STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Nowhere

Galerie Jerome De Noirmont

Exhibition Detail
Peintures
38 Avenue Matignon
75008 Paris
France


January 30th, 2013 - March 23rd, 2013
 
Sans titre, Marjane SatrapiMarjane Satrapi, Sans titre,
2012, Acrylique sur papier marouflé sur toile, 63,5 x 48,5 cm.
© Courtesy of the artist and Galerie Jerome De Noirmont
UNTITLED , Marjane SatrapiMarjane Satrapi, UNTITLED ,
2012 , Acrylic on canvas , 140 x 140 cm
© Courtesy of the artist and Galerie Jerome De Noirmont
UNTITLED , Marjane SatrapiMarjane Satrapi, UNTITLED ,
2012, Acrylic on paper mounted on canvas , 63,5 x 48,5 cm
© Courtesy of the artist and Galerie Jerome De Noirmont
< || >
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.denoirmont.com/
NEIGHBORHOOD:  
other
EMAIL:  
info@denoirmont.com
PHONE:  
+33 (0)1 42 89 89 00
OPEN HOURS:  
Mon-Sat 11-7
> DESCRIPTION

Marjane Satrapi has always painted ...  Even if she has never shown it until now, painting is nevertheless the basis of all her creation, whatever its final shape.  This passion for painting was initially revealed in the form of comic strips or films as Marjane Satrapi wanted to create works for a larger audience, accessible to everyone.

For the first time, from 30 January to 23 March 2013, Marjane Satrapi unveils this hidden side of her artistic talents with 21 paintings, new or recent, all portraits.


All these works are indeed conceived as portraits whether showing a single subject or larger scenes with two or four subjects.

Marjane Satrapi analyses painting as a means of expressing her unconscious and yet the artist finds her inspiration in her familiar environment.  Even if the subjects depicted in her paintings are anonymous, their features are physically inspired from characters from her childhood.  In an approach that is paradoxically unrelated to feminism, she always draws women.  Their faces inspire her more and at the same time seem to her more varied and easier to draw.

The faces have very expressive features and are always represented with the mouth closed.  They are the only nuanced part in these paintings and are painted in shades of color that express the subtlety of human emotions.  By contrast, the subject´s body just as the rest of the scene are painted in a clear-cut chromatic range of colors and are the object of very constructed compositions where straight lines and flat areas of bold and lively colors contrast each other to put the subjects into better perspective.

Marjane Satrapi admits her enchantment with Balthus’s interior scenes and their very elaborate composition as well as her admiration for Mondrian’s geometric constructions.  However, the simplification of the lines as well as the color intensity inevitably bring to mind the sensual painting of Matisse who praised color as a "privileged instrument of communication and emotion."


Though the Matisse analogy is obvious, here it is conceptual, intellectual and non-pictorial : "My models, human figures, are never extras in an interior. They are the main theme of my work” (1)   “I don’t paint things, I only paint their relationships.” (2)

These words of her illustrious predecessor perfectly apply to the creative process of Marjane Satrapi who is herself primarily interested in human relationships.  Her portraits don’t attempt to feature the only representation of one or more subjects.  They have an obvious narrative character that presents the human relationships we experience every day.  For this reason, none of the subjects in these portraits are shown from the front.  Instead, their look always given from the side invite us to decipher the mystery of these women’s thoughts ...

Twelve portraits (65 x 50 cm) show single women in full reflection, at a side-glance, always turned outward.  Sometimes they seem lost in thought or by contrast determined and expressive.  The artist emphasizes that what attracts us here is the "off-field", what is not seen and what you look at when you are alone with yourself. (3)

In the six duo portraits (150 x 100 cm), the "off-field" has disappeared.  The suggestive look between the two subjects gives tension to the composition because when there are two, one is always monopolized by the other. (3)  The three paintings (140 x 140 cm) featuring four groups of women are like lively family portraits where one sits, poses or plays...  As soon as we’re with others we make concessions, so we pose.  We are no longer exactly ourselves. (3
)
This series of paintings is thus part of the continuity of all her previous creations.  This includes her comic strip Persepolis (2000-2003) and Broderies (4) (2003) in which Marjane Satrapi sought to portray the complexity of human nature with a simplified yet remarkably expressive pictorial expression, always treating the classic aesthetic criteria of human representation with a lot of irony and humor.

With total creative freedom that overcomes all technical or pictorial dogmatism, she reunites here the paradoxes of her personality; a character at once exuberant, highly externalized and surprisingly introspective.  She manages to bring together a logical and rational reasoning with a dreamlike expression of feelings and emotions from a personal experience that mixes Eastern values from her family culture and the Western values from having lived in France since her youth.

1 : Henri Matisse, « Notes of a Painter », in Le Point, 1939.

2 : Henri Matisse in Louis Aragon, Matisse in France, 1943.

3: The words in italic belong to the artist.

