles et couleurs différentes, parfois rouillés, qui tous répondaient à une fonction, aujourd'hui perdue. Ces cuves n'ont subi aucune transformation, elles ont juste été vidées du combustible visqueux qu'elles contenaient, puis fermées par un bouchon en laiton.</p> <p style="text-align: justify;">Inévitablement, ces formes simples et répétées renvoient aux « objets spécifiques » crées par Donald Judd dans les années 60. Mais tout rapprochement s'arrête là. Les sculptures de Simon Boudvin peuvent être considérées comme des pastiches d'oeuvres minimales mais elles sont surtout des objets Ready Made qui appartiennent à un répertoire documentaire qui provoque par leur déplacement un effet surprenant et irréel.</p> <p style="text-align: justify;">A ces formes industrielles, Simon Boudvin confronte une série de photographies qui représentent des anomalies dans notre paysage urbain. Intitulée Châteaux d'eau il est ici question d'un legs architectural qui a subi une transformation pour investir de nouvelles fonctions : le monument censé contenir de l'eau se trouve reconverti en habitat domestique. Fasciné par ces constructions hybrides d'un nouveau genre, l'artiste ne cherche pas à donner une dimension historique, sociologique ou archéologique à ces « grands encombrants ». Ces photos ont non seulement un caractère documentaire mais elles revêtent par cette rupture culturelle et temporelle une finalité presque romantique.</p> <p style="text-align: justify;">Invité à exposer à Poncé-sur-le-Loir, une commune du sud de la Sarthe, Simon Boudvin est frappé par la présence d'échelles dans le village. Avec son petit appareil argentique, il va méthodiquement les photographier. Qu'elles soient couchées, accrochées horizontalement à un mur ou debout prêtes à l'emploi elles donnent la saisissante impression d'avoir été disposées spécialement pour la prise de vue ou encore le résultat d'un photomontage. Dans ces photos au format intimiste, le décalage opère encore.</p> <p style="text-align: justify;">Simon Boudvin est né en 1979. Il vit et travaille à Paris.<br />Il a une double formation de plasticien et d’architecte. Il enseigne à l’École spéciale d’architecture.<br />- Château</p> Sun, 10 Feb 2013 15:53:26 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list - Musée Fabre - February 16th, 2013 11:00 AM - 6:00 PM <div class="attribute-short"> <p style="text-align: justify;">A l’occasion de la publication de son fonds de dessins italiens, le musée Fabre de Montpellier Agglomération présente l’exposition <i>L’atelier de l’œuvre : de Raphaël à Tiepolo, dessins italiens du Musée Fabre</i>. Ensemble majeur du musée riche de près de 500 feuilles, ce fonds regroupe un florilège qui de Raphaël à Tiepolo offre un panorama des arts graphiques italiens du XVIe au XVIIIe siècle. L’exposition révèle au public une sélection des plus belles pièces, étudiant notamment l’élaboration des dispositifs iconographiques et formels selon le cheminement de la pensée créatrice des artistes. Afin d’analyser cette fabrique de l’œuvre de façon plus approfondie, le parcours s’organise autour de 5 dossiers ; ils rapprochent, souvent de manière inédite, plusieurs œuvres de nos propres collections avec des prêts d’institutions nationales et internationales qui mettent en exergue les chefs-d’œuvre de la collection : Raphaël, Parmesan, Daniele de Volterra et Giovanni Baglione.</p> </div> <div class="attribute-long"> <p style="text-align: justify;">Riche de plus de 4000 œuvres, le cabinet des Arts graphiques du musée Fabre compte parmi les plus belles collections françaises, et propose un large éventail de dessins depuis la Renaissance italienne jusqu’au XXe siècle. L’étude de ce fonds exceptionnel avait débuté en 2010 avec le catalogue et l’exposition <i>Le Trait en majesté, dessins français du XVIIe siècle</i> ; il se poursuit aujourd’hui grâce au projet <i>L’atelier de l’œuvre</i> consacré aux collections de dessins italiens.