Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Brussels

Albert Baronian

Exhibition Detail
Une place sur la terre
Rue Isidore Verheyden 2
1050 Brussels
Belgium


January 11th, 2013 - February 9th, 2013
Opening: 
January 10th, 2013 6:00 PM - 9:00 PM
 
Une place sur la terre, Marie José BurkiMarie José Burki, Une place sur la terre,
2012, Mixed media on paper, 62 x 102 cm
© Courtesy of the Artist and Albert Baronian
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://albertbaronian.com/
NEIGHBORHOOD:  
Center - Uptown
EMAIL:  
info@albertbaronian.com
PHONE:  
+32 2 512 92 95
OPEN HOURS:  
Tuesday-Saturday 12.00-6.00pm
TAGS:  
portraits, photography, mixed-media, video-art
> DESCRIPTION

Albert Baronian is pleased to announce the third exhibition of Swiss-born and Brussels-based artist Marie José Burki at the gallery. Entitled “Une place sur la terre” the exhibition presents a number of new works following out of Burki’s concern with aspects of visualizing time and the representative quality of the image, both in video as in photography.

Although each work was made to be autonomous, the exhibition can be grouped in three different categories, being portraits, text-based works and works concerned with representing the human body.

The first series of works presented at the gallery engages with the genre of the portrait. For MJB the portrait captures a moment’s time of a person and the photograph works as a time capsule, locking up this instant as if time could be trapped.

Upon entering the gallery, at your left-hand side one can perceive the multi-parted series of portraits of adolescent girls spread over a cornered wall, entitled “AOS”. In total the series exists out of 44 photographs, here are only shown 21 which are grouped by 2, 3 or 4. The series shows three different characters who are portrayed in a similar way at various moments. This is enhanced by placing the photographs side by side, for example three adjacent photographs showing the same pose but different girls and thus different moments. The repetitious character reveals they are posing as if for a real photographer, with the artificial light source flashing on and off. Typical of their age one notices they are very conscious of their appearance and actually resemble each other in many ways.

In analogy with this another series of portraits is mounted on the back wall of the gallery, this time of various birds that were filmed in nature reserves and zoos. The video installation “Exposure : figure of speech” exists out of 4 screens showing 4 autonomous video works assembled with a succession of images. Each video shows a number of different birds in a sequence, framing only their heads moving from one side to the other. While watching one can sense the time passing by and the fact that the birds are alive. As with the portraits of the adolescent girls, each image shows the same but each bird is different, whether a duck, an owl, a falcon or an eagle. The birds however have no sense of their appearance, nor even of the fact they are being filmed. For MJB animals are revelatory of how humans interrelate and behave. As living beings, they die as humans do, lacking only the act of speech, but nevertheless earning their position on earth (as is recited in the title of the exhibition “Une place sur la terre”, as well as in an ink drawing by MJB).

The second type of works on show here are the series “Constellations” and two video works, both engaging with the human body.

At the entrance of the gallery on the right the video “In der Nahe” displays an array of images taken by MJB on a rock festival in Liège, Belgium. The viewer can see close-ups of people sitting in the grass, relaxing and hanging out. By filming only the details of certain persons e.g. painted nails, a tattoo on the back, plastic jewellery etc. one can imagine a whole personality or at least how they appear to be. Thus the video becomes an account of appearance, emphasizing the way a subject stages onself in front of a camera. Each person carries a range of accessories, bags, objects, in this way a human being is never naked as an animal is. As such MJB reflects on how to portray people who are lying down- either vertically or horizontally, in the same vein as of for example Manet did with his “Dead toreador”. At the back of the gallery we find another video from the same situation under the title“In der Nahe 2”projected on the wall. Here it is a crowd of unidentified people who are being filmed with knowing. The viewer however is allowed to watch the crowd from his privileged position.

In the project room a series of 9 photographic prints and one video on a screen is shown under the title “Constellations”. This series combines different types of source images such as photographic reproductions of paintings by Manet and newspaper images that have been re-photographed by the artist with MJB’s own photographs taken from her archive between 2002-2012. All photographs are chosen individually but function as a suite, alternating images that appear either as living figures or as reproductions, all of them focusing on the face or the hands. This creates different layers: while the painted faces are represented by the painting, the living faces are represented by the photograph, out of this a third moment takes shape where all the faces are taken up in the video.

According to Burki Manet’s portraits posses an incredible presence. In his paintings he immortalized many of his friends and lovers. In the vidéo work here on show we can recognize close-ups and détails from the portrait of Berthe Morisot, a Young painter and to become his sister-in-law, as well as the Spanish dancer Lola de Valence. The character of Berthe Morisot reoccurs in different of Manet’s paintings. In a similar way MJB adopts different motifs in a recurrent way turning the video into a continuous perpetuation of close-ups, a series of photos functioning as film frames or as the images recorded on a strip of photographic film.

There is a jump between the images, a “wrong connection”, as in a wordplay where the last syllable is taken as the first syllable of the next word (a so-called jeux de Kyrielle) . The sequence of images function on resemblance, either on a visual basis or by certain objects that are repeated all along. The images are fragmented: as the video goes along we first get a glimpse of a face, later on a hand, or another body part of the same character. As such MJB attempts to go at the inside of things as for her the world and its interrelations are in the details.