4 : In English : Embroideries


Marjane Satrapi peint depuis toujours... Même si elle ne l’a jusqu’à présent jamais montrée, la peinture est pourtant à la base de toute sa création, qu’elle qu’en soit la forme finale. Cette passion pour la peinture s’est illustrée initialement sous forme de bandes dessinées ou de films, Marjane Satrapi souhaitant créer des œuvres populaires, accessibles à tout le monde.

Pour la 1ère fois, du 30 janvier au 23 mars 2013, Marjane Satrapi dévoilera cette façade cachée de ses talents artistiques avec 21 peintures, nouvelles ou récentes, toutes des portraits inédits.

    Portraits figurant un seul sujet ou scènes plus grandes à deux ou quatre personnages, toutes ces œuvres sont effectivement conçues comme des portraits.

Marjane Satrapi analyse la peinture comme un moyen d’expression de son inconscient et c’est pourtant dans son environnement familier que l’artiste trouve son inspiration. Même si les sujets représentés dans ses toiles sont anonymes, leurs traits sont physiquement inspirés de personnalités réminiscentes de son enfance. Dans une démarche paradoxalement très éloignée de tout féminisme, elle figure d’ailleurs toujours des femmes, dont les visages l’inspirent plus, lui paraissant à la fois plus variés et plus simples à dessiner.

Les visages, aux traits très expressifs et représentés la bouche toujours fermée, sont les seules parties nuancées de ces tableaux et sont peints dans des dégradés de couleur qui expriment la subtilité des sentiments humains. Par opposition, le corps du sujet comme le reste de la scène sont peints dans une gamme chromatique tranchée et font l’objet de compositions très construites, où lignes rectilignes et aplats de couleurs franches et vives s’opposent pour une meilleure mise en perspective des personnages.

Marjane Satrapi avoue son enchantement pour les scènes d’intérieur de Balthus et leur composition très élaborée, comme son admiration pour les constructions géométriques de Mondrian. La simplification des lignes comme l’intensité des couleurs évoquent pourtant immanquablement la peinture sensuelle de Matisse, lui qui exaltait la couleur comme un « instrument privilégié de la communication et de l’émotion ».

    L’analogie avec Matisse est pourtant évidente mais elle est ici conceptuelle, intellectuelle et non picturale : « Mes modèles, figures humaines, ne sont jamais des figurantes dans un intérieur. Elles sont le thème principal de mon travail » (1) … « Je ne peins pas les choses, je ne peins que leurs rapports. » (2)

Ces propos de son illustre prédécesseur s’appliquent parfaitement à la démarche créatrice de Marjane Satrapi, qui s’intéresse avant tout aux rapports humains. Ses portraits ne cherchent pas à figurer la seule représentation d’un ou de plusieurs personnages, ils ont un caractère narratif évident qui met en images les rapports humains tels que nous les vivons au quotidien. Ainsi, aucun des personnages de ces portraits n’est représenté frontalement. Ce sont au contraire les jeux de regard toujours obliques de ces femmes qui nous invitent à déchiffrer le mystère de leurs pensées...

12 portraits (65 x 50 cm) montrent des femmes seules, en pleine réflexion, avec le regard de côté, toujours tourné vers l’extérieur, paraissant parfois perdues dans leurs pensées ou au contraire déterminées et expressives. Comme le souligne l’artiste, ce qui nous attire ici, c’est le « hors-champ », ce qui ne se voit pas et que l’on ne regarde que quand on est seul avec soi-même. (3)

Dans les 6 portraits de duos (150 x 100 cm), le « hors-champ » a disparu, ce sont les jeux de regard entre les deux personnages qui tendent la composition car quand on est deux, on est toujours accaparé par l’autre. (3) Quant aux 3 peintures (140 x 140 cm) figurant des groupes de 4 femmes, elles se présentent comme des portraits de famille animés, dans lesquels on s’assoit, on pose, on joue… Dès que l’on est à plusieurs, on fait des concessions, donc on pose, on n’est plus tout à fait soi-même. (3)

    Cette série de peintures s’inscrit ainsi dans la continuité de toutes ses créations antérieures, notamment de ses bandes dessinées Persepolis (2000-2003) et Broderies (2003), dans lesquelles Marjane Satrapi s’est efforcée de dépeindre la complexité de la nature humaine, avec une expression picturale simplifiée et pourtant remarquablement expressive, traitant toujours avec beaucoup d’ironie et d’humour les critères esthétiques classiques de la représentation humaine.

Avec une totale liberté de création qui s’affranchit de tout dogmatisme technique ou pictural, elle concilie ici les paradoxes de sa personnalité entre un caractère à la fois exubérant, très extériorisé, et étonnamment introspectif, qui fait coexister un raisonnement logique et cartésien avec une expression onirique des sentiments et des émotions, dans un vécu personnel qui mixe les valeurs orientales issues de sa culture familiale et les valeurs occidentales, l’artiste ayant vécu en France depuis sa jeunesse.

 

1 : Henri Matisse, « Notes d’un peintre sur son dessin », in Le Point, 1939.
2 : Henri Matisse in Louis Aragon, « Matisse en France », 1943.

3 : Les propos en italiques sont de l’artiste.


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.