</p> <a name="eztoc44476_0_0_0_1" id="eztoc44476_0_0_0_1"></a> <h5 style="text-align: justify;">De Raphaël à Tiepolo, une collection de chefs-d’œuvre</h5> <p style="text-align: justify;">Dés 1825, François-Xavier Fabre en artiste avisé, conscient de l’importance du dessin pour la compréhension de la peinture, dote le musée Fabre d’un ensemble réduit mais remarquable de feuilles qu’il complète à sa mort en 1837. Jules Bonnet-Mel et Jules Canonge enrichirent les collections respectivement en 1864 et 1870 avec plus de 1500 œuvres italiennes et françaises qui constituent encore aujourd’hui un vaste champ de découverte comme l’ont prouvé les expositions organisées par le musée : <i>De la Nature</i> (1996) et <i>Venise, l’art de la Serenissima</i> (2006-2007). Fervent admirateur de la Renaissance classique, Fabre a légué deux des œuvres les plus insignes du cabinet d’arts graphiques dont le carton de la madone Tempi de Raphaël.</p> <p style="text-align: justify;">Au-delà d’une réunion de chefs-d’œuvre, le fonds italien du musée Fabre est non seulement représentatif des différentes grandes écoles de dessin italien (toscane, gènoise, romaine, lombarde, vénitienne ou romaine) mais il est aussi un répertoire des différents usages et différentes formes que peut revêtir le dessin dans le processus créatif des artistes de la Péninsule. . <br />L’exposition présente en outre des focus autour des œuvres les plus importantes de la collection (Raphaël, Daniele da Volterra, Parmesan) en les associant à des dessins et des tableaux qui permettent de constituer de réels dossiers génétiques autour de la genèse et de la place de ces feuilles dans l’œuvre de leur auteur.</p> <a name="eztoc44476_0_0_0_2" id="eztoc44476_0_0_0_2"></a> <h5 style="text-align: justify;">Une approche renouvelée du dessin</h5> <p style="text-align: justify;">Avant d’être un chef-d’œuvre précieusement conservé dans une collection de musée, le dessin est un témoin de la pensée toujours en action des artistes : il donne à voir une étape du processus de création des œuvres, qui peut être modifié, développé - voire abandonné - jusqu’à la réalisation finale.  Ainsi, à partir d’un choix de 80 feuilles les plus exemplaires de la collection, l’exposition ne déroule pas un fil chronologique mais repose sur les usages, le rôle et les mutations du dessin.</p> <p style="text-align: justify;">Grâce à la collaboration d’institutions partenaires, 8 dossiers viennent scander le parcours ; autour des feuilles majeures de Raphaël, Daniele da Volterra, Giovanni Baglione, Parmesan ou Tiepolo, sont exposés les études sur le même sujet afin d’entrer au cœur de la pensée créatrice du peintre. Ces regroupements permettent ainsi de comprendre comment sont préparés les dispositifs iconographiques d’ensemble, ou, plus simplement, les figures. Aux feuilles du musée Fabre, seront ainsi associés des œuvres prestigieuses de ces peintres provenant des grands cabinet de dessins internationaux, musée du Louvre à Paris, galerie des Offices  à Florence, Metropolitan museum of Art à New York... Ces 8 focus articulent l’exposition et révèlent les découvertes importantes faite à l’occasion de la préparation de cette exposition : des noms inédits et prestigieux avec l’<i>étude du Parmesan pour la figure d’Eve</i> de l’église de la Steccata à Parme ou la remarquable <i>étude d’homme de dos</i> de Paris Bordone, mais aussi des feuilles plus rares qui permettent de nourrir le corpus graphique d’artistes à la production moins connus comme Casolani.</p> </div> Sat, 01 Dec 2012 14:17:30 +0000 http://www.artslant.com/par/Events/list http://www.artslant.com/par/Events/list