STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Brussels

Maison Particuliere

Exhibition Detail


April 24th - June 29th
 
Portrait d\'un éle ve de l\'Académie d\'Anvers, Gauthier HubertGauthier Hubert,
Portrait d'un éle ve de l'Académie d'Anvers,
2010
© Courtesy of the Artist
> ARTISTS
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.maisonparticuliere.be/
NEIGHBORHOOD:  
Center - Uptown
EMAIL:  
info@maisonparticuliere.be
PHONE:  
+32 (0)2 649 81 78
OPEN HOURS:  
Tue-Sun 11-6; Annual shutdown: July – August
> DESCRIPTION

Four collectors, one guest artist, and one topic of reflection: Resonance(s). Four approaches to the collection, but one point in common: a passion for sharing one’s works of art with the public. Five countries: Spain, Italy, the Netherlands, France and Belgium. In this month of April 2014, we are delighted to present the tenth exhibit at Maison Particulière. 

Selecting the works of art is a difficult, intricate exercise, but all the participants in this exhibit rose superbly to the challenge. Oftentimes, our themes are broad, and not drawn from a single art trend, school, or artistic movement. Rather, our ideas unfold from personal visions and from the timeless and universal. Deep down, we firmly believe in the two notions of the timelessness (thus liberation from time) and universality (the essence) of art, even - and especially - as we have entered an era of global art. The works selected by our collectors and guest artist thus depict their personal vision, in a way their own Imaginary Museum. 

Imaginary, because beyond the physical reality of the work of art, it echoes an idea, an emotion, an era, a memory, which we appropriate for ourselves. Imaginary, because the artist forever creates. The artist has always been at the service of creation. André Malraux expressed this notion in L’Intemporel (in ‘The Metamorphosis of the Gods’) (1976): “Cezanne became aware of the errors committed by all the Masters: they believed that artistic creation was at the service of Virgins, Doppelgängers or Nature, whereas Nature, Virgins, and Doppelgängers were at the service of creation.” Thus, the imaginary has a dual presence in a work of art, which can be described as follows: any artist, irrespective of the era, has never been content to copy, imitate, or reproduce; he has unendingly contrasted the imaginary with reality.

For Maison Particulière, Resonance(s) is foremost a reflective play among a collector, an artist, and a work of art.  Here is how each one has opted to approach the theme: 
Josep Maria Civit highlights that “resonance must be understood as com-motion; in other words, “in motion with another”: “something in motion even as the word is spoken, emitting vibrations similar to the waves generated by sound, leaving in their wake impressions and sensations attributed to tremors, emotions, or an alteration that overcomes us as we contemplate what the work of art reveals and communicates to us.” His love of music resonates with his reference to vibrations…

Henk and Victoria de Heus-Zomer are a fine example of a couple’s passion, a gradual liberation and personal pathway, which they traveled slowly and patiently, hand-in-hand. Over time, they “eventually defined their personal preferences and expanded their boundaries.” In any event, for them, collecting was subjective. When asked what common thread connected the works in their collection, they responded: “…our works are poetic, even lyrical, revealing great technical mastery; last but not least, they tug strongly on our emotions.”

The Collezione Maramotti is historical from a generational point of view. Founded by their father, Achille, the collection has been handed down to his children, Luigi, Ignazio, and Ludovica. Historical in reality, because the collection recounts one part of Italy’s art history: the sixties to present day. As a result, the works of art proposed by the Maramotti family quite naturally reverberate with references to art history, architecture, and nature, and even to the origins and the future, or to social and political concerns.

We ourselves are repeating the process and are participating in this exhibit at Maison Particulière, which has given us an opportunity to display another aspect of the works in our collection, a particular vision that takes us to the outer banks of our imagination: “…an odalisque found in Manet or Matisse; an evocation of Las Meninas by Velásquez; the manipulation of a sculpture that recalls Rodin; the light in a photograph that evokes Ingres; a reinterpretation of Caravaggio, a tattoo recalling the Lucretia by Cranach the Elder…”

Now for a few words about our guest artist:  Gauthier Hubert lives in Brussels and dedicates himself predominantly to painting. Although less familiar to the greater public, he has, to our delight, agreed to select a sampling of his works for this exhibit. In a beautiful text that describes his approach and work process, for which resonance is key, he touches upon the constant subliminal echo among his paintings. He also raises a basic yet essential question: does a painting beautify the ugly?

Our literary guest, Claire Giraud-Labalte, provides an opportunity that we so enjoy here at Maison Particulière to have her words take us on a journey. As she so eloquently summarizes, by “starting with the principle that the more intimate we are, the more universal we are,” she wagers that “…these intimate and quiet conversations lead us to changing shores and often down mysterious pathways; generation after generation, these resonances unite us around our primary human preoccupations: childhood, love, death, life. By concentrating on color, Kandinsky revealed magnificently its impact on the body, heart and mind: a purely physical effect, a sense of serene joy, a tremor in the soul.”

The tenth exhibit at Maison Particulière resonates far more with us, since Resonance(s) is opening during Art Brussels, the international contemporary art fair. Here again is an opportunity to showcase the extent to which European artists and collectors have keen and varied tastes, and forged their own identity. It highlights as well the increasing role that Maison Particulière is playing within the Belgian cultural landscape and the broader international scope of the collectors’ passion for artists, the world in which they live, and creation.

Myriam and Amaury de Solages


4 collectionneurs, 1 artiste, 1 thème de réflexion: Résonance(s). 4 façons d’aborder la collection, mais 1 point commun : la passion de partager ses œuvres avec le public. 5 pays : l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas, la France et la Belgique. Nous sommes heureux de vous présenter en ce mois d’avril 2014, le 10ème accrochage de Maison Particulière.

