STREET now open! Chicago | Los Angeles | Miami | New York | San Francisco | Santa Fe
Amsterdam | Berlin | Brussels | London | Paris | São Paulo | Toronto | China | India | Worldwide
 
Brussels

Meessen De Clercq

Exhibition Detail
Becoming European
2 rue de l'Abbaye
1000 Brussels
Belgium


November 9th, 2012 - December 8th, 2012
Opening: 
November 8th, 2012 6:00 PM - 9:00 PM
 
Becoming European, Meriç Algün RingborgMeriç Algün Ringborg, Becoming European,
2012
© Courtesy of the Artist and Meessen De Clercq
> QUICK FACTS
WEBSITE:  
http://www.meessendeclercq.be
NEIGHBORHOOD:  
Center - Uptown
EMAIL:  
info@meessendeclercq.be
PHONE:  
003226443454
OPEN HOURS:  
Tuesday - Saturday 11am - 6pm
SCHOOL ASSOCIATION:  
1983) s’est fait remarquer lors de la dernière Biennale d’Istanbul avec une oeuvre mettant en exergue de façon onirique sa situation personnelle, à celles de son nouveau pays. Dans le cas particulier de Meriç, à Istanbul. Les couleurs des cachets représentent des statuts juridiques différents, à moins de se les approprier et de les rapporter à sa propre histoire personnelle. Au-delà de la sécheresse des informations, Algün Ringborg ouvre diverses problématiques. L’accumulation de chiffres (qu’on associe à des dates une fois qu’on regarde attentivement) présente évidemment un côté absurde qu’on imagine volontiers kafkaïen. A ces dates correspondent des , bleu pour touriste, cette oeuvre peut aussi être lue avec l’illusion et l’espoir que suscite tout déplacement à moyen ou long terme dans un pays. A la fois, concernant l’accueil de la Turquie dans l’Union Européenne, des événements que nous ne pouvons connaître, d’autres questions surgissent, d’un point de vue formel, elle présente dans la Wunderkammer le travail Becoming European qui prend la forme d’une liste de dates reportées de façon méticuleuse. La période couverte s’étend du 21 décembre 2007 au 3 juin 2012. Ces dates correspondent aux différents séj, elle utilise aussi une économie de moyens propre au minimalisme qu’on peut observer dans certains travaux d’artistes des années 60 (évoquons par exemple les poems de Carl Andre). Avec ce travail simple en apparence, elle vit à Stockholm. Pour son intervention à Bruxelles, fait assez inquiétant, il est intéressant de relever que la Turquie a connu une diaspora importante et que de nombreux de ses ressortissants se sont établis en Europe. L’artiste questionne son statut d’immigrée. De quels droits jouit-elle ? Quel est son degré de libert, Jeune artiste turque installée à Stockholm, la radicalisation de l’opinion publique dans de nombreux pays face aux flux migratoires., l’impossibilité de trouver un consensus européen sur la question de l’immigration originaire d’Afrique ou des pays de l’Est ou, Meriç Algün Ringborg (Istanbul, noir pour résidente permanente. Cette façon d’opérer est à la fois révélatrice du modus operandi de l’administration européenne quant aux résidents non-européens mais peut se lire comme une représentation symbolique de toute administration p, on quitte ses propres racines pour essayer de se lier à celles des autres, originaire d’Istanbul, par exemple, plus politiques, rouge pour résidente temporaire, tout départ est accompagné d’une peur ou du moins d’une appréhension liée au déracinement, violet pour en attente d’un statut légal
> DESCRIPTION

The young Turkish artist based in Stockholm, Meriç Algün Ringborg (Istanbul, 1983) got herself noticed in the last Istanbul Biennial with a piece highlighting her personal situation in a dreamlike way: born in Istanbul, she lives in Stockholm.

For her exhibition in Brussels, she is showing in the Wunderkammer Becoming European which takes the form of a list of dates recorded meticulously. The period covered runs from 21 December 2007 to 3 June 2012. These dates correspond to different stays by the artist in a country of the European Community. The gaps left correspond to times when she left the European area, for example, to spend time in Istanbul. This way of working is both indicative of the modus operandi of the European administration in relation to non-European residents but can be interpreted as a symbolic representation of any administration since one instantly perceives a kind of rigour and repetitiveness inherent in any management system. Nevertheless, from a formal viewpoint, she displays an economy of resources that is appropriate for the minimalism and can be observed in some works by artists of the '60s (for example, poems by Carl Andre). The colours of the stamps represent different legal statuses: blue for tourist, red for temporary resident, purple for awaiting legal status, black for permanent resident.

With this seemingly simple work, Algün Ringborg opens up various issues. The accumulation of numbers (which look like dates once examined more closely) is obviously an absurdity that seems Kafkaesque. These dates correspond to moments in life, events that we cannot know, unless we adopt them and relate them to our own personal story.

Beyond the aridness of the information, this work can also be interpreted with the illusion and hope that any medium to long term travel in a country arouses. At the same time, any departure is accompanied by a fear or at least apprehension about leaving one's roots behind. One leaves one's roots to try and connect with those of other people, those of one's new country, even if in the case of Turkey where many of its citizens are living elsewhere in Europe. 

The artist questions her status as an immigrant. What rights does she have? How much freedom does she enjoy? Beyond that, other issues arise, more political, concerning Turkish accession to the European Union, the impossibility of finding a European consensus on the issue of immigration from Africa or Eastern Europe or, a more worrying development, the radicalisation of public opinion in many countries.