Albert Baronian a le plaisir de présenter la troisième exposition de l’artiste née en Suisse et vivant à Bruxelles Marie José Burki. Intitulée « Une Place sur la Terre », l’exposition présente une série de nouvelles œuvres reprenant les préoccupations de Marie José Burki sur le temps et la représentation, aussi bien en vidéo qu’en photographie.

La première série de travaux présentée à la galerie se confronte à la question du portrait. Pour MJB le portrait saisit un instant de la vie d’une personne et la photographie fonctionne comme une capsule de temps enfermant l’ instant comme si le temps pouvait être capturé.
En entrant dans la galerie, à main gauche, le visiteur voit la série de portraits d’adolescentes. Cette série « AOS » comprend au total 44 portraits, ceux-ci sont répartis en groupes distincts de 2, 3 ou 4 photographies. Trois adolescentes sont photographiées de l’exacte même manière mais les séances de pose ont eu lieu séparément et à différents moments. Ceci est souligné par le fait que les portraits sont exposés côte à côte , par exemple les photographies des 3 adolescentes ayant pris la même pose mais photographiées à des moments différents.
Dans la même idée sur le mur du fond de la galerie sont présentés les portraits vidéographiques de différents oiseaux filmés dans des réserves naturelles ou des zoos. « Exposure : figure of speech » est constitué de 4 vidéos autonomes, chacune consistant en une succession de portraits de différents oiseaux, bougeant leur tête à leur gré. Comme pour les portraits des jeunes filles, toutes les séquences présentent de manière similaire et répétitive des portraits de canard, de hibou, de faucon ou d’aigle. Les oiseaux n’ont aucun souci de leur apparence ni du fait d’être capturés par la caméra. Pour MJB l’observation des animaux en dit long sur les attitudes et les rapports que les hommes entretiennent les uns avec les autres.
Etres vivants, dénués de parole, ils vivent, meurent comme les humains et méritent « une place sur la terre » comme l’indique un dessin à l’encre de MJB (ainsi que le titre de l’exposition).

Le second type d’œuvres dans l’exposition sont les séries « Constellations » et 2 travaux vidéos, qui toutes engagent la question du corps humain.
« In der Nähe » est visible immédiatement sur la droite dès l’entrée de la galerie. Cette vidéo est constituée d’images prises lors d’un festival de musique en Belgique. Le visiteur peut voir des gros plans de personnes assises dans l’herbe. L’image se concentrant uniquement sur des détails comme une main aux ongles peints, un tatouage sur une nuque ou quelques bijoux , on peut imaginer quelque chose des personnes, au moins de leur apparence. Ainsi cette vidéo devient une fable des apparences amplifiant la manière avec laquelle un individu se met en scène lui-même devant les autres. A l’arrière de la galerie se trouve une autre vidéo tournée dans le même type de lieu, « In der Nähe (II) », projetée à même le mur.

Dans la dernière salle se trouvent une série de 9 photographies et une vidéo sur écran, toutes ces œuvres sont regroupées sous le titre de « Constellation ». Ces séries ont pour source différents types d’images, des photographies de détails de reproductions de tableaux de Manet, des photographies d’images prises dans la presse et des photographies de personnes prises par MJB entre 2002 et 2012. Toutes les images sont à la fois indépendantes et font partie de la suite vidéographique, y alternent des images de personnes, des reproductions en gros plan de visages ou de main. Ceci crée un effet d’accumulation de différentes couches d’images: un troisième moment est ainsi constitué par la combinaison des visages représentés dans la peinture et les visages représentés par la photographie.
La répétition et la mémoire des images à partir de ressemblances qu’elles soient visuelles ou le fait de certains objets sont le moteur de la séquence. Les images sont fragmentées : au cours du développement de la vidéo nous percevons d’abord un bout de visage, plus tard une main, ensuite une autre partie du corps de la même personne. Ici MJB cherche à rendre visible la surface des choses, pour elle le monde se lit dans les détails.

Avec les dessins à l’encre, le néon orange forme ce qui peut être vu comme le troisième fil conducteur de l’exposition : les travaux basés sur des textes.
Pour ces œuvres, MJB se souvient de phrases qu’un jour elle a lues, comme par exemple les réflexions de St Augustin sur le temps, elle les rassemble et les transpose en objets en soi. L’idée que l’univers est sans cesse en mouvement la fascine et ses récents dessins sont à considérer sous cet angle. Ni image, ni œuvre graphique, les dessins sont réalisés par projection d’encre sur du papier selon un hasard contrôlé. Une ligne de texte y est ensuite imprimée exprimant l’impossibilité de mesurer le temps qui passe. Dans le jardin, un trait en néon orange dessinant ce qui pourrait être comme une ligne du temps se déploie et dessine les mots « un jour ». Se référant à l’unité des 24 heures, cette œuvre est comme une promesse d’avenir.


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.