STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Worldwide

Anne Mosseri-Marlio Galerie

Exhibition Detail
LE PARTAGE DES POUVOIRS
Bleicherweg 33
8002 Zurich
Switzerland


August 26th, 2011 - October 8th, 2011
Opening: 
August 25th, 2011 7:00 PM - 10:00 PM
 
, Delphine CoindetDelphine Coindet
© Courtesy of the artist & Anne Mosseri-Marlio Galerie
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.annemoma.com
COUNTRY:  
Switzerland
EMAIL:  
mail@annemoma.com
PHONE:  
+41 43 243 0380
OPEN HOURS:  
Tues. - Fri. 12:00 - 18:00; Sat. 11:00 - 16:00 and by appointment
TAGS:  
collage, film, sculpture
> DESCRIPTION

Pour sa première exposition à la galerie Anne Mosséri-Marlio, Delphine Coindet (FR, 1969) nous fait parvenir une longue lettre de Rome, où elle séjourne actuellement à la Villa Médicis. Par des détours narratifs, l'artiste nous entraîne dans une balade qui pourrait être celle possible dans les jardins de la vaste demeure. Elle nous conduit par les allées hantées, truffant l'exposition de passages secrets.

Un étrange personnage nous est offert comme guide. Un masque de carnaval, figurant une cocotte, semble destiné à nous inquiéter. Il est monté sur un pull de couleur bleue au-dessus d'une porte coupée marquée d'une croix fluorescente et d'une flèche en résine rosée. Le tout est lié par un cordage gris dont la bobine est abandonnée dans un coin de l'espace d'exposition. L'assemblage paraît figurer un personnage, sorte d'épouvantail complexe, autant qu'il semble résulter d'un usage précédent de tous ses éléments hétéroclites. Les objets nous apparaissent ordonnés et suspendus dans leur geste comme peuvent l'être certains automates inanimés. Peu de souffle manque au PorteAprothèse pour se mettre en mouvement.


Le Podium Medicis (2011) est aussi animé. C'est, en effet, un dispositif qui se construit et se déconstruit au gré des nécessités. Car il est non seulement une sculpture en soi, mais aussi une estrade, une scène, un espace sur lequel des événements peuvent avoir lieu. Les éléments colorés s'imbriquent ou se superposent, esquissant une architecture. Leur géométrie est accidentée mais peut s'ordonner autour d'un axe central. L'objet évoque alors un de ces dés divinatoires irréguliers à faire tourner comme une toupie. Ses divers usages sont autant de métamorphoses. La structure est un socle autant qu'elle est sculpture. Podium Medicis est une variation théâtrale de la colonne sans fin. Il enveloppe de couleurs les lieux, les mots, les gestes et les objets qui sont dans sa directe proximité.

Antares (2011) semble aussi s'offrir comme un objet suspendu dans son usage. Il s'agit de la reconstitution d'un assemblage quasi primitif de deux fûts de colonnes et d'une plaque en pierre que l'artiste a observé dans le jardin romain qu'elle fréquente quotidiennement. L'aspect étrange de l'ensemble est autant lié à l'artificialité des matériaux utilisés pour produire ce double que par les dimensions mêmes de l'objet. En effet, il est difficile de dire s'il s'agit d'un banc, d'une table ou d'un autel. Peut-être que toutes ces destinations sont d'ailleurs possibles et s'alternent. Mais une nouvelle fois, c'est une étrangeté non élucidée qui nous frappe. La sculpture semble s'offrir comme un lieu, un point de transfert possible entre les époques, les espaces et les mondes.

L'invocation des esprits de grandes figures mythiques de femmes a été pour Delphine Coindet et pour Chloé Delaume le point de départ de la réalisation d'une série d'oeuvres sur papier. L’écrivain rencontré à Rome a inclus ses mots à des collages de l'artiste. Au résultat, treize dédicaces à des femmes libres et fières. Les paroles s'enroulent autour d'éventails, ces élégants paravents des secrets. Mais, tout comme dans la pratique des arts martiaux chinois, plus que des attributs de la féminité, ce sont de réelles armes. Sur la ligne de partage des pouvoirs permettent-ils de chasser les fantômes?

Les sculptures et œuvres sur papier de Delphine Coindet ont été présentées dans les expositions institutionnelles: ‘Chausses-Trappes’, Fri-art Centre d’art contemporain, Fribourg; ‘Aufgeräumte Zimmer’ – Skulpturen aus der Sammlung mit Interventionen von Delphine Coindet und René Zäch’ au Kunstmuseum Thun (CH); ‘Aparté’, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris; ‘Encore une fois’, Domaine de Chamarande, Chamarande, (FR) et plusieurs expositions individuelles: Galerie Laurent Godin, Paris; Evergreene, Genève. Elle habite Lausanne depuis plusieurs années, et est membre active de Circuit, Centre d’Art Contemporain à Lausanne. Actuellement, elle est pensionnaire à l’Académie de France à Rome, Villa Médicis (2011 – 2012).

Samuel Gross
 
ENGLISH VERSION:

Delphine Coindet (FR, 1969) recreates her recent experiences at the Villa Medici in Rome with a visual narrative comprising sculptures, collages and a movie in her first exhibit at Anne Mosseri-Marlio Galerie. By reconstructing the elements pertinent to her stay at the French Academy in Rome, we follow her lead as if we were strolling through the gardens, woods and hidden passageways within the Villa Medici where secrets are whispered.

As a guide, she offers us a puppet bearing a carnival mask – PorteAprothèse. The hen-like figure wearing a blue sweater is intended to awaken disbelief. It is perched above a sawed-off door marked with a fluorescent painted cross that abuts on a large pink arrow made of resin. A gray cord ties them all together while the bobbin lies abandoned in a corner. Combined, the elements create a figure similar to a scarecrow, especially as he seems to have had a previous function and be made of disparate parts. Each component is in its place but seems suspended in mid air, as if a marionette performance were interrupted. With a soft breeze, PorteAprothèse would begin to move again.

The newly created Podium Medicis (2011) also has a life of it’s own. The elements can be assembled and disassembled based on needs and circumstance. It is as much a stand-alone sculpture as a dais, stage, platform to host events. The colored segments fit together or can be superimposed to create their own environment. The irregularly shaped pieces can be randomly assembled around a seven-sided central element whose shape is reminiscent of a spinning top. Its various uses equal the number of metamorphoses. The structure is as much a pedestal as a sculpture - the Podium Medicis is a theatrical variation of the Infinite Column. It absorbs the surrounding colors, words, gestures and objects within proximity.

Antares (2011) is an object that hovers in its own history. It is the reconstruction of an existing almost archaic construction made up of two column pillars and a stone slab that the artist noticed during her daily walks in the Roman gardens of the Villa Medici. The strangeness of the piece is tied both to the artificial properties of the materials used to create the duplicate as well as the unique and unusual proportions and assembly of the original. Observing it, one is not sure if it is a bench, a table or an altar. Perhaps it suits each purpose in alternation. Once again, an unanswered ambiguity overwhelms us. The sculpture seems to offer itself as a hallowed space, a transfer point between ages, spaces and realities.

Summoning the spirits of great mythical women was the starting point for Delphine Coindet and Chloé Delaume’s creation of a series of works on paper. The writer and the artist met in Rome, leading to the contribution of the written narrative on the artist’s collages, resulting in thirteen works honoring the proud and free women of mythology. Words extend across the fans, traditionally inconspicuous transmitters of secrets. As shown by their use in Chinese martial arts, fans are superior weapons, not just a feminine accessory. Might they also have the power to chase away ghosts?

Delphine Coindet has been selected to exhibit her works in ‘Chausses-Trappes’, Fri-art Centre d’art contemporain, Fribourg; ‘Aufgeräumte Zimmer’ – Skulpturen aus der Sammlung mit Interventionen von Delphine Coindet und René Zäch’ at the Kunstmuseum Thun (CH); ‘Aparté’, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris; ‘Encore une fois’, Domaine de Chamarande, Chamarande, (FR) and various individual shows at Galerie Laurent Godin, Paris and Evergreene, Geneva. She lives in Lausanne and is an active member of Circuit, Centre d’art Contemporain in Lausanne. She currently resides at the French Academy in Rome, Villa Médicis (2011 – 2012)

Original text in French by Samuel Gross


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.