De jonge Turkse, in Stockholm wonende kunstenares Meriç Algün Ringborg (Istanbul, 1983) liet zich tijdens de recentste biënnale van Istanbul opmerken met een werk dat op droomachtige wijze haar persoonlijke situatie belichtte: afkomstig van Istanbul woont zij in Stockholm. Voor haar interventie te Brussel toont zij in de Wunderkammer haar werk Becoming European, dat de vorm aanneemt van een serie datums die op uiterst zorgvuldige wijze werden opgelijst. Het werk bestrijkt een periode van 21 december 2007 tot 3 juni 2012. De datums komen overeen met verschillende verblijven van de kunstenaar in een land van de Europese Unie. De leegtes die er zijn staan voor de momenten waarop zij de Europese ruimte verlaat en, bijvoorbeeld, in Istanbul verblijft. De kleuren van de stempels verwijzen naar verschillende juridische statuten: blauw voor toerist, rood voor tijdelijke inwoner, violet voor in afwachting van een legaal statuut, zwart voor permanente inwoner. Deze handelswijze is tegelijkertijd onthullend voor de modus operandi van de Europese administratie tegenover niet-Europese inwoners, maar kan ook gelezen worden als een symbolische representatie van elke administratie gezien onmiddellijk een vorm van strengheid en repetitiviteit opvalt, eigen  an elk beheerssysteem. Desalniettemin, vanuit vormelijk standpunt, gebruikt ze de beperktheid van middelen, eigen aan het minimalisme dat men ziet bij bepaalde werken van kunstenaars uit de jaren 60 (men denkt bijvoorbeeld aan de poems van Carl Andre). Met dit op het eerste zicht eenvoudige werk opent Algün Ringborg diverse problematieken. De opeenhoping van cijfers (die datums vormen bij nader toezicht) bevat uiteraard een absurde kant die men makkelijk als Kafkaïaans kan beschouwen. Met deze data komen levensmomenten overeen, evenementen die we niet kunnen kennen tenzij we ze ons toeëigenen en verbinden aan onze persoonlijke geschiedenis. Boven de beperktheid van informatie kan dit werk ook gelezen worden met de illusie en de hoop die elk verblijf van korte of lange duur in een land veroorzaakt. Tegelijkertijd gaat elk vertrek vergezeld van een angst of ontwortelingsvrees. Men verlaat zijn eigen wortels met een poging zich te verbinden aan die van anderen, aan die van het nieuwe land. Dit is zeker relevant in het geval van Turkije, dat talrijke van zijn inwoners heeft zien vertrekken naar diverse plaatsen in Europa. De kunstenaar 
bevraagt haar statuut van immigrant. Welke rechten heeft zij? Wat is haar mate van vrijheid? 

Daarenboven rijzen ook andere vragen op, meer politiek, zoals de toetreding van Turkije in de Europese Unie, de onmogelijkheid om een Europese consensus te vinden met betrekking tot de uit Afrika afkomstige immigratie of de landen van het Oosten of, onrustbarend genoeg, de radicalisering van de publieke opinie in talrijke landen.


Jeune artiste turque installée à Stockholm, Meriç Algün Ringborg (Istanbul, 1983) s’est fait remarquer lors de la dernière Biennale d’Istanbul avec une oeuvre mettant en exergue de façon onirique sa situation personnelle : originaire d’Istanbul, elle vit à Stockholm.

Pour son intervention à Bruxelles, elle présente dans la Wunderkammer le travail Becoming  European qui prend la forme d’une liste de dates reportées de façon méticuleuse. La période couverte s’étend du 21 décembre 2007 au 3 juin 2012. Ces dates correspondent aux différents séjours passés par l’artiste dans un pays de la Communauté européenne. Les vides laissés correspondent aux moments où elle quitte l’espace européen et qu’elle séjourne, par exemple, à Istanbul. Les couleurs des cachets représentent des statuts juridiques différents : bleu pour touriste, rouge pour résidente temporaire, violet pour en attente d’un statut légal, noir pour résidente permanente. Cette façon d’opérer est à la fois révélatrice du modus operandi de l’administration européenne quant aux résidents non-européens mais peut se lire comme une représentation symbolique de toute administration puisqu’on perçoit instantanément une sorte de rigueur et une répétitivité propres à tout système de gérance.

Néanmoins, d’un point de vue formel, elle utilise aussi une économie de moyens propre au minimalisme qu’on peut observer dans certains travaux d’artistes des années 60 (évoquons par exemple les poems de Carl Andre).

Avec ce travail simple en apparence, Algün Ringborg ouvre diverses problématiques. L’accumulation de chiffres (qu’on associe à des dates une fois qu’on regarde attentivement) présente évidemment un côté absurde qu’on imagine volontiers kafkaïen. A ces dates correspondent des moments de vie, des événements que nous ne pouvons connaître, à moins de se les approprier et de les rapporter à sa propre histoire personnelle.

Au-delà de la sécheresse des informations, cette oeuvre peut aussi être lue avec l’illusion et l’espoir que suscite tout déplacement à moyen ou long terme dans un pays. A la fois, tout départ est accompagné d’une peur ou du moins d’une appréhension liée au déracinement ; on quitte ses propres racines pour essayer de se lier à celles des autres, à celles de son nouveau pays. Dans le cas particulier de Meriç, il est intéressant de relever que la Turquie a connu une diaspora importante et que de nombreux de ses ressortissants se sont établis en Europe. 

L’artiste questionne son statut d’immigrée. De quels droits jouit-elle ? Quel est son degré de
liberté de mouvement ? Au-delà, d’autres questions surgissent, plus politiques, concernant l’accueil de la Turquie dans l’Union Européenne, l’impossibilité de trouver un consensus européen sur la question de l’immigration originaire d’Afrique ou des pays de l’Est ou, fait assez inquiétant, la radicalisation de l’opinion publique dans de nombreux pays face aux flux migratoires. 


Copyright © 2006-2013 by ArtSlant, Inc. All images and content remain the © of their rightful owners.