C’est un exercice difficile, délicat que celui du choix, mais un défi magnifiquement relevé par tous les participants de cet accrochage. Comme souvent, nos thèmes sont larges, ils ne font pas appel à un courant de l’art, une école ou un mouvement artistique ; mais plutôt aux visions personnelles, à l’intemporel et à l’universel. Fondamentalement, nous avons foi en ces deux notions : intemporalité - donc délivrance du temps -  et universalité - donc essence - de l’art, alors même, et surtout, quand bien même nous sommes à l’ère de l’art mondial.  

Les choix de tous les collectionneurs et de notre artiste invité relèvent donc d’une vision personnelle, celle, en quelque sorte, d’un Musée Imaginaire. Imaginaire, car au-delà de la réalité physique de l’œuvre, c’est parce que cette dernière se fait écho d’une idée, d’une émotion, d’une époque, d’une mémoire, que nous nous l’approprions. Imaginaire, parce que l’artiste a intemporellement créé. Il a de tout temps été au service de la création. Malraux exprime cette idée dans L'Intemporel (1976) : « Cézanne a pris conscience de la méprise de tous les maîtres : ils ont cru la création artistique au service des Vierges, des Doubles, ou de la Nature ; la Nature, les Vierges, les Doubles étaient au service de la création ». Ainsi, il y a une double présence de l’imaginaire dans une œuvre d’art. Elle peut s’exprimer de la façon suivante : tout artiste, quelle que soit l’époque, ne s’est jamais contenté de copier,  d’imiter ou  de reproduire ; il a inlassablement opposé l’imaginaire au réel.

Résonance(s) pour Maison Particulière, c’est avant tout un jeu de miroirs entre un collectionneur, un artiste et une œuvre. Voici comment chacun a choisi d’aborder ce thème :
Monsieur Josep Maria Civit tient à préciser que « résonance doit être compris comme « com-motion », c’est-à-dire « se déplaçant avec » : quelque chose qui se déplace alors même que l’on prononce ce mot, provoquant des vibrations comparables aux vagues générées par l’effet du son, laissant derrière elles des impressions, des sensations identifiées au tremblement, à l’émotion ou à une altération qui nous dépasse face à ce que l’œuvre d’art nous révèle et nous communique ». Son amour pour la musique n’est pas loin dans son évocation des vibrations…

Monsieur et Madame Henk et Victoria de Heus-Zomer sont un bel exemple d’une passion de couple, d’une émancipation progressive et d’un chemin personnel parcouru progressivement et patiemment, à deux. Avec le temps, ils ont « finalement défini leurs préférences personnelles et traversé les frontières. Collectionner est de toute façon une démarche subjective. Lorsque l’on nous demande quel est le point commun des œuvres que nous collectionnons, nous répondons : elles sont poétiques – lyriques – montrent une grande maîtrise technique et, enfin et non des moindres, font fortement appel à nos émotions ».

La Collezione Maramotti est historique dans le sens générationnel : elle a été initiée par le père, Achille, et se poursuit avec ses enfants, Luigi, Ignazio et Ludovica. Historique aussi, parce qu’elle retrace une partie de l’histoire de l’art en Italie, des années soixante à nos jours. Ainsi, et assez naturellement, les échos proposés par la famille Maramotti sont aussi bien ceux faisant référence à l’histoire de l’art, à l’architecture, à la nature, ou bien encore, aux origines et au futur, aux préoccupations sociales et politiques. 

Nous-même avons fait l’exercice encore une fois pour Maison Particulière, ce qui nous permet de montrer un autre aspect des œuvres que nous collectionnons, un certain regard qui nous entraine vers les rives de notre imaginaire : « cette odalisque comme chez Manet ou Matisse, cette évocation des Ménines, ce traitement de la sculpture qui nous renvoie à Rodin, cette lumière dans une photographie comme chez Ingres, cette réinterprétation du Caravage, ce tatouage sur la Lucrèce de Cranach… »

Enfin, un mot au sujet de notre artiste invité. Gauthier Hubert pratique essentiellement la peinture et vit à Bruxelles. Moins connu du grand public, il nous a fait l’immense plaisir d’avoir choisi les œuvres qu’il nous présente dans cet accrochage. Dans un très beau texte sur sa démarche et son processus de travail, dont l’essence est résonance, il développe ce « renvoi subliminal constant entre (ses) différentes peintures. » Il se pose aussi la question fondamentale, et non des moindres : « la peinture rend-elle beau ce qui est laid? »

Notre invitée littéraire, Claire Giraud-Labalte, nous procure cette joie, que nous éprouvons à Maison Particulière, de cheminer grâce aux mots. Comme elle le résume si parfaitement pour nous, en « partant du principe que plus on touche à l’intime, plus on est universel », gageons que ces choix littéraires nous emmèneront dans « ces conversations intimes et silencieuses (qui) nous mènent vers des rivages changeants, des chemins souvent mystérieux ; elles nous réunissent à travers les générations autour des principales préoccupations humaines : l’enfance, l’amour, la mort, la vie. Concentré sur la couleur, Kandinsky a magnifiquement montré son retentissement sur le corps, le cœur et l’esprit: effet purement physique, impression de joie sereine, vibration de l’âme ».

Ce 10ème accrochage de Maison Particulière, parce qu’il démarre pendant la foire internationale d’art contemporain Art Brussels, a une résonance singulière pour nous. Il montre, une fois encore, à quel point les artistes et les collectionneurs européens ont des goûts sûrs et variés, et ont su développer une identité propre. Il manifeste, le rôle que prend progressivement Maison Particulière dans le paysage culturel belge, et plus encore le rayonnement international de cette passion des collectionneurs envers les artistes, le monde dans lequel ils vivent, et la création.

Myriam et Amaury de Solages

 